Oumou Sangaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Oumou Sangaré
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
BamakoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Labels
Genres artistiques
Musique wassoulou (en), musique africaine, musique du mondeVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction
Prononciation

Oumou Sangaré est une chanteuse et compositrice malienne, née le à Bamako (Mali)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Oumou Sangaré est née à Bamako de parents originaires du Wassoulou, une région historique au sud du fleuve Niger. Sa mère était la chanteuse Aminata Diakité.

Dès son enfance, Oumou Sangaré chante afin d’aider sa mère à nourrir sa famille, son père les ayant abandonnés. À l'âge de 5 ans, elle se fait remarquer par ses talents de chanteuse en remportant la finale des écoles maternelles de Bamako : « Depuis la maternelle, je donnais des petits concerts entre enfants. J’ai donné mon tout premier concert à l’âge de cinq ans devant trois mille personnes au Stade Omnisports de Bamako. J’étais tellement petite qu’on était obligé de poser une table au milieu de la scène et de me donner le micro là-haut pour que je puisse chanter[2] ». À 16 ans, elle part en tournée avec le groupe Djoliba percussions.

Alors qu'elle n'a que 18 ans, elle enregistre son premier album en 1987 avec le producteur sénégalais Ibrahima Sylla. Celui-ci attend plus d'un an avant de sortir la cassette Moussoulou. À sa sortie en 1988, l'album a un succès fulgurant, se vendant en une semaine à plus de 100 000 cassettes au Mali. Le label africain Syllart Records laisse l'artiste s'épanouir vers une carrière internationale. Grâce à Ali Farka Touré, Oumou Sangaré signe ensuite avec le label anglais World Circuit Records. À 21 ans, elle devient une artiste internationale.

Oumou Sangaré est considérée comme une ambassadrice du Wassoulou, sa musique étant inspirée des musiques et danses traditionnelles de la région. Elle écrit et compose ses chansons qui s’appuient sur une forte critique sociale, concernant notamment la place de la femme dans la société.

Depuis 1990, elle se produit sur les plus grandes scènes du monde (Opéra de Sydney, Central Park, festival de Roskilde, festival d'Essaouira, Opéra de la monnaie de Bruxelles, Queen Elisabeth Hall, tous les grands festivals des Pays-Bas...).

Oumou Sangaré défend la cause des femmes à travers le monde. Elle a été nommée Ambassadrice de bonne volonté de la FAO en 2003, elle reçoit le prix de l'Unesco en 2001 et le grade de commandeur des Arts et des Lettres de la République française en 1998.

Elle participe à la bande originale du film Beloved (1998) avec Oprah Winfrey dans le rôle principal[2].

Artiste, personnage public aux prises de position engagées notamment contre la polygamie, l'excision ou le mariage des enfants[3], Oumou Sangaré s’est également lancée dans les affaires. Elle est propriétaire de l'hôtel Wassoulou (« J’ai créé un hôtel à Bamako (...) l’Hôtel Résidence Wassoulou. Ça n’est pas un grand hôtel, 37 chambres, mais c’est la première fois au Mali. Ça ne s’est jamais vu qu’une femme ose s’aligner au rang des hommes[2] »). Elle a également investi dans l’agriculture et la vente de voitures pour créer des emplois dans son pays[4]. En 2010, elle lance également une compagnie de taxis avec des véhicules neufs importés de Chine[5].

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

À travers ses chansons, la diva malienne relate les réalités de son pays et condamne les pratiques traditionnelles qui brident les femmes. En passant par l'Angleterre, la France et même les États-Unis, la musique de Oumou Sangaré est appréciée à l'étranger, ce qui lui a valu des collaborations avec plusieurs artistes internationaux de renom.

En 1994 et 1995, elle prend part dans la première compilation de musiques traditionnelles et pop du monde dénommée The Rough Guide avec la maison de disque World Music Network.

  • The Rough Guide to World Music (1994)
  • The Rough Guide to West African Music (1995)
  • Unwired: Africa (2000)

En 2010, elle participe à l’enregistrement de l’album The Image Project de Herbie Hancock avec d’autres artistes comme P!nk, Seal, India.Arie, Jeff Beck, Konono n°1.

En 2017, elle collabore avec les musiciens français Vincent Taurelle, Ludovic Bruni et Vincent Taeger qui ont produit son album Mogoya[6].

Celle qui se sert de la musique pour défendre les opprimés, a également collaboré dans le cadre de cet album avec le célèbre batteur nigérian, Tony Allen, ancien batteur de Fela[7].

Diaraby Nene[8], une de ses chansons phare, sortie en 1988 et reprise dans son disque Acoustic, a été samplée par la chanteuse américaine Beyoncé sur sa chanson Mood for Eva pour le compte du film Le Roi lion [7].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

En 2001, Oumou Sangaré reçoit le Prix de la musique du Conseil international de la musique de l’Unesco, pour sa contribution à « l’enrichissement et au développement de la musique, ainsi qu’à la cause de la paix, de la compréhension entre les peuples et de la coopération internationale »[9].

Le 16 octobre 2003, elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

En 2010, son album Seya est nommé pour un Grammy Award du meilleur album de musique du monde contemporain (en)[10].

En 2011, elle a remporté un Grammy Award de la meilleure collaboration pop avec vocal (en), dans le cadre de The Imagine Project de Herbie Hancock[10].

En octobre 2017, elle reçoit en Pologne le WOMEX Artist Award en reconnaissance de sa musique et de son plaidoyer en faveur des droits des femmes[10].

Décoration[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Oumou Sangaré, « Oumou Sangaré », sur Radio France international (RFI), (consulté le )
  2. a b et c Frédérique Hall, « Oumou Sangaré, chanteuse engagée », rfi.fr, (consulté le )
  3. « Entretien-Oumou SangaréL'insoumise | Afrique magazine », sur www.afriquemagazine.com (consulté le )
  4. « Oum Sang » : la star africaine Oumou Sangaré donne son nom à des automobiles chinoises, le 23 août 2006
  5. Alou B. Haidara, « La Diva du Wassoulou Oumou Sangaré innove : Des Taxis "OumSang" bientôt en circulation à Bamako », maliweb.net, (consulté le )
  6. « Oumou Sangaré rayonne en acoustique sur "Djoukourou" », sur FIP (consulté le )
  7. a et b « Oumou Sangaré, aux sources de la musique traditionnelle », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  8. « Oumou Sangaré - Diaraby Nene (Official Audio) » (consulté le )
  9. (it) Raffaella Oliva, « La diva maliana Oumou Sangaré contro la poligamia: «Troppe donne soffrono, canto per loro» », sur iO Donna, (consulté le )
  10. a b et c (it) « Oumou Sangaré, la star della world music in concerto a San Giorgio a Cremano », sur NapoliTime | Eventi, Cultura, Personaggi, Politica, (consulté le )
  11. « Films », sur Africultures (consulté le )
  12. Fabien Mollon, « Voix du Mali : la sélection musicale du « Monde Afrique » #6. « Djoukourou », d’Oumou Sangaré », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. « « Timbuktu », un nouvel album de Oumou Sangaré », sur Afrik.com, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]