Grande mosquée de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grande mosquée de Lyon
Présentation
Culte Musulman
Type Mosquée
Début de la construction 1992
Fin des travaux 1994
Site web www.mosquee-lyon.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Ville Lyon
Coordonnées 45° 44′ 12″ nord, 4° 53′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Grande mosquée de Lyon

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Grande mosquée de Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grande mosquée de Lyon

La grande mosquée de Lyon est un édifice religieux musulman, situé à Lyon, inauguré le .

Présentation[modifier | modifier le code]

La mosquée se situe sur le boulevard Pinel, dans le huitième arrondissement de Lyon. La partie consacrée aux lieux de prière est complétée d'espaces à vocation culturelle et de loisirs, tels qu'une bibliothèque et une école. Elle dénombre une capacité de 3 500 personnes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, constatant le besoin des musulmans de se réunir dans des salles de prière, le maire Louis Pradel et le cardinal Renard suggèrent la construction d'une mosquée. En 1980, Rabah Kheliff, Kamel Kabtane et Mohamed Tahar créent l'association culturelle lyonnaise islamo-française (ACLIF), dont la mission est de réunir les fonds pour la construction de la mosquée[2].

En 1981, Valéry Giscard d'Estaing déclare, pendant la campagne présidentielle, que l'État financerait la construction d’un centre culturel pour la communauté musulmane de Lyon[3].

En 1984, un premier permis de construire est accordé par Francisque Collomb, maire de Lyon. En juillet 1984, ce permis est annulé par le tribunal administratif pour « empiètement sur zone « terrain classé boisé » »[2].

En 1985, un deuxième permis de construire est accordé tacitement ; ce permis est reconnu valable par le tribunal administratif le 10 juin 1986.

En 1987, la mairie de Lyon propose un nouveau terrain sur le site de la rue de Surville dans le 8e arrondissement. Un troisième permis de construire est délivré à l’ACLIF, près de l’hôpital Saint-Jean-de-Dieu. Un comité de riverains, appelé Mouvement apolitique d’intérêt national, est formé. Ce comité, soutenu par le Front national, s'oppose à la construction de la mosquée sur ce site.

En 1989, Michel Noir, maire de Lyon, annonce la construction de la mosquée au boulevard Pinel. Un nouveau permis de construire est délivré le 29 août. Une pétition des riverains contre l'édification de la mosquée est déposée le 6 septembre, suivi d'une manifestation d'opposants le 25 septembre.

En 1991, l’association de riverains est déboutée par le tribunal de grande instance de sa demande d’annulation du bail consenti à l’ACLIF.

Le , la première pierre est posée en présence de plus de 3 000 personnes et en l’absence des autorités de la ville qui avaient décidé de ne pas y participer. Le 15 juillet c’est l’ouverture du chantier.

En 1993, le Pr Lahnech décède. Rabah Kheliff est élu président de l’ACLIF et du Comité pour la Construction de la Mosquée de Lyon.

En 1994, le Conseil Islamique Rhône-Alpes (CIRA), association loi 1905, est créé. Création par l’ACLIF et le CIRA de la Société Civile Immobilière « Mosquée de Lyon » chargée de la gestion du patrimoine de la Mosquée de Lyon. Le 30 septembre 1994, c’est l’inauguration de la mosquée par Charles Pasqua, ministre des cultes, Michel Noir, maire de Lyon, l’ambassadeur d’Arabie saoudite et les autorités civiles et religieuses[4].

En 2011, la diffusion de documents américains par Wikileaks montre que l'administration américaine considère ce lieu comme « l'un des centres de recrutement d'Al-Qaïda en Europe »[5]. Jean-François Carenco, préfet du Rhône a démenti ces accusations, tandis que le recteur de la mosquée, outré, dénonçait ces "soupçons graves et destructeurs"[6]

Fonction culturelle et sociale[modifier | modifier le code]

La mosquée de Lyon entend jouer un rôle culturel par le biais de sa bibliothèque, elle propose aussi un enseignement de la langue arabe ainsi que des grands principes de l'islam. Chaque année, en octobre, un colloque est organisé et réunit chercheurs, universitaires et savants musulmans du monde entier. Par ailleurs, la mosquée dispose d'un service social qui fonctionne toute l'année pour aider les personnes en difficulté financière ou sociale et met en place une banque alimentaire pour aider les plus démunis. Elle a participé pour la première fois aux journées du patrimoine en 2002[7].

Certification hallal[modifier | modifier le code]

L’une des prérogatives de la grande mosquée de Lyon, en tant qu’institution religieuse, est de permettre l’accès de façon sécurisée à des produits conformes aux principes islamiques. Pour ce faire, l’Association rituelle de la Grande Mosquée de Lyon (ARGML) a été créée. Cet organisme assure le contrôle et la certification halal des viandes, produits agro-alimentaires, produits d’hygiène et cosmétiques, destinés à la consommation de la communauté musulmane[8]. À l’instar de JAKIM, le premier certificateur mondial ou du SFCVH de la grande mosquée de Paris, la grande mosquée de Lyon autorise la pratique de l’électronarcose avant l’abattage des animaux[9]. Elle exige également la présence de ses certificateurs sur les lieux d’abattage[10].

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Métro de Lyon Ligne D : Station Laënnec

Tramway de Lyon Ligne T2 : Arrêt Vinatier

Bus TCL Ligne 24 : Arrêt Pinel-Laënnec

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]