Turckheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Turckheim.
Turckheim
La Porte basse, en alsacien Untertor, alias la Porte de France.
La Porte basse, en alsacien Untertor, alias la Porte de France.
Blason de Turckheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Colmar
Canton Wintzenheim
Intercommunalité C.A.C.
Maire
Mandat
Jean-Marie Balduf
2014-2020
Code postal 68230
Code commune 68338
Démographie
Gentilé Turckheimois
Population
municipale
3 731 hab. (2011)
Densité 227 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 14″ N 7° 16′ 52″ E / 48.0872222222, 7.2811111111148° 05′ 14″ Nord 7° 16′ 52″ Est / 48.0872222222, 7.28111111111  
Altitude Min. 219 m – Max. 840 m
Superficie 16,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Turckheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Turckheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Turckheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Turckheim

Turckheim (prononcé [tyʁkhaim ] ou [tyʁkaim ][1], allemand : Türkheim ; alsacien : Tercka) est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace. Elle est surtout réputée pour ses vignobles.

Ses habitants sont appelés, en français, les Turckheimois et les Turckheimoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Turckheim en Alsace.

Turckheim est située dans la vallée de la Fecht, en aval de Munster, et non loin de la ville de Colmar, chef-lieu du Haut-Rhin. Le village fait partie administrativement du canton de Wintzenheim et de l'arrondissement de Colmar.

La commune est située sur la route des Vins d'Alsace. Elle est également l'une des quinze étapes de la Route verte.

Les fortifications de la vieille ville de Turckheim ont été construites sous une forme triangulaire. Les remparts sont percés de trois portes qui permettaient l'entrée dans la ville par des ponts-levis qui enjambaient le fossé dont il reste quelques vestiges. La porte de France est l'entrée principale de la ville et est orientée plein sud. La porte du Brand à l'est tient son nom de la colline qui la surplombe et la porte de Munster est elle orientée vers l'ouest en direction de la vallée de Munster.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après les éléments archéologiques trouvés, on suppose que les environs de Turckheim étaient déjà peuplés à l'époque romaine.

Quand les tribus germaniques envahirent l'Empire romain en traversant le Rhin, les Thuringes s'installèrent ici. Leur nom a alors probablement donné celui de la ville : d'abord Thorencohaime puis Thuringheim. Thuringheim appartenait durant le haut Moyen Âge pour partie à l'abbaye de Munster, pour autre partie à la seigneurie de Hohlandsberg (françisé en « Haut-Landsbourg » ou « Hohlandsbourg »), ceci au sein de l'Empire germanique.

En 1312, Turckheim est devenue une ville libre d'Empire. En 1315 a débuté la construction des remparts, qui sont encore aujourd'hui en excellent état. En 1354, la ville disposait déjà des (de) privilèges de ville de même que du (de) droit de tenir marché. Elle rejoignit la même année la Décapole, la ligue des villes libres d'Alsace. À la paix de Westphalie, en 1648, qui mit un terme à la guerre de Trente Ans, la France obtint les possessions des Habsbourg en Alsace. Les villes libres impériales de la Décapole, dont Turckheim, tiennent elles à conserver leur immédiateté d'Empire et refusent de jurer fidélité au roi de France. Celui-ci pratique alors une politique de réunion visant à annexer ces villes, ce qui est obtenu en 1678, lors de la paix de Nimègue.

Entre-temps eut lieu le 5 janvier 1675 une mémorable bataille, entre les armées du roi de France Louis XIV, conduites par le Maréchal Turenne, et celles de l'Empereur Léopold Ier et du Prince Électeur de Brandebourg Frédéric Guillaume Ier.

En 1871, à la suite de la guerre franco-prussienne, la ville rejoignit avec le reste de l'Alsace l'Empire allemand, avant de repasser de nouveau à la France en 1918.

Turckheim est une des seules villes de France où subsiste encore un veilleur de nuit, qui effectue sa ronde tous les soirs à 22 h du 1er mai au 31 octobre, les 3 premiers samedis de l'Avent à 22h, et chaque 31 décembre, à minuit essentiellement pour le folklore et le tourisme.

