Bourgheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bourgheim
L'église Saint-Arbogast à Bourgheim
L'église Saint-Arbogast à Bourgheim
Blason de Bourgheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Obernai
Intercommunalité C.C. Barr-Bernstein
Maire
Mandat
Jacques Cornec
2014-2020
Code postal 67140
Code commune 67060
Démographie
Gentilé Bourgheimois, Bourgheimoises
Population
municipale
568 hab. (2011)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 11″ N 7° 29′ 45″ E / 48.419722, 7.495833 ()48° 25′ 11″ Nord 7° 29′ 45″ Est / 48.419722, 7.495833 ()  
Altitude Min. 159 m – Max. 221 m
Superficie 2,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Bourgheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Bourgheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourgheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourgheim

Bourgheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bourgheim est située à 5 km de Barr et Obernai, à 30 km au sud de Strasbourg et 40 km de Colmar.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bourgheim, un petit village et une longue histoire. Située au bord de la Kirneck sur une terrasse loessique dominant le Bruch de l'Andlau, le site est habité dès l'époque gallo-romaine. Trouvailles occasionnelles et fouilles prouvent l’existence d’un fortin entouré de cabanes et de fours à potiers.

Le village sous le nom de Burghaime est mentionné pour la première fois en 738 comme possession des ducs d’Alsace. Il passe plus tard à l’Empire et devient un Reichsdorf comme ses voisins Barr, Gertwiller, Goxwiller et Heiligenstein avec lesquels il partage l’usage des forêts et du Bruch. De nombreux couvents : Wissembourg, Ebersmunster, Niedermunster, y possèdent des biens. À la fin du Moyen Âge deux localités se sont constituées : Oberburgheim au sud de la Kirneck avec une chapelle Saint-Nicolas et Niederburgheim autour de l’église Saint-Arbogast. Cette dernière conserve de beaux vestiges de l’époque romane. Au XVe siècle Oberburgheim disparaît.

Au début du XVIe siècle, Bourgheim comme les autres communes de la seigneurie de Barr, est donnée par l’Empereur Maximilien à Nicolas ZIEGLER. Les fils de ce dernier vendent en 1566 et 1568 l’ensemble à la ville de Strasbourg qui en reste propriétaire jusqu’à la Révolution.Bourgheim passe par une crise terrible au cours des guerres du XVIIe siècle. Le village n’a plus d’habitants en 1679. Certains reviendront, on signale huit familles en 1681. En 1779 on compte 140 personnes : 118 protestants et 22 catholiques.

Comme dans toute la seigneurie, la Réforme a été introduite vers 1545. Bourgheim a d’abord été desservi par Gertwiller, puis est devenu à partir de 1565 jusqu’à nos jours filiale de la paroisse de Goxwiller, où réside le pasteur. Après le rattachement à la France, le catholicisme fut réintroduit en 1685. Le régime du simultaneum, usage de la même église par les deux confessions, est toujours en vigueur[1]. Les catholiques étaient à l’origine rattachés à Niedernai.

Après la Révolution, Bourgheim est devenu une commune de plein droit. Elle a vécu au XXe siècle la création d’une usine de matériel agricole qui a modifié l’aspect du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bourgheim

Les armes de Bourgheim se blasonnent ainsi :
« Coupé : au premier de sable aux deux roses d'argent boutonnées d'or, au second d'argent plain. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'école de Bourgheim
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Jacques Cornec[3]    
2001 2008 Raymond Ledig    
1983 2001 Gustave Boeckel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 568 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
146 174 179 228 226 222 226 224 222
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
216 200 204 184 178 179 178 173 190
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
173 177 194 182 180 184 191 185 233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
272 240 246 257 395 409 474 482 568
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bourgheim possède une belle église protestante datant du IXe siècle : l'église Saint Arbogast. C'est une église simultanée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le tristement célèbre meurtrier Pierre Bodein alias « Pierrot le Fou » a vécu et a été interpellé à Bourgheim en 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Vogler, « Liste de localités ayant de nos jours une église simultanée », in Antoine Pfeiffer (dir.), Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie, SAEP, Ingersheim ; Oberlin, Strasbourg, 2006, p. 298 (ISBN 2-7372-0812-2)
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  3. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :