Égérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Égérie (homonymie).
image illustrant la mythologie romaine
Cet article est une ébauche concernant la mythologie romaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Claude Lorrain, Paysage avec la nymphe Égérie (détail).
La nymphe Égérie vue par Ulpiano Checa.

Dans la mythologie romaine, Égérie (en latin Ēgeria) est une nymphe des sources, une camène.

Mythe[modifier | modifier le code]

La légende prétend que la nymphe Égérie était la maîtresse ou la femme du roi Numa Pompilius, second roi mythique de Rome. Elle le conseillait régulièrement sur sa politique religieuse. Leur rencontres nocturnes avaient lieu près d'une source située dans un bois sacré de Rome, au pied de la colline du Caelius, près de la porte Capène. Égérie était invoquée par les femmes enceintes: il est ainsi possible qu'Égérie soit un surnom de Junon, qui présidait aux naissances.

Selon Ovide, après la mort de Numa Pompilius, Égérie, inconsolable, se réfugia dans le bois d'Aricie où elle fut transformée en source par Diane dont elle avait interrompu le culte par ses lamentations.

Selon Lactance, Numa Pompilius s'isolait pour penser aux innovations qu'il allait apporter et l'invention des entretiens avec la nymphe donnait à ses desseins l'autorité de la religion.

Selon saint Augustin, le roi Numa Pompilius se livrait à l'hydromancie et conversait ainsi avec des démons.

Sens courant[modifier | modifier le code]

Par extension, plus précisément par antonomase, le terme « égérie » désigne également une femme choisie comme inspiratrice d'un mouvement de pensée politique ou culturel (synonyme de « muse » donc), ou comme incarnation médiatique d'une marque (synonyme d'« ambassadrice »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Évelyne Saëz, Les Muses. Entre 1850 et 1950, des femmes d'exception, Collection Beaux Arts, Ouest France, 2014, 120 p. (ISBN 978-2737362460)
  • Richard Crescenzo, « Numa et la nymphe Egérie : l'approche démonologique de la religion chez Blaise de Vigenère », Esculape et Dionysos. Mélanges en l'honneur de Jean Céard, Genève, Droz, 2008, p. 787-799.