Fanny Taillandier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fanny Taillandier
Description de cette image, également commentée ci-après
Fanny Taillandier (2018)
Naissance
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Les confessions du monstre
  • Les États et empires du lotissement Grand Siècle
  • Par les écrans du monde

Fanny Taillandier, née en 1986, est une romancière et critique littéraire française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fanny Taillandier est née en 1986. Elle suit des études de lettres à Marseille, puis obtient son agrégation de lettres. Enseignante dans différents lycées de l'académie de Créteil, elle collabore à Livres Hebdo[1] puis au bimestriel Mouvement où elle tient une chronique intitulée Cut-up Nation.

Publié en 2013, son premier roman, Les Confessions du monstre[2], qui revisite de manière inhabituelle le thème du serial killer, obtient le Prix littéraire des Grandes Écoles[3] en 2014. En 2015, elle est en résidence d'écrivain à l'université Paris XIII, où elle anime des ateliers d'étudiants sur le thème des frontières au quotidien[4]. En 2016, en résidence d'auteur au lycée français Saint-Michel d'Istanbul, elle conduit des ateliers sur le thème de l'ici et de l'ailleurs[5].

Entamant en 2014-2015 une recherche littéraire et philosophique sur le lotissement pavillonnaire, particulièrement son incarnation dans le travail urbanistique du promoteur William Jaird Levitt, elle publie plusieurs articles, et en 2016, son deuxième roman, de forme hybride, Les États et empires du lotissement Grand Siècle[6], pour lequel elle obtient le Prix Révélation de la Société des Gens de Lettres[7], le prix Fénéon[8] et le prix Virilo[9]. Dans le journal Le Monde, Éric Chevillard le caractérise ainsi :

« Publié dans la collection « Perspectives critiques » des PUF comme pour tromper son monde, le deuxième livre de Fanny Taillandier, Les États et Empires du Lotissement Grand Siècle n’est pas un essai d’urbanisme ou de sociologie ni une réflexion sur la ville nouvelle, mais un récit inventif en diable, d’un genre inédit, qui emprunte au conte, à la satire, et se réinvente sans cesse en variant les styles et les approches. »[10].

En 2018, son roman Par les écrans du monde est sélectionné dans les listes des prix littéraires du Monde, Wepler et Medicis[11]. Cette fiction romanesque propose une réflexion sur les attentats du 11 septembre 2001 et le pouvoir politique et guerrier des images[12],[13].

Elle publie plusieurs textes sur la musique dite urbaine et le rap, à propos d'artistes tels que Soolking, Aya Nakamura, PNL, SCH ou encore Booba[14],[15],[16].

En 2019-2020, elle est pensionnaire à la Villa Médicis, à Rome[17].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans et récits[modifier | modifier le code]

Articles et textes courts[modifier | modifier le code]

  • Prélude pour un astéroïde, Libération, 2013[20].
  • Lésigny, c'est l'Amérique !, Le Monde, 2014[21].
  • Banlieues françaises 2005-2015 / Le lotissement comme utopie. Pour une appropriation littéraire et philosophique du lotissement Levitt et ses avatars, Urbanités, 2015[22].
  • Super-héros : remarques, Questions subsidiaires, 2015[23].
  • L'ex et l'express, Questions subsidiaires, 2016[24].
  • Ici les corps politiques, Vacarme / Urbanités, 2016[25].
  • Plaidoyer pour l'auteur anonyme, Questions subsidiaires, 2016[26].
  • Chroniques "Cut-Up Nation", Mouvement, de 2017 à 2021
  • Samples pour un western spaghetti inspirés de nos vies, Fixxion, 2020 [27]
  • Pour une poésie saltimbanque, Audimat, 2020

Ouvrages collectifs et en collaboration[modifier | modifier le code]

  • Le livre des Trahisons, sous la direction de Laurent de Sutter, PUF, 2016
  • Utopie Maladrerie, avec Julie Balagué, éditions Loco, 2020
  • Elsa et Johanna, La Martinière, collection "Percevoir", 2021
  • Entrée "Ville" dans Feu - Abécédaire des féminismes présents, dirigé par Elsa Dorlin, Libertalia, 2021

Références[modifier | modifier le code]

  1. Université Paris13, « Texto du 20 janvier 2015 - Fanny Taillandier - entretien », (consulté le )
  2. Camille de Marcilly, « Dans la peau d’un monstre meurtrier », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Les Confessions du Monstre », Prix Littéraire des Grandes Ecoles,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Fin de résidence de Fanny Taillandier », Université Paris 13,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Résidence d’auteure avec Fanny Taillandier : L’ici et l’ailleurs », Saint Michel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Jean-Marie Durand, « Pourquoi le pavillon de banlieue ne fait plus rêver personne », sur Les Inrocks, (consulté le )
  7. Marine Durand, « La SGDL dévoile son palmarès d'automne 2016 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Cécilia Lacour, « Fanny Taillandier remporte le prix Fénéon 2017 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Cécile Mazin, « Fanny Taillandier consacrée Prix Virilo 2016 », ActuaLitté,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Éric Chevillard, « Le feuilleton : L’âge du parpaing », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Par les écrans du monde (Le Seuil - 9782021401301) | Livres Hebdo », sur www.livreshebdo.fr (consulté le )
  12. « Le roman critique de la modernité - Ép. 5/5 - Face au présent », sur France Culture (consulté le )
  13. Johan Faerber, « Fanny Taillandier : « Soudain l’apothéose de la modernité qui s’autodétruit » (Par les écrans du monde) », sur DIACRITIK, (consulté le )
  14. « Dix forêts pour un trèfle – sur JVLIVS du rappeur SCH », sur AOC media - Analyse Opinion Critique, (consulté le )
  15. Fanny Taillandier, « Samples pour un western spaghetti inspiré de nos vies », Revue critique de fixxion française contemporaine, vol. 0, no 21,‎ , p. 161–165 (ISSN 2033-7019, lire en ligne, consulté le )
  16. (en) « Audimat 14 — Audimat éditions », sur audimat-editions.fr (consulté le )
  17. « Residences », sur Villa Medici (consulté le )
  18. « Les états et empires du Lotissement Grand Siècle, Archéologie d’une utopie, de Fanny Taillandier », sur Prix Virilo, (consulté le )
  19. Baptiste Liger, « Une histoire de la zone pavillonnaire entre fiction, sociologie et philosophie », L'Express / Lire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Fanny Taillandier, « Prélude pour un astéroïde », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Fanny Taillandier, « Lésigny c'est l'Amérique ! », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Le lotissement comme utopie. Pour une appropriation littéraire et philosophique du lotissement Levitt et de ses avatars. », sur Revue Urbanités, (consulté le )
  23. Fanny Taillandier, « Super-héros: remarques. », sur Questions Subsidiaires, (consulté le )
  24. Fanny Taillandier, « L’ex et l’express », sur Questions Subsidiaires, (consulté le )
  25. « Ici : les corps politiques », sur Vacarme, (consulté le )
  26. Fanny Taillandier, « Plaidoyer pour l’auteur anonyme », sur Questions Subsidiaires, (consulté le )
  27. Fanny Taillandier, « Samples pour un western spaghetti inspiré de nos vies », Revue critique de fixxion française contemporaine, vol. 0, no 21,‎ , p. 161–165 (ISSN 2033-7019, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]