Martyrs coptes de Libye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Martyrs coptes de Libye
Image illustrative de l’article Martyrs coptes de Libye
Saints martyrs
Décès , Syrte, Libye 
Nationalité Drapeau : Égypte 20 Égyptiens

Drapeau : Ghana 1 Ghanéen

Vénéré à Cathédrale des Martyrs à Al-Nour, Égypte
Canonisation par le pape copte Tawadros II
Vénéré par l'Église copte orthodoxe
Fête 15 février
Attributs Uniforme orange et palme du martyre

Les martyrs coptes de Libye constituent un groupe de 21 chrétiens pour la majorité égyptiens[1], appartenant à la communauté copte, qui furent exécutés le sur une plage de Syrte par des miliciens de l'État islamique en Libye.

La vidéo du massacre fut diffusée par les chaînes de propagande du groupe terroriste. Quelques jours après, le 21 février, le primat de l'Eglise copte orthodoxe, Tawadros II, inscrit le nom des 21 victimes au catalogue des saints coptes.

Historique[modifier | modifier le code]

Ces 20 Égyptiens et ce probable Ghanéen avaient immigré dans la région de Syrte dans l'espoir d'une vie meilleure. Ils sont originaires pour la plupart du village d'Al-Nour ou el-Our [2]selon une autre transcription, près d'Al-Minya en Moyenne-Égypte[3]. Ils seront enlevés par des miliciens de l'État islamique en Libye entre et à raison de leur fidélité chrétienne. Dans de nombreuses vidéos de propagande, Daesh vante sa haine à l'encontre de la communauté copte[4].

Tous affublés d'une combinaison de travail[pas clair] orange vif, ils sont exécutés le sur une plage de Libye sans doute proche de Syrte. La décapitation collective est mise en scène par les chaînes de propagande de Daesh. C'est donc sans filtre qu'on assiste à la mise à mort des vingt Égyptiens et que l'on voit les miliciens islamistes brandir leurs têtes. L'immense majorité des sites et blogs d'Internet, par respect pour les victimes et leurs familles et par refus d'un voyeurisme malsain, ne mettent pas cette vidéo en ligne, se contentant d'en extraire quelques photos témoignant de l'horreur.[réf. nécessaire]

Le , après la capture de combattants djihadistes à l'issue de la bataille de Syrte et leur interrogatoire, les corps des 21 victimes sont découverts et exhumés d'une fosse commune près de Syrte[5].

Réactions[modifier | modifier le code]

Après avoir été reconnue comme authentique par le gouvernement égyptien, la vidéo de l'exécution scandalise le monde entier et donna lieu à de nouvelles manifestations de soutien pour les chrétiens d’Orient.[réf. nécessaire]

Vénération et culte[modifier | modifier le code]

Dès le , le primat de l'Eglise copte orthodoxe, Tawadros II, annonce l'inscription des vingt-et-une victimes au catalogue des saints coptes au rang de martyrs. Cela correspondant approximativement au martyrologe de l'Église romaine et est appelé « synaxaire » , c'est une compilation de textes hagiographiques. Selon un évêque égyptien, on voit au cours de la vidéo la sérénité des victimes devant la mort et on peut les entendre invoquer le nom du Christ avant de mourir[4].

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi annonce la construction d'une église dédiée aux martyrs à Al-Minya aux frais de l'État[6]. L'édifice de 4 000 mètres carrés est inauguré le en présence du Pape Tawadros II et du président Sissi. Les dépouilles des martyrs y sont exposés à la vénération des fidèles depuis leur retour en Égypte le .

Dans le même temps, on voit des manifestations de vénération à leur égard, notamment par la publication d'icônes les représentant[6]. Leur mémoire est célébrée chaque année le 15 février dans chacun des diocèses coptes d'Égypte, Jordanie et Libye[4].

Autre charnier[modifier | modifier le code]

Un charnier contenant les corps de 34 chrétiens d'Éthiopie, décapités en avril 2015, est mis au jour en décembre 2018 près de Syrte[7].

Nom des martyrs[modifier | modifier le code]

Les 21 martyrs sont[réf. nécessaire] :

  • 20 Égyptiens :
    • Milad Makeen Zaki
    • Abanub Ayad Atiya
    • Maged Soliman Shehata
    • Youssef Shukri Younan
    • Kirollos Boshra Fawzi
    • Bishoy Astafanous Kamel
    • Samuel Astafanous Kamel
    • Malak Ibrahim Sinyout
    • Tawadros Youssef Tawadros
    • Gerges Milad Sinyout
    • Mina Fayez Aziz
    • Hany Abdel Mesih Salib
    • Samuel Alham Wilson
    • Ezzat Boshra Naseef
    • Luka Nagaty Anis
    • Gaber Mounir Adly
    • Issam Baddar Samir
    • Malak Farag Abrahim
    • Sameh Salah Farouk
    • Gerges Samir Megally
  • 1 non-Égyptien :
    • Mathew Ayairga (originaire du Tchad ou du Ghana).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. et un ghanéen.
  2. Delphine Minoui, « Libye: les familles des coptes assassinés disent leur amertume », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le 5 septembre 2020).
  3. « Daesh contre Jésus : un reportage vidéo sur les martyrs coptes de Libye », sur L'observatoire de la Christianophobie, (consulté le 5 septembre 2020).
  4. a b et c « 21 martyrs coptes, un an après : une foi fortifiée », sur famillechretienne.fr (consulté le 5 septembre 2020).
  5. Découverte des corps de chrétiens coptes d’Egypte tués par l’Etat islamique en Libye en 2015, Le Monde avec AFP, 7 octobre 2017.
  6. a et b http://www.egliserusse.eu/blogdiscussion/Martyrs-coptes-en-Libye-priez-pour-nous--La-1ere-icone-des-21-martyrs-coptes-de-Libye_a4196.html
  7. Découverte d'un charnier de l'EI en Libye, Le Figaro avec Reuters, 24 décembre 2018.