Niedermorschwihr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Niedermorschwihr
En venant de Turckheim
En venant de Turckheim
Blason de Niedermorschwihr
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Ribeauvillé
Canton Kaysersberg
Intercommunalité sans
Maire
Mandat
Daniel Bernard
2014-2020
Code postal 68230
Code commune 68237
Démographie
Gentilé Morvilois ou Morvilais
Population
municipale
540 hab. (2011)
Densité 161 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 01″ N 7° 16′ 30″ E / 48.1003, 7.275 ()48° 06′ 01″ Nord 7° 16′ 30″ Est / 48.1003, 7.275 ()  
Altitude Min. 263 m – Max. 720 m
Superficie 3,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Niedermorschwihr

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Niedermorschwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Niedermorschwihr

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Niedermorschwihr

Niedermorschwihr est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Morvilois ou Morvilais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Niedermorschwihr est situé à l'ouest de Colmar, près de Turckheim, sur la route des Vins d'Alsace.

Écarts et lieux-dits : Hunabuhl / Hunnabuhl

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est connu sous le nom de Morswilre dès 1148, nom apparu dans une bulle du pape. Plus tard, au XVIe siècle, la commune est renommée Niedermorschwihr afin de pouvoir le distinguer d'Obermorschwihr qui se trouve près d'Eguisheim. Elle appartenait pour moitié à l'Empire et pour moitié aux Habsbourg.

Aucun vestige visible ne subsistant, la thèse affirmant que le cimetière aurait été fortifié est contestable.

À cheval sur les bans d'Ammerschwihr, de Niedermorschwihr et de Turckheim se trouve la station climatique des Trois-Épis, abritant entre autres un centre d'altitude et de cure de repos. Autrefois ville du "Grand Hôtel", qui accueillait les touristes et autres curieux, la station perd peu à peu sa popularité et sombre dans l'oubli.

Les Trois-Épis sont nés d'un pèlerinage dédié à la Vierge et fondé en 1491 : en effet, la Vierge y serait apparue à un forgeron d'Orbey, tenant d'une main trois épis de blé, de l'autre un grêlon (augure d'une bonne ou d'une mauvaise récolte selon que les gens se convertiraient ou non). Le pèlerinage reprit rapidement, après avoir été interrompu par la guerre de Trente Ans. Un prieuré fondé en 1651 fut supprimé à la Révolution. Le pèlerinage cependant existe toujours.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Niedermorschwihr

Les armes de Niedermorschwihr se blasonnent ainsi :
« De gueules à la tête de mauresque cousue de sable, perlée d'argent, à la bordure du même. »[2]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Joseph LORANG    
1791 1792 Thomas ou Thiébaut MEYER    
1792 1793 Jean-Jacques SCHERB    
1793 1795 Antoine WEINZORN    
1795 1797 Elie SCHERB    
1797 1797 Joseph HIRSINGER    
1797 1797 Jean WEINZORN    
1797 1797 Antoine WEINZORN    
1797 1808 Xavier KUNTZMANN    
1808 1829 Elie "le vieux" SCHERB    
1829 1830 Jean Baptiste WEINZORN    
1830 1831 Léonard LAURENT    
1831 1837 Ignace BOXLER    
1837 1842 Jean-Baptiste WEINZORN    
1842 1843 Jacques BIRLE    
1843 1843 Elie "le vieux" SCHERB    
1843 1847 François Xavier SCHERB    
1847 1848 Jacques BIRLÉ    
1848 1848 Elie Jérôme "le jeune" SCHERB    
1848 1852 Joseph Antoine LAURENT    
1852 1854 Georges Joseph SCHERB    
1854 1860 Wendelin HAFFNER    
1860 1873 Jacques BIRLÉ    
1873 1900 Jacques GRUENER    
1900 1911 Jean-Baptiste KAUFFMANN    
1911 1914 Jean-Baptiste LAURENT    
1914 1925 Aimé GRUENER    
1925 1925 Xavier KUNTZMANN    
1925 1941 Paul WEINZORN    
1941 1944 Jean-Baptiste LAURENT    
1944 1945 Adrien BARXELL    
1945 1947 Lucien WEINZORN    
1947 1960 René WEINZORN    
1960 1977 Eugène LAURENT    
1977 1989 Georges DIETRICH    
1989 2001 Maurice FERBER    
2001 2014 Michel TOUSSAINT    
2014 en cours Daniel BERNARD    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 540 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
805 817 847 951 987 972 907 949 938
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
819 828 827 781 717 742 751 715 703
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
710 710 726 658 632 636 634 518 503
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
653 554 553 620 609 585 568 577 557
2011 - - - - - - - -
540 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Clocher tors de l'église.
Maquette de la charpente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christine Ferber, Maître pâtissier-confiseur. Son autorité dans la fabrication des confitures est largement reconnue en France et à l'étranger[5]
  • Claire Heitzler, Chef pâtissière

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Sérignac-sur-Garonne (France) qui, elle aussi, a la particularité d'avoir une église avec un clocher tors.

Les bus Trace[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par la ligne suivante :

Parcours Arrêts dans la commune
25 Trois-Epi - Hunabuhl Haut - Niedermorschwihr / Walbach - Zimmerbach - Théâtre - Gare Nierdermoschwihr Mairie - Vogésia - Hunabuhl Bas - Centre - Haut

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 9 novembre 2011.
  2. Archives Départementales du Haut-Rhin
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. (fr)François Simon, « CHRISTINE FERBER », sur lefigaro.fr,‎ 28 décembre 2007 (consulté le 21 août 2012) : « Quelle part de vous mettez-vous dans vos confiseries ? Toute ma générosité et mon respect pour la nature et les personnes qui soignent mes arbres. »