Véranda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Véranda ouverte sur le jardin.

Une véranda (écrit aussi verandah) est une pièce à vivre, souvent plus éclairée qu'une salle fabriquée dans les matériaux habituels. Prolongement de la maison existante, c'est un porche ou une galerie légère, couvert (toit plein, semi-vitré ou vitré) et à jour, établi sur la façade d’une maison. Elle est souvent en bois ou en aluminium, parfois en PVC, en fer forgé ou en acier.

Le terme véranda vient du mot indien baramdah/veranda qui désigne une partie extérieure (un balcon) ayant une toiture pour se protéger des éléments naturels avant de rentrer ou de sortir, dans des maisons en Inde.

De nombreuses maisons partiellement ou entièrement entourées de véranda - appelée aussi galerie aux Antilles, ou varangue dans les Mascareignes - existent dans les pays tropicaux.

Le constructeur de véranda s'appelle un vérandaliste.

Les vérandas modernes[modifier | modifier le code]

Dans les pays du nord, les vérandas sont des espaces clos, dont les parois verticales sont composées d'une manière importante de vitrage. Dans les démarches récentes d'habitation bioclimatique, les vérandas sont utilisées pour chauffer les habitations par apport solaire. Dans les pays du sud, les vérandas sont en vitrage pour permettre de climatiser l'espace ou en simple grillage(ou moustiquaire) permettant à l'air extérieur de circuler librement, voire d'être brassé par des ventilateurs, ou combinées à une toiture solaire photovoltaique, pour permettre d'allier l'avantage de la véranda à la rentabilité du photovoltaique.

L'armature et les variétés[modifier | modifier le code]

a) La majorité du marché des vérandas actuellement se tourne vers l'aluminium (95 % du marché en France), grâce à ses propriétés physiques qui permettent de construire des armatures isolantes (grâce au procédé de rupture de pont thermique), avec une faible dilatation à la température, avec des possibilités de coloration sur le long terme et une quasi-absence d'entretien. Les autres matériaux utilisés sont le PVC (à utiliser seulement pour les petites structures en raison de son coefficient de dilatation), le bois qui reste malgré tout une alternative à l'aluminium sur ce marché et qui permet l'utilisation d'une couverture plus isolante que les couvertures utilisées pour les vérandas en aluminium. Les vérandas en bois ont de plus l’avantage de coûter moins cher que les vérandas en aluminium. Le dernier matériau utilisé est l'acier, qui reste marginal dans son ensemble, mais qui offre une esthétique souvent remarquable.

b) Une véranda, par définition, comporte nécessairement des cloisons bâties en dur : maçonnées ou en bois. Ces dernières sont édifiées en supplément du bâtiment pour augmenter les dimensions totales de l'ouvrage de base. Elles sont composées du même matériau que celui-ci auquel la véranda est attenante, de telle sorte que les parois verticales de son châssis prennent appui dessus. En général, il s'agit de murets de quart, tiers ou mi-hauteur (mais guère plus) permettant de solidifier l'ouvrage par une base rigide.

À défaut de ces parois pleines, au sens de l'architecture classique, il s'agit d'une verrière, en présence de verre, ou d'une cage, s'il s'agit de grillage - voire de ferronnerie. Si cette construction est isolée du bâtiment principal, on parle alors d'une serre (pour du verre) de volière ou de cage (pour du grillage). Si les panneaux sont en métal, on est en présence d'un jardin d'hiver.

Le vocabulaire désignant ces ouvrages n'est pas clairement fixé. Cependant, c'est la surface rapportée entre les divers composants de la construction qui permet de définir plus précisément celle-ci.

Par exemple :

  • si la surface vitrée totale est maximale sans surface en maçonnerie, il s'agit d'une verrière (type de la serre par excellence) ;
  • en présence de panneaux en dur de soutien de l'ouvrage, on parle obligatoirement de véranda ;
  • dans le cas d'une construction de verre où la surface de toiture excède celle des fenestrages (parois latérales), il s'agit de baie vitrée et la pratique s'accorde à considérer cette variété comme entrant dans la catégorie des verrières.

