Arthur Lavy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arthur Lavy
Fonctions
Sénateur de la Haute-Savoie
Élection
Réélection 1959, 1968
Prédécesseur François Ruin
Maire de Argonay
Président du Conseil général de la Haute-Savoie
En fonction depuis
Prédécesseur Jean Clerc
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pringy, Haute-Savoie
Date de décès
Lieu de décès Argonay, Haute-Savoie
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Fonctionnaire

Arthur Lavy, né le à Pringy et mort le à Argonay (Haute-Savoie), est un fonctionnaire et homme politique français.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après des études de droit, il devient inspecteur principal des contributions directes.

En 1935, il devient maire d'Argonay. Mandat qu'il occupera une cinquantaine d'années. La même année, il devient conseiller général du canton de Thorens-Glières. En 1958, le 1er mai, il est élu Président du Conseil général de la Haute-Savoie, succédant à Jean Clerc. Il gardera ce mandat jusqu'en 1979.

Le 8 juin 1958, il participe aux élections sénatoriales, sur la liste du Centre national des indépendants et paysans. Il est élu avec 379 voix au second tour, aux côtés de Jean Clerc (MRP). La mise en place de la Cinquième République provoque de nouvelles élections. Le 26 avril 1959, il se représente sur une liste « d'action républicaine et du renouveau français », qu'il a mise en place dans le département. Il est élu au premier tour avec 452 voix. Jean Clerc ne sera élu qu'au second tour.

En 1964, il est réélu Président du Conseil général, à l'unanimité, puis à nouveau en 1976.

Se représentant en 1968 aux sénatoriales du 22 septembre, il est à nouveau sénateur aux côtés de Charles Bosson.

Du fait de sa longévité dans l'arène politique locale, il est surnommé « le roi Arthur »[1],

Lors de débats sur les créations régionales en 1972, le sénateur, opposant à la création des régions françaises, il se dit cependant favorable à l'établissement d'une « région Rhône-Alpes élargie » plutôt qu'à une « région Alpes-Savoie »[2]. Il devient ainsi, en 1974, vice-président du Conseil régional de Rhône-Alpes en 1974.

Il meurt à 81 ans.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie. Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, (ISBN 2-842-06374-0 et 978-2-8420-6374-0), p. 48.
  2. Quel avenir pour la Savoie ?, Yens, Cabédita, Collection « Espace et horizon », , 156 p. (ISBN 2-88295-368-2 et 978-2-88295-368-1), p.94.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]