Fabrice Pliskin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fabrice Pliskin
Fabrice Pliskin.JPG
Fabrice Pliskin en 2013.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Parentèle
Jean Bruhat (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Fabrice Pliskin, né le à Boulogne-Billancourt, est un journaliste et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fabrice Pliskin est né à Boulogne-Billancourt le 27 mars 1963[1]. Après des études de lettres, il entre au service culturel du Nouvel Observateur. Il est l'auteur de plusieurs romans.[2]

Écrivain[modifier | modifier le code]

  • Toboggan

Tentative d'épuisement d'un lieu commun ("L'homme est un animal en voie de disparition"), Toboggan (2001) explore les notions d'identité masculine et de paternité. Youri Bétremieux, un père aux convictions féministes, est accusé par son ex-femme d’attouchements sexuels sur leur fille, sans que l’on sache si cette accusation est fondée ou non. Parallèlement, le héros est harcelé par deux énergumènes en mal d'enfants, qui collectent du lait maternel pour l'Institut de puériculture. L'histoire se passe au temps de l'affaire Marc Dutroux[3].

  • L'Agent dormant

Dans L'Agent dormant (2004), Pliskin fait le portrait de la « gauche caviar » à travers le personnage d'un professeur de philosophie, Jean-René Bridau. Disciple pervers du philosophe Jacques Derrida et amant d'une Sénégalaise sans papiers, cet intellectuel narcissique se proclame l'ami de toutes les minorités et ne jure que par l’altérité, les marges, la subversion, le rap et le free jazz. Ce qui ne l’empêche pas de rouler en 4X4 ou de philosopher sur la Shoah en jouant au minigolf. Pour créer Bridau, Pliskin s’est notamment inspiré de Stepane Verkhovensky, l’intellectuel de gauche des ''Démons'' de Fedor Dostoïevski[4],[5],[6].

  • Le Juif et la Métisse

Le Juif et la Métisse (2008) met en scène un Juif universitaire de gauche qui tombe amoureux d'une jeune métisse de droite. David Levy voudrait voir en Bintu Kpale-Pelyme l’allégorie du Bien et la nouvelle Marianne qui « concentre les vertus du mélange et les prestiges de la diversité ». Mais Bintu est un fantasme trop réel pour lui. Tandis qu'il s'insurge contre le racisme, l'esclavage ou la colonisation, Bintu rêve de confort matériel et se dérobe au rôle édifiant de victime minoritaire où David voudrait l’enfermer. Ce roman vise à interroger la notion de métissage en France[7],[8],[9]. Il résonne aussi avec l'Affaire du gang des barbares de 2006[réf. nécessaire].

  • Impasse des bébés gris

Dans Impasse des bébés gris (2013) [10],[11] ,[12], l'auteur met en scène un opticien qui se transforme tous les weekends en artiste contemporain et performeur. Entre autres performances, on le voit se faire emmurer vif dans une cave, détruire un champ de maïs, se vendre comme père pour un euro symbolique à des mères sans-papier, enduire de beurre les bancs publics ou sortir de l’euro pour faire un retour au franc[13].Bientôt, son travail séduit un grand patron français, collectionneur d'art, personnage fortement inspiré par François Pinault [14], "Une comédie acide" sur l'art pour tous[15].

  • Une Histoire trop française

Le roman Une Histoire trop française (2017) s'inspire du scandale des prothèses mammaires PIP (Poly Implant Prothèse). L'auteur imagine la vie des employés au sein de cette société qui commercialise des implants mammaires toxiques. Et pose cette question : jusqu'où peut-on se nier et se renier pour garder son emploi[16],[17] ,[18] ,[19].

