Krautergersheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Krautergersheim
Maison à colombages.
Maison à colombages.
Blason de Krautergersheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Obernai
Intercommunalité C.C. du Pays de Sainte-Odile
Maire
Mandat
René Hoelt
2014-2020
Code postal 67880
Code commune 67248
Démographie
Gentilé Chouvillois, Chouvilloise
Population
municipale
1 732 hab. (2011)
Densité 272 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 34″ N 7° 34′ 03″ E / 48.4761, 7.567548° 28′ 34″ Nord 7° 34′ 03″ Est / 48.4761, 7.5675  
Altitude Min. 149 m – Max. 159 m
Superficie 6,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Krautergersheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Krautergersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Krautergersheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Krautergersheim
Liens
Site web http://krautergersheim.com/

Krautergersheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Chouvilloises et les Chouvillois, en référence au chou qui se dit Kraut en allemand (alémanique krüt).

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée du village de Krautergersheim.
Panneaux rappelant le jumelage du village.
La rue principale du village.

Krautergersheim est situé dans l'arrondissement de Sélestat-Erstein et du canton d'Obernai. Le village est situé à proximité de la voie rapide A35 en direction de Barr et Strasbourg. Il existe deux principaux terroirs :

  • à l'ouest, les terrasses lœssiques portent de riches cultures vivrières : les choux, la pomme de terre et le maïs ;
  • à l'est, le Bruch de l'Andlau, pays des prairies humides, des forêts, des landes humides, mais aussi de la culture du chanvre et du lin.

Les habitants sont appelés les Chouvillois et les Chouvilloises. La commune occupe une superficie de 6,4 km2. Les villages les plus proches sont Meistratzheim, Innenheim, Hindisheim, et à 12 km au sud-ouest, Illkirch-Graffenstaden la plus grande ville la plus proche.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

  • L'Ehn (autrefois Ergers)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est attesté sous les formes Ercafetilsheim en 736 dans un document de l'abbaye de Murbach, Eringisashaim en 778. L'abbesse de Sainte-Odile, Herrade de Landsberg, évoque Ergersheim dans ses écrits.

Le nom du village provient, selon l'humaniste Wimpheling, de l'ajout de l'alsacien Krüt « chou » (alémanique Krüt, allemand Kraut) à Ergersheim, pour le distinguer alors d'une localité homonyme proche de Molsheim. L'ancien village s'explique quant à lui par l'hydronyme Ergers, suivi de l'appellatif -heim, signifiant « foyer, village » [réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges de la civilisation romaine et des tombes mérovingiennes attestent de l'occupation du site de Krautergersheim. Par la suite ce sont les Alamans qui se fixent aux alentours du VIe et du VIIe siècles. Des actes écrites mentionnent la possession du village par diverses abbayes: en 735 par l'abbaye de Murbach, en 778 du l'Abbaye de Hohenbourg (Mont Sainte-Odile) et en 1050 par l'abbaye de Baumgarten.

Le village sera dévasté en 1587 lors de la guerre de Religion; il est incendié par des mercenaires de passage. Durant la Guerre de Trente Ans les troupes du général Ernst von Mansfeld au service des protestants pillent et saccagent les églises et les abbayes, maltraitant les paysans, et brûlant le village. En 1632 ce sont les Suédois du Roi Gustave II Adolphe, venus au secours des protestants allemands, qui pénètrent en Alsace, occupant toutes les villes fortifiées dont Benfeld et mettent à sac Krautergersheim. En 1634, deux ans après la mort de leur roi, les Suédois quittent l’Alsace, mais leur souvenir demeure fortement enraciné dans la mémoire collective. À partir du XIVe siècle, plusieurs familles seigneuriales se partagent le village. La famille Berckheim possède un château qui sera acheté plus tard par Bernard-Frédéric de Turckheim et son épouse Lili Schoenemann - l'amour de Goethe - Au début du XVIe siècle, le préfixe Kraut est ajouté au nom de la localité pour la distinguer de son homonyme, situé à proximité de Molsheim le village témoigne de l'ancienneté de la culture intensive du chou et de la fabrication de la choucroute. Lors de la chute de l'Empire, des unités autrichiennes occupent Krautergersheim durant trois années.

Les activités du village se partagent entre la culture de la pomme de terre, la fabrication industrielle de la choucroute, l'industrie du bâtiment et un fort secteur artisanal et commercial.

Fête de la choucroute[modifier | modifier le code]

La commune se proclame capitale de la choucroute (Kraut signifie chou en alémanique) qui est mise en valeur le dernier dimanche de septembre lors de la fête de la choucroute.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Krautergersheim

Les armes de Krautergersheim se blasonnent ainsi :
« De sable au sautoir d'or. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 27 juillet 2010[2] Joseph Lotz[3]   Agriculteur
14 septembre 2010 2014 René Hoelt    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 732 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
959 1 153 1 077 1 277 1 264 1 287 1 208 1 300 1 325
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 326 1 288 1 303 1 356 1 387 1 423 1 406 1 417 1 382
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 397 1 415 1 381 1 258 1 190 1 161 1 187 1 189 1 114
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 102 1 086 1 043 1 303 1 388 1 590 1 584 1 591 1 650
2011 - - - - - - - -
1 732 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

population provisoire pour 2004 : 1 584

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Epvre (1815).
Chapelle du cimetière (1851).
Mairie de Krautergersheim.

Église Saint-Epvre[modifier | modifier le code]

Saint Epvre est évêque de Toul vers 500-507. Selon la tradition orale, il chasserait les serpents venimeux du ban de la commune. L'église est construite en remplacement d'un édifice devenu trop petit. Le saint dédicataire est représenté sur le vitrail central du chœur entouré de serpents. L'église abrite deux autels latéraux du XVIIIe siècle, vestiges de l'ancien édifice, une statue de la Vierge à l'Enfant également du XVIIIe siècle, un chemin de croix datant de 1832 et un orgue Sttoehh-Mockers depuis 1861. Le clocher surmonté d'une flèche en 1902, abrite trois cloches, bénies en 1851; la plus importante porte le nom de saint Epvre, elle est remplacée en 1939. Les fonts baptismaux, autrefois entreposés dans la grange du presbytère, sont réintégrés en 1983.

Chapelle du cimetière[modifier | modifier le code]

Construite avec des éléments gothiques provenant d'une chapelle-crypte datée de 1559, cette chapelle est située sur l'ancien domaine de la famille Berckheim-Türckheim. Les murs extérieurs sont incrustés d'anciennes pierres tombales.

Chapelle centrale (1590-1815)[modifier | modifier le code]

Moulin (1713)[modifier | modifier le code]

La Laube (mairie)[modifier | modifier le code]

Calvaire Wunderkritz[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lili Schoenemann (v. 1780)

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Quelques images de Krautergersheim[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Collectif, Krautergersheim, entre Ried et piémont, hier et aujourd'hui, Collection Mémoires de vie, Carré blanc éditeur, Strasbourg, 2010, 248 pages.

Sur les autres projets Wikimedia :