Zellwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zellwiller
La rue principale avec ses maisons à colombages.
La rue principale avec ses maisons à colombages.
Blason de Zellwiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Obernai
Intercommunalité C.C. Barr-Bernstein
Maire
Mandat
Denis Heitz
2014-2020
Code postal 67140
Code commune 67557
Démographie
Population
municipale
726 hab. (2011)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 55″ N 7° 29′ 55″ E / 48.3986, 7.498648° 23′ 55″ Nord 7° 29′ 55″ Est / 48.3986, 7.4986  
Altitude Min. 153 m – Max. 186 m
Superficie 8,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Zellwiller

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Zellwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Zellwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Zellwiller

Zellwiller est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée du village par la départementale D 62.
Les maisons à colombages dans la rue principale.
École de garçons.

Zellwiller, petite commune rurale à l'écart des grandes voies de communication, est située sur un plateau peu élevé, dans les prairies du Ried, sur les bords du plateau dominant le Bruch de l'Andlau. Zellwiller possède une banlieue fort étendue et bornée à l'est par des terrains de vaine pâture. Le village fait partie du canton d'Obernai et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein. Zellwiller est situé à 4 km au sud de Barr et à 10 km de Benfeld.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • L'Andlau

Toponymie[modifier | modifier le code]

Zelveiler (1793), Zelwiler (1801)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

D'abord terre salique, Zellwiller fut avec Soultzbach le seul fief des ducs de Lorraine existant en Alsace. Au XIIe siècle, le nom du village apparut pour la première fois dans une charte de l'évêque de Strasbourg, Burkhard, confirmant les privilèges de l'abbaye de Baumgarten. En 1334, l'empereur Louis de Bavière prétendit en rendre la mouvance à l'Empire et inféoda ce village à Jean de Landsberg (de), seigneur de Niedernai dénommé Zellen Wilr. Mais dès 1362, le fief redevint lorrain par l'investiture que Jean, duc de Lorraine, en donna au chevalier Werlin de la même maison. Cette investiture est restée jusqu'à la Révolution à la mouvance lorraine ; les barons de Landsberg n'eurent cesse de tenir le fief à ce titre. En 1444, le château de Zellwiller fut pris sur eux ainsi que celui de Niedernai par les Armagnacs. Il fut ensuite reconstruit puis repris environ deux siècles plus tard par les Suédois qui le démantelèrent. Acheté en 1830 par Louis Schwebel, ancien consul de France à Tunis, qui y acheva sa longue et honorable carrière ; il passe ensuite entre les mains de ses neveux (L. Levrault). Le château fut rasé en 1894. Entre le XVIe et le début du XXe siècle, de 1563 à 1930, Zellwiller abritait encore une importante communauté juive, trente-trois familles en 1784 et seulement dix-sept personnes en 1920. Le village comportait alors une école juive, une synagogue et un bain rituel.

Zellwiller possédait un port sur l'Andlau où transitaient les tonneaux de vin notamment vers Strasbourg. Le blason du village garde la trace de la possession des lieux par les Seigneurs de Landsberg qui y pratiquaient la chasse.

Au début du XXe siècle, les habitants vivaient essentiellement de la polyculture, dont la culture du tabac, ainsi que de l'élevage. Puis, la culture du pinot noir fut développée, donnant naissance au rouge de Zellwiller. Ce petit village rural possède des calvaires remarquables et une charmante chapelle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Zellwiller

Les armes de Zellwiller se blasonnent ainsi :
« D'argent au chevron d'azur, accompagné de trois rencontres de cerf de sable. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Denis Heitz[3]    
mars 2001 mars 2008 Laurent Reibel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 726 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 935 895 1 057 1 137 1 183 1 170 1 144 1 128
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 165 1 197 1 144 1 090 1 089 1 073 1 048 1 037 995
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
935 883 836 720 683 695 681 661 600
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
596 621 610 692 675 723 725 725 726
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.
Mairie.
Grotte de Notre-Dame de Lourdes.
Calvaire (XVIIIe-XXe), rue principale à côté de l'église.

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Chapelle[modifier | modifier le code]

Cuve baptismale (XVe siècle)[modifier | modifier le code]

Grotte de Lourdes[modifier | modifier le code]

Maison juive[modifier | modifier le code]

Ancienne synagogue[modifier | modifier le code]

Autrefois charmant monument religieux, elle est malheureusement aujourd'hui un simple et lugubre lieu de stockage agricole.

Hangar à tabac (1850)[modifier | modifier le code]

Mairie[modifier | modifier le code]

Calvaire à côté de l'église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]