Romans[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

  • Je fraude[30]
  • L’Egalité homme femme[31]
  • Flexibilité[32]
  • Free Fighteuse

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon son acte de naissance, délivré par la mairie de Boulogne-Billancourt.
  2. Fabrice Pliskin "1936, premier été chômé", Le Nouvel Observateur, 27 septembre 2009
  3. Daniel Rondeau, « Décrire, c'est son choix », sur L'Express,
  4. Fabrice Pliskin, « "L'abominable homme de gauche" », sur Nouvelobs.com,
  5. Coumba Diop, « "Tartuffe et Mohammed" », sur jeuneafrique.com,
  6. Philippe Muray, Elisabeth Levy, « L'Agent dormant », sur books.google.fr
  7. a et b Marine de Tilly, « Le Juif et la Métisse », sur Le Point.fr, (consulté le 30 août 2013)
  8. Jacques Braunstein, « ""Le Juif et la Métisse" de Fabrice Pliskin », sur gqmagazine.fr, (consulté le 27 janvier 2015)
  9. Alexis Brocas, « "Le Juif et la Métisse" », sur Le Figaro.fr,
  10. Jérôme Béglé, « Fabrice Pliskin démonte l'art contemporain », sur Le Point.fr, (consulté le 30 août 2013)
  11. Grégoire Leménager, « Fabrice Pliskin, performeur de l'extrême », sur BibliObs.com,
  12. Sylvie Lansade, « "Impasse des bébés gris" par Fabrice Pliskin », sur Encres vagabondes, le 26 /09/ 13
  13. Grégoire Leménager, « Fabrice Pliskin, performeur de l'extrême », sur BibliObs.com,
  14. Bertrand Fraysse, « Une petite fiction pour commencer l'année en beauté », sur Challenges, le 02-01-2015 à 16h11
  15. Bernard Quiriny, « Pliskin tire dans le tas », sur L'Opinion, le 25 /12/ 13
  16. Grégoire Leménager, « Fabrice Pliskin, le romancier qui raconte le scandale des implants mammaires toxiques », sur nouvelobs.com,
  17. 20 minutes, « "Fabrice Pliskin place son «Histoire trop française» au sein des seins pas sains" », sur 20 minutes.fr,
  18. Jean-Remi Barland, « Le thriller industriel et balzacien de Fabrice Pliskin »
  19. Régine Turmeau, « Jusqu'où peut-on aller pour garder son emploi ? »
  20. Technikart n°20, « Fabrice Pliskin se met hors-jeu », sur Technikart, (consulté le 30 août 2013)
  21. Jacques Braunstein, « Fabrice Pliskin », sur Technikart, (consulté le 5 septembre 2013)
  22. Bernard Quiriny, « Fabrice Pliskin - L'Agent dormant », sur Chronic'Art, (consulté le 30 août 2013)
  23. Jacques-Pierre Amette, « Fabrice Pliskin : Le gourou gauche caviar », sur lepoint.fr, (consulté le 30 août 2013)
  24. Anne-Claire Meffre, « Le Biographe et son double », sur L'Express.fr, (consulté le 6 octobre 2013)
  25. Fabrice Pliskin, « "L'abominable homme de gauche" », sur Nouvelobs.com,
  26. Jérôme Béglé, « Fabrice Pliskin démonte l'art contemporain », sur Le Point.fr, (consulté le 30 août 2013)
  27. Grégoire Leménager, « Fabrice Pliskin, performeur de l'extrême », sur BibliObs.com,
  28. Sylvie Lansade, « "Impasse des bébés gris" par Fabrice Pliskin », sur Encres vagabondes, le 26 /09/ 13
  29. Bernard Quiriny, « Pliskin tire dans le tas », sur L'Opinion, le 25 /12/ 13
  30. David Caviglioli, « "Je fraude", la chanson qui condamne Cahuzac à chanter" », sur L'OBS, le 19 /10/18
  31. L'OBS, « "L'Egalité homme femme", une chanson d'intérêt général" », sur L'OBS, le 11 /01/18
  32. David Caviglioli, « "La chanson qui dit tout sur la "flexibilité du travail" », sur L'OBS, le 27 /02/17