Buanderie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une buanderie est un petit local, attenant immédiatement à la maison, qui était réservé à la lessive, en mauvaise saison. C'était aussi des bâtiments de la taille d'une petite maison spécialisés dans le blanchiment des toiles (de lin et de chanvre), dénommés par exemple kanndi[1] en breton dans le cadre de l'activité toilière importante dans le Léon du XVIe siècle au XIXe siècle[2], qui enrichit les juloded (paysans-marchands de toiles du Pays de Léon).

Étymologiquement, il s'agit du lieu où l'on fait de la buée[3].

Dans chaque buanderie, il y avait au moins un trépied, qui permettait d'installer le baquet à une hauteur limitant au minimum la fatigue (due à une position trop inclinée vers l'avant, très éprouvante pour le dos). En plein été, les femmes sortaient les baquets et seaux à l'extérieur.

Autrefois, en Picardie par exemple, chaque maison avait sa buanderie.

Aujourd'hui, dans les logements comportant une buanderie, celle-ci est équipée des branchements électriques et évacuations nécessaires permettant d'y installer un lave-linge, ainsi qu'un sèche-linge.

Si le terme n'est pas exactement synonyme de blanchisserie et de buerie, il est néanmoins utilisé au Québec pour désigner la blanchisserie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.dourdon.org/
  2. Andrée Le Gall-Sanquer, Jean-Luc Richard, Marie-Louise Richard, L'or bleu (An aour glaz) : le lin au pays de Landerneau-Daoulas, Association Dourdon, Cloître Imprimeurs, 2005, [ISBN 2-9505493-1-4]
  3. Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural - Les mots du passé, éd. Fayard, 1997, 1766 pages - (ISBN 2-213-59587-9) (p. 322)