Turckheim possède de nombreuses maisons à colombage, caractéristiques de l'Alsace et de l'architecture germanique plus généralement.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Turckheim

Les armes de Turckheim se blasonnent ainsi :
« D'argent à la porte de gueules, les pentures et l'annelet de sable. »[2]

Connues dès 1212, les armoiries sont peut-être inspirées par le sceau à la porte du chevalier Wetzel de Bicksberg. La porte est l'éponyme du nom de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Autour de l'Hôtel de Ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Jean-Marie Balduf UMP  
2001 2008 Jean-Pierre Schaller (1946-2010)    
Les données manquantes sont à compléter.
Turckheim en 1900.
Le centre de Turckheim.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 731 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 055 1 934 2 212 1 976 2 736 2 747 2 758 2 858 2 879
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
2 930 2 946 2 929 2 694 2 547 2 496 2 544 2 462 2 427
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 509 2 594 2 522 2 369 2 441 2 532 2 692 2 493 2 673
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 028 3 028 3 609 3 510 3 567 3 594 3 714 3 731 3 731
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sources : Insee[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Turckheim est une cité viticole réputée pour ses cépages de très haute qualité. La légende du dragon du Brand explique d'ailleurs la qualité de ces vins. Jadis une mer s'étendait dans la plaine d'Alsace. Un dragon un jour sortit des eaux et grimpa au sommet de la colline du Brand où il s'endormit. Mais le soleil et la chaleur furent tels que de ses écailles fondirent et l'animal se vida de son sang. Ce sang se répandit et pénétra la terre de la colline du Brand. Des siècles plus tard, une fois que la mer se fut retirée, les hommes bâtirent une cité au pied du Brand et plantèrent des vignes sur cette colline qui, fertilisée du sang du dragon, donna un cru exceptionnel (le Brand est reconnu parmi les 51 grands crus d'Alsace).

Turckheim a été le siège d'une grande dynastie de papetiers, les Schwindenhammer. L'histoire de cette famille débute en 1798 à la suite du rachat d'un ancien moulin à papier qui était en liquidation judiciaire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade de l'église Sainte-Anne.
  • Musée mémorial des combats de la poche de Colmar, 35, rue du Conseil à Turckheim
Situé au cœur d'une cité médiéval dans un caveau du XVIIIe siècle (ayant servi d'abri aux habitants de Turckheim au cours de la Seconde Guerre mondiale), le musée présente le témoignage de deux longs mois d'enfer autour de Colmar, à travers les acteurs de cet affrontement et la technologie des matériels de l'époque. Il passe au crible toutes les phases de la bataille, sans oublier le sort de la population.
  • Église Sainte-Anne (Monument Historique : inscription en 1930)[6]
  • Orgue (1755)
  • Maître-autel (1845)
  • Chapelle des Frères à Butzental.
  • Chapelle de cimetière.
  • Cour domaniale de Munster (XIIIe-XVe siècle)
  • Hôpital (XVIe-XIXe siècle)
  • Ancien hôpital Hospice (XVIe siècle)
  • Maison du chapelain (XVIe siècle)
  • Maison (1567), située 62, Grand-Rue
  • Hôtel de ville (1598 - XVIIIe siècle) (Monument Historique : inscription en 1930)[7]
  • Maison de Vigneron (1596-1713), située 85, Grand-Rue
  • Auberge à l'homme sauvage (XVIIe siècle), située 19, Grand-Rue
  • Hôtel des Deux Clefs (1620) (Monument Historique : inscription en 1930)[8],[9]
  • Maison du prévôt (1653)
  • Fontaine (XVIIIe siècle), située Place Turenne
  • Puits du XVIIIe siècle, place de l'église
  • Ancien lieu de culte israélite. Il n'en subsiste qu'un immeuble ayant servi au culte jusqu'au début du siècle, et transformé aujourd'hui en maison d'habitation.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les bus Trace[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par les lignes et arrêts suivants :

class="wikitable" Parcours Arrêts dans la commune
8 Turckheim Tuilerie - Europe - Gare – Théâtre Fecht, Place de la République, Quai du Dr. Pfleger, Cité Turenne, Tuileries
25 Walbach / Trois-Epis / Ingersheim Florimont - Théâtre – Gare Fecht, Place de la République, Brand, Quai du Dr. Pfleger, Cité Turenne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]