Angkor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Angor.
Angkor *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Angkor Vat, l'un des temples d'Angkor
Angkor Vat, l'un des temples d'Angkor
Coordonnées 13° 26′ N 103° 50′ E / 13.433, 103.83 ()13° 26′ Nord 103° 50′ Est / 13.433, 103.83 ()  
Pays Drapeau du Cambodge Cambodge
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii) (iv)
Numéro
d’identification
668
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1992 (16e session)
Classement en péril 1992-2004
Plan du centre du site
Plan du centre du site
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Angkor est un site archéologique du Cambodge composé d'un ensemble de ruines et d'aménagements hydrauliques (barays, canaux) qui fut une des capitales de l'Empire khmer, existant approximativement du IXe au XVe siècle.

Ces ruines sont situées dans les forêts au nord du Tonlé Sap, en bordure de la ville de Siem Reap. Classées depuis 1992 au patrimoine mondial par l'UNESCO, elles attirent plus d'un million de visiteurs par an, constituant ainsi la principale attraction du tourisme au Cambodge.

Historique[modifier | modifier le code]

Angkor préhistorique[modifier | modifier le code]

Si l'histoire retient le IXe siècle pour la fondation d'Angkor, les ruines de ce site cambodgien ne seraient que la partie monumentale connue d'une présence remontant à l'âge du bronze et révélée la nécropole de Koh Ta Méas, datée d'au moins 1800 avant notre ère.

Pas moins de vingt-sept sépultures ont été dégagées, avec leurs nombreuses offrandes. Les squelettes humains des cinquante-neuf individus identifiés sont d'une grande valeur pour la connaissance du peuplement préhistorique du Sud-Est asiatique continental. Celle-ci révèle une population peu robuste, qui a cependant développé une résistance immunitaire à la malaria.

Ces fouilles ont été l'objet d'une exposition au Musée national de Phnom Penh jusqu'en février 2010.

Hariharālaya (Rolûos)[modifier | modifier le code]

Le Preah Kô
Ta Prohm

L'empire khmer est fondé au début du IXe siècle par Jayavarman II. L'un de ses successeurs, Indravarman I, entreprend des travaux d'aménagement hydraulique qui seront la base de la prospérité de la région. Il est aussi à l'origine du premier édifice encore visible, le Preah Kô, consacré en 879 et construit en brique comme tous les monuments antérieurs, inaugurant plus de trois siècles d'apogée de l'architecture khmère.

Le premier temple-montagne, configuration caractéristique de la cosmologie hindouiste, est édifié par ses soins en 881 au Bakong. Ces temples-montagnes adoptent une symbolique du mont Meru, axe du monde et séjour mythique des dieux en 5 niveaux concentriques hérissés de 109 tours.

Yaśodharapura (Angkor proprement dit)[modifier | modifier le code]

Les successeurs d'Indravarman, notamment son fils Yaśovarman crédité du titre de « créateur d'Angkor », entreprennent des aménagements gigantesques, plus au nord-ouest, avec construction des digues du bārāy oriental (le Yaśodhatatāka) et l'édification de monuments, désormais en pierre : le Phnom Bakheng (vers 900), le Mebon oriental au centre du bārāy oriental, et le Prè Rup (vers 960). Les temples-montagnes utilisent des collines naturelles : Phnom Dei, Phnom Bok, Phnom Krom.

Après une période de troubles pendant laquelle la capitale du royaume khmer est transférée à Koh Ker, Sūryavarman Ier réinstalle un pouvoir fort à Angkor. Son successeur Udayādityavarman II fait établir le bārāy occidental et construit le Baphuon vers 1060. Quelques autres querelles de succession plus tard, c'est Sūryavarman II qui édifie Angkor Vat vers 1130.

Les grands rivaux des Khmers, les Chams occuperont Angkor quelques années avant que Jayavarman VII en reprenne possession (1181) et établisse le bouddhisme mahāyāna comme religion officielle. Les constructions prennent de l'ampleur avec l'enceinte d'Angkor Thom et le Bayon, puis le Ta Prohm, le Preah Khan et leurs tours ornées de gigantesques visages du Bouddha souriant sont construits successivement pendant le XIIe siècle. À cette époque, la capitale khmère s'étendait sur 200 km² et comptait près d'une centaine de temples.

Mais l'un de ses successeurs, Jayavarman VIII, dès son avènement (1243), impose le retour à l'hindouisme et détruit de nombreuses sculptures du Bouddha.

