Impesanteur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les scientifiques de Skylab1 jouent avec l'impesanteur.

L'impesanteur est l'état d'un corps tel que l'ensemble des forces gravitationnelles et inertielles auxquelles il est soumis possède une résultante et un moment résultant nuls.

Des cristaux de zéolite « cultivés » sur terre (en haut) sont plus petits et moins réguliers que ceux produits en impesanteur (en bas). Cette expérience conduite avec le Center for Advanced Microgravity Materials Processing at Northeastern University in Boston visait à mieux comprendre la synthèse des zéolithes pour notamment améliorer le traitement du pétrole et réduire les coûts des carburants pétroliers.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme « apesanteur » est le terme fréquemment utilisé en français pour désigner cet état d'absence (a-) de pesanteur ; cependant les confusions orales fréquentes entre l'apesanteur et « la pesanteur » ont conduit à utiliser le terme « impesanteur » en lieu et place[1]. Le dictionnaire de l'Académie française constate cependant que le terme ne s'est pas imposé et ne le référence donc pas, mais il est officiellement préconisé par l'arrêté du 20 février 1995 relatif à la terminologie des sciences et techniques spatiales en notant que « le terme apesanteur est déconseillé pour éviter, dans le langage parlé, une confusion entre l'apesanteur et la pesanteur »[2].

Le terme « microgravité » est également mal utilisé pour désigner l'état d'impesanteur, en particulier par beaucoup de professionnels. On ne devrait parler de microgravité que très loin de la Terre et tout autre astre générant un champ gravitationnel, ou bien aux points de Lagrange où les champs de gravité « s'annulent », entre Terre et Lune par exemple[1].

Les termes correspondants en anglais sont weightlessness (absence de poids), zero gravity (gravité zéro), et zero-g[1] (formule mathématique universelle signifiant « 0 x g » et donc utilisable en français: « zéro-g »).

Cause[modifier | modifier le code]

Astronautes en impesanteur lors d'un vol parabolique.

L'impesanteur n'est pas provoquée par l'éloignement de la Terre ou de tout autre corps céleste attractif : l'accélération due à la gravité à une hauteur de 100 km par exemple n'est que de 3 % moindre qu'à la surface de la Terre. L'impesanteur est ressentie lorsque l'accélération subie égale la gravité, ce qui recouvre aussi le cas où le champ de gravité serait quasiment nul (loin de toute matière).

D'ordinaire ce qui est ressenti comme le poids n'est pas l'attraction exercée par la Terre (ou tout autre astre) sur nous-mêmes, mais la réaction du sol (ou de toute autre surface sur laquelle nous sommes posés) à cette force. Ainsi, l'impesanteur est ressentie par exemple lorsque nous sommes en chute libre, ou sur une orbite libre autour de la Terre (cas des astronautes). Cela est dû à ce que les astronautes et leur habitacle sont très près les uns des autres et tombent tous avec la même accélération (c'est un référentiel d'inertie).

Un astronaute s’entraînant dans la piscine du Laboratoire de flottabilité neutre.

Une situation un peu similaire à l'impesanteur peut être vécue lorsque les effets de la poussée d'Archimède s'opposent à la gravité. Ce type d'équilibre est exploité, par exemple, pour entraîner les astronautes aux manœuvres dans l'espace. Immergés avec leur scaphandre dans une piscine, la poussée d'Archimède les maintient en suspension. Toutefois, contrairement à la pesanteur ou à une accélération, la force d'Archimède n'agit pas sur l'oreille interne, qui contrôle l'équilibre. Les astronautes à l'entraînement dans une piscine continuent donc, notamment, à distinguer le haut du bas, ce qui n'est plus le cas dans l'espace.

L'impesanteur à portée des touristes[modifier | modifier le code]

Dans la cabine de l'avion-fusée d'EADS Astrium, quatre touristes pourraient, en 2012, observer la Terre et expérimenter, pendant trois minutes, l'impesanteur à 100 km d'altitude. L'heure et demie de vol est estimée entre 150 000 et 200 000 euros.

Effet sur la santé humaine[modifier | modifier le code]

L'impesanteur fait momentanément grandir : les astronautes de Skylab ont gagné jusqu'à 4 cm au cours de leur voyage. L'absence de réaction du sol étire les cartilages qui séparent les vertèbres. Le retour sur Terre, bien sûr, remet les choses en place et chacun retrouve sa taille initiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) « Le Répertoire terminologique 2000 publié au journal officiel », Ministère de la Culture,‎ 2000 (consulté le 11 juin 2009)
  2. Droit français : arrêté du 20 février 1995 relatif à la terminologie des sciences et techniques spatiales (voir sur Legifrance).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :