Pontrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pontrieux
Le port de Pontrieux
Le port de Pontrieux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Pontrieux (chef-lieu)
Intercommunalité Pontrieux Communauté
Maire
Mandat
Samuel Le Gaouyat
2014-2020
Code postal 22260
Code commune 22250
Démographie
Gentilé Pontrivien, Pontrivienne
Population
municipale
1 018 hab. (2011)
Densité 998 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 57″ N 3° 09′ 29″ O / 48.699166666667, -3.1580555555556 ()48° 41′ 57″ Nord 3° 09′ 29″ Ouest / 48.699166666667, -3.1580555555556 ()  
Altitude Min. 7 m – Max. 77 m
Superficie 1,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Pontrieux

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Pontrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontrieux
Liens
Site web http://www.ville-pontrieux22.fr/

Pontrieux [pɔ̃tʁijø] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de canton, la ville se trouve au fond de l'estuaire du Trieux. Elle est située pratiquement à mi-chemin entre Guingamp et la mer, sur un plateau mollement ondulé de 80 à 100 m d'altitude NGF.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pontrieux doit son nom à son pont sur le Trieux (Pontruus super triticum en latin).

Histoire[modifier | modifier le code]

Pontrieux fut, du XVe siècle au XIXe siècle, une ville commerciale active. Il s'y échangeait notamment des céréales, des toiles, de lin principalement, et des chevaux. Jusqu'au XIXe siècle, le pont Saint-Yves de Pontrieux était le seul, entre Guingamp et la mer, qui permettait de franchir le Trieux et de passer ainsi du Trégor sur la rive gauche, au Goëlo sur la rive droite.

Une cartonnerie qui s'y trouvait, se rendit célèbre en imprimant les premiers tickets du métro de Paris.

Pontrieux fut chef-lieu de district de 1790 à 1800.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pontrieux Blason De gueules à la croix engrêlée d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Gabriel le Gorrec   Conseiller général
octobre 1947 mars 1971 Hervé Le Tacon Gaulliste Conseiller général
mars 1971 mars 1983 Albert Weber Divers gauche  
mars 1983 28 mars 2014 Yves Le Mouer UMP Conseiller général (1992-2004),
Président de la Communauté des communes du Trieux (2001-2014)
28 mars 2014 en cours Samuel Le Gaouyat[1] DvG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 018 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 304 1 276 1 372 1 586 1 647 1 794 1 750 1 948 2 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 190 2 258 2 300 2 183 2 192 2 243 2 236 2 023 1 990
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 006 1 947 1 792 1 832 1 741 1 740 1 646 1 744 1 704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 543 1 411 1 359 1 146 1 050 1 121 1 076 1 080 1 024
2011 - - - - - - - -
1 018 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire communal se situe le port départemental, administré par la Chambre de commerce et d'industrie des Côtes-d'Armor. Il est situé à 800 mètres en aval du bourg. Lors des marées, la mer remonte la ria sur 18 kilomètres environ et des navires de tonnage assez important peuvent s'engager dans la rivière et passer les écluses.

L'activité commerciale du port consiste uniquement en la réception de sabliers qui déchargent chaque année environ 115 000 tonnes de sables et maërl. Les navires appartiennent à la Compagnie armoricaine de navigation filiale de la Secma spécialisée dans la fabrication d'amendements pour l'agriculture.

L'activité du port est surtout tournée vers la plaisance. Ses installations sont prisées des anglo-saxons particulièrement ceux des îles Anglo-Normandes, Jersey et Guernesey. Ils représentent plus de la moitié des quelque 700 bateaux qui ont accosté au port en 2005.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pontrieux est classé Petites cités de caractère et fait partie du cercle des Villes et villages Fleuris avec ses Quatre fleurs[Quand ?].