Puis le bouddhisme reprendra le dessus au milieu du XIVe siècle, sous sa forme theravāda. Cette nouvelle voie religieuse, beaucoup plus simple dans son approche du sacré, généralisera les constructions légères dont seules subsistent quelques terrasses bouddhiques, réemployant souvent les blocs de pierre des édifices antérieurs.

Le déclin du royaume Khmer sera rapide, son territoire rétréci par la sécession des Thaïs du royaume de Sukhothaï et ravagé par des guerres incessantes avec ceux-ci et les Chams.

Angkor sera définitivement abandonnée comme capitale vers 1431, après sa prise par les thaïs du royaume d'Ayutthaya.

Au cours des XVe et XVIe siècles, des moines bouddhistes s'approprient le site et détournent des constructions vers des représentations du Bouddha telle l'énorme Bouddha couché au Baphuon. Ce site sera laissé à l'abandon et, pour la plus grande part, enseveli sous la végétation foisonnante de la jungle tropicale.

La période sinistre des Khmers rouges avait rendu le site inaccessible aux visiteurs, mais, malheureusement pas aux pillards. Par précaution, de nombreuses pièces sont aujourd'hui à l'abri au musée de Phnom Penh.

Le déclin d'Angkor[modifier | modifier le code]

Angkor a connu l'un des effondrements les plus méconnus de tous les temps. Le royaume khmer dura du IXe au XVe siècle. À son apogée, il domina une large frange de l'Asie du Sud-Est continentale, de la Birmanie, à l'ouest, au Viêt Nam, à l'est. Sa capitale, Angkor, comptait pas moins de 750 000 habitants et couvrait une superficie d'environ 1 000 km2. À la fin du XVIe siècle, lorsque des missionnaires portugais découvrirent les tours en forme de lotus d'Angkor Vat - le temple le plus sophistiqué de la cité et le plus vaste monument religieux du monde[réf. nécessaire] -, la capitale de l'empire agonisait déjà. Les spécialistes ont avancé de nombreuses explications mais la plus probable est la suivante : Angkor aurait été condamnée d'avance par cette même ingéniosité qui transforma un ensemble de petits fiefs en empire. La civilisation khmère avait appris l'art d'apprivoiser les déluges saisonniers de l'Asie du Sud-Est, en stockant l'eau dans d'immenses bassins (appelés baray) pour éviter les inondations et la restituer en période de sécheresse. Mais elle perdit le contrôle de l'eau, la plus vitale des ressources, entraînant ainsi son déclin. Des sécheresses sévères et prolongées, ponctuées par des pluies torrentielles, auraient anéanti le système hydraulique.
Le pouvoir se déplaça vers Phnom Penh, au XVIe siècle, après une période de moussons irrégulières.

Les monuments[modifier | modifier le code]

Une partie d'Angkor vue par le satellite SPOT.
Plan d'ensemble (englobant l'image satellite).

Angkor est constitué de nombreux ensembles archéologiques significatifs, dont :

Trois apsaras au temple du Bayon.
  • Sur le site de Iśvarapura à 20 km au Nord-Est

La plupart des noms sont les noms communs actuels. Quelques rares noms d'origine sont parvenus jusqu'à nous.

Angkor Vat en 1866
Façade d'Angkor Wat, par Henri Mouhot

Le temple d'Angkor Vat (selon la graphie française, Wat localement) a été le seul monument entretenu constamment par des moines bouddhistes. Après de nombreuses campagnes de restauration et un très long déminage, la plus grande partie du site d'Angkor est aujourd'hui visitable.

Redécouverte et restauration[modifier | modifier le code]

La première relation sur l'empire khmer en Europe date de 1570 par des voyageurs espagnols et portugais. Il fallut attendre la publication en 1819 par Jean-Pierre Abel-Rémusat de Description du royaume de Cambodge par un voyageur chinois qui a visité cette contrée à la fin du XIIIe siècle, précédée d'une notice chronologique sur ce même pays, extraite des annales de la Chine, Imprimerie de J. Smith, traduction d'un récit de voyage d'un officier chinois pour réapparaître du néant. C'est en 1861, début de la conquête de la Cochinchine par la France, que le naturaliste Henri Mouhot explorant la région avec l'abbé Sylvestre permet la redécouverte d'Angkor Vat puis d'Angkor Thom. Son récit sera publié dans le Tour du Monde en 1863. Une seconde exploration, de 1863 à 1866, menée par Ernest Doudart de Lagrée sera beaucoup plus exhaustive et fera l'objet d'un compte-rendu dans Voyage d'Exploration en Indo-Chine, publié en 1873.

De nombreuses missions d'exploration se succèdent alors jusqu'à la longue présence d'Étienne Aymonier, nommé représentant au Cambodge en 1879. Celui-ci organisa la traduction des nombreuses inscriptions, reconstitua l'histoire du royaume khmer. Rentré en France à l'issue de sa mission (vers 1886) il publia de nombreuses études, un dictionnaire et de multiples articles qu'il rassemble à partir de 1900 dans son grand ouvrage Le Cambodge.

Depuis le début du XXe siècle, le site d'Angkor est patiemment réhabilité par des archéologues, notamment par ceux de l'École française d'Extrême-Orient (EFEO), comme Henri Marchal et Bernard-Philippe Groslier. (Aujourd'hui, l'EFEO est toujours représentée sur place.)

En 1993, alors que la guerre civile s’estompe, l'UNESCO lance un programme de préservation du site. Dans le but de coordonner l’actions des donateurs, l'autorité APSARA (Autorité pour la Protection du Site et l'Aménagement de la Région d’Angkor / Siem Reap) est créée. Mais affaiblie par les divergences d’opinion politique de ses dirigeants, l’autorité ne peut lutter contre le développement anarchique de projets touristiques ni contre la lutte acharnée que se livre les différents pays pourvoyeurs d’aide qui chacun veulent se voir octroyer un temple à restaurer. Très vite, l’autorité se voit confinée dans un rôle d’intermédiaire entre ses différents intervenants sans réel pouvoir[1].

En 2001-2012, une étude archéologique à grande échelle, le Greater Angkor Project a rassemblé l'Université de Sydney (notamment les archéologues australiens Damian Evans et Roland Fletcher), l'École française d'Extrême-Orient, et l'APSARA[2] avec le support de l'Australian Nuclear Science and Technology Organisation[3]. Elle a étudié les raisons du déclin d'Angkor et de son abandon en 1431, avec l'intention d'en tirer des enseignements sur l'exploitation durable des ressources naturelles pour l'agriculture. Les premiers résultats de ces recherches — s'appuyant notamment sur des photos satellite de la NASA révélant le moindre édifice alentour, ainsi qu'une vision précise du réseau hydraulique — ont permis l'établissement d'une nouvelle cartographie du site.

Ils confirment qu'Angkor était bien l'un des plus vastes complexes urbains de l'ère pré-industrielle, bien plus étendu que ce que l'on croyait jusqu'alors. Le centre urbain s'étendait sur 400 km² et la surface totale atteignait 3 000 km², soit dix fois plus que ce que l'on imaginait. On évalue la population à 700 000 habitants. Les experts en tirent la conclusion que cette extension de la capitale de l'empire khmer n'a vraisemblablement pas été sans conséquences pour l'environnement et que les problèmes écologiques (déforestation, dégradation des sols, érosion) liés à ce développement ont sans doute contribué à la chute de l'empire.

En 2012, une étude par topométrie laser a confirmé la très grande extension du site[4].

Pour visiter les temples et accéder à l'enceinte du parc national classé au patrimoine mondial de l'Unesco, il faut acheter un passe valable pour 3 jours pour 40$ US. Des passes 1 jour et 7 jours sont également disponibles à la vente.

Les autres sites[modifier | modifier le code]

Quelques autres cités comparables à celles d'Angkor ont été construites sur d'autres sites, principalement à l'époque de Jayavarman VII, dont :

Ces sites associent une grande enceinte défensive, des dispositifs hydrauliques (bārāy) et un temple aux multiples enceintes symboliques, dans le style du Preah Khan d'Angkor.

Angkor au cinéma[modifier | modifier le code]

Angkor dans l'actualité[modifier | modifier le code]

  • Les propos attribués à l'actrice thaïlandaise, Suvanant Kongying, revendiquant l'appartenance d'Angkor à la culture et au territoire thaïs, ont provoqué des émeutes à Phnom Penh en janvier 2003, au cours desquelles l'ambassade de Thaïlande a été pillée. L'actrice a rapidement nié avoir tenu les propos qu'on lui a prêtés[5].
  • En 2008, des sandales vendues sur un marché vietnamien et comportant une image d'Angkor Vat sur la semelle ont causé une mini crise diplomatique[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Forest (dir.) et al., Cambodge contemporain, Les Indes savantes,‎ 21 novembre 2008, 525 p. (ISBN 9782846541930), partie I, chap. 1 (« Pour comprendre