Les toitures de vérandas[modifier | modifier le code]

La toiture d'une véranda est composée de 3 éléments principaux :

  • La charpente : support de la couverture et de l'isolation
  • L'isolation : elle conditionne le bien-être ressenti dans la véranda. Une véranda mal isolée (du froid ou du chaud) ne sera pas confortable.
  • La couverture : la couverture peut être composée de « plaques de remplissage » ou d'une couverture plus classique de type tuiles (terre cuite ou béton), ardoises, bardeaux bitumeux, etc.

Ces « plaques de remplissage » peuvent être composées de nombreux éléments, mais d'une manière générale, on retrouve principalement trois composés principaux :

  • Le verre : matériau roi de la véranda. Toutefois, il faut faire attention avec celui-ci aux apports solaires trop importants et aux risques d'éblouissement en pleine période estivale. Des traitements modernes permettent toutefois de limiter ces deux aspects.
  • Le polycarbonate : plaques de plastique alvéolaire. Élément très léger ne permettant pas de voir le ciel à travers lui (translucide) mais laissant passer la luminosité. Tout comme le verre, il faut faire attention aux risques de surchauffe en cas d'exposition sud. Il existe des traitements comme pour le verre pour ce matériau, mais ils restent moins efficaces que ceux pratiqués sur le verre. Attention aussi avec ce matériel aux nuisances sonores en cas de pluie. Le polycarbonate n'est pas isolant (pièce froide à très froide l'hiver, pièce chaude à très chaude l'été, selon l'exposition).
  • Le « panneau sandwich » : deux plaques d'aluminium entre lesquelles on met de l'isolant thermique, et d'une manière optionnelle une isolation acoustique. Totalement opaque, ne laisse pas passer la lumière. Ces plaques existent en épaisseur de 16 à 85 mm. Bien sûr, plus l'épaisseur augmente, meilleure est l'isolation. Une épaisseur de 16 mm n'est pas adaptée à une véranda puisque cette épaisseur ne présente pas les caractéristiques d'isolation nécessaires.
  • Le « panneau photovoltaique » : un panneau solaire photovoltaique en surface pour permettre la production d'électricité combiné en dessous par un « panneau sanwich » qui permet à la fois l'isolation thermique, et de renforcer l'étanchéité du système.

La solution pour avoir un espace de vie agréable quelle que soit la saison est souvent l'utilisation d'un matériau classique de type tuiles + isolation plutôt qu'une solution mixte entre panneaux sandwich et polycarbonate ou entre panneaux sandwich et verre.

Les dispositions du Code de l'urbanisme sont applicables aux vérandas[modifier | modifier le code]

Les dispositions du Code de l’urbanisme s’appliquent intégralement à ces éléments de constructions : déclaration préalable pour une surface inférieure ou égale à 20 m² de surface hors œuvre brute (SHOB) et permis de construire au-delà ; réglementations particulières dans les secteurs sauvegardés ou sites naturels protégés, obligation éventuelle de faire appel à un architecte[1]...

Le marché de la véranda[modifier | modifier le code]

Le marché de la véranda, s'adresse principalement aux particuliers qui souhaitent agrandir leur habitation, à moindre frais tout en privilégiant la polyvalence de la véranda (apport calorique, luminosité, modularité et faible coût de construction).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dispositions relatives au recours obligatoire à l’architecte résultent de la loi du 3 janvier 1977 modifiée sur l’architecture : L’article 3 dispose que le recours à un architecte est obligatoire pour établir un projet architectural qui fait l’objet d’une demande de permis de construire. L’article 4, toutefois, dispense de ce recours les personnes physiques qui déclarent vouloir édifier ou modifier, pour elles-mêmes, une construction de faible importance (bâtiments de moins de 170 m² de surface hors œuvre (SHON) nette pour les constructions autres qu’agricoles et de moins de 800 m² de surface hors oeuvre brute (SHOB) pour les constructions agricoles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) Le Marché de la véranda : Extrait de l’étude de marché réalisée par BATIM ETUDES pour SNFA et CSFVP en décembre 2002 auprès d’un échantillon représentatif de 400 entreprises installateurs de vérandas
  • (fr) Annuaire des vérandalistes (France)