Moulin du Richel
Maison de la Tour Eiffel
Viaduc du chemin de fer
  • Promenade des petits lavoirs : de nombreux lavoirs (XVIIIe et XIXe) bordent le Trieux. Ces lavoirs, construits au fond des jardins des maisons bourgeoises, tout le long du fleuve le trieux étaient à l'abandon. L'association "nos lavoirs" créée dans les années 90 fait revivre ce patrimoine historique et organise le 15 août une fête annuelle "la Fête des lavoirs", gratuite et qui attire des milliers de personnes, et a aidé, en concertation avec la municipalité, les propriétaires de ces lavoirs à obtenir des subventions pour les remettre en état. La "fête des lavoirs" permet également de découvrir les lavandières et le travail pénible de lavage du linge, des démonstrations ont lieu pendant cette journée.
    À ce jour, pas moins de 50 lavoirs ont été remis à neuf. Des promenades en barques sont organisées pendant toute la saison (de mai à septembre) qui permettent de les découvrir de jour comme de nuit. Un "parcours-lumière" magnifique permet de les admirer lors de promenades nocturnes, toujours à partir des barques.
    Ces promenades en barque sont commentées par les pilotes. Ceux-ci sont pour une partie des étudiants embauchés par la mairie et pour l'autre partie des bénévoles de l'association "nos lavoirs".
    Le [www.association-nos-lavoirs.fr site internet de l'association] a été créé au mois d'août 2010.
  • Moulin du Richel (XVIIIe-XIXe)
  • Maison de la Tour Eiffel ou du Roscoat (XVe/XVIe): maison à pans de bois qui abrite maintenant l'Office du tourisme
  • L'hôtel de Keruzec du XVIIIe, place Yves le-Trocquer avec sa tour blanche. Fondé par Pierre François de Kéruzec de Runambert, Il appartint autrefois à la famille d'Acigné, et fut le siège de perception de leurs droits seigneuriaux sur le commerce portuaire, les moulins et les foires.
  • Hautes maisons à colombages ou pierre de taille (XVIe, XVIIe et XVIIIe)
  • la maison de Kerzellec du XVIIe (construction avec étage en avancée et poutrage en bois), place Yves le-Trocquer derrière la fontaine. À l'origine, propriété de M de Kerzellec, gouverneur de Guingamp et justicier des foires aux chevaux.
  • Église néo-classique (1842), son orgue classé de 1878, un tableau Le Repentir de Saint Pierre de Jean Michel Prosper Guérin (Offert pas Napoléon III), une "Piéta" du XVIIIe, une statue de Saint Yves en bois polychrome et une Vierge à l'Enfant du XVIIIe) Notre-Dame-des-Fontaines portée en procession lors du pardon fin juillet.
  • Fontaine de granite du XVIIIe appelée en breton La Plomen
  • L'Hôtel de ville du XIXe, place de la liberté.
  • Cartonnerie, route de Plouëc a fonctionné 1886 à 1973. Elle Confectionnait les tickets de métro parisien.
  • Statue en granite de Yves Le Trocquer (ministre des Transports de 1920 à 1924) sur la Place de l'église
  • Viaduc du chemin de fer (1894) de la ligne de Guingamp à Paimpol

Festivités[modifier | modifier le code]

Festival de musique mécanique 2009
  • Tous les lundi matin : Marché
  • Tous les vendredi durant l'été : "Vendredi de l'été"
  • 24 Avril : Red Day Fête communale en l'honneur des personnalités de la commune
  • 3e samedi de juillet : "Pardon Notre dame des Fontaines"
  • Dernier samedi de juillet : "Couleur de Bretagne"
  • Dernier samedi soir de juillet : Fest-Noz
  • Premier lundi du mois d'août (de 10h à 23h) : Marché d'antan
  • 15 août : Fête des lavoirs,
  • Tous les 2 ans (années impaires), mi-juillet Festival de musique mécanique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Yves Le Trocquer fils de Yves Marie Le Troquer lieutenant de vaisseau et chevalier de la légion d'honneur (Homme politique de la IIIe République, Radical de Gauche, ministre des Travaux Publics, des Ports et de la Marine Marchande de 1920 à 1924 et maire de Pontrieux) possède sa statue sur la Place qui porte son nom, à proximité de la Tour Eiffel et l'Église.
  • Eugène Boudin s'est inspiré des paysages de Pontrieux.
  • Pierre-Marie Le Provost de Launay, homme politique, maire de Pontrieux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LELOUP (D.), La maison de la Tour Eiffel à Pontrieux, ArMen, no 64, 1995.
  • THOMAS (Y.), Pontrieux. Petite cité du Trégor-Goëlo, Ed. La Plomée, Guingamp, 2002.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Conseil. Samuel Le Gaouyat, nouveau maire », Pontrieux, Le Télégramme,‎ 29 mars 2014 (consulté le 29 mars 2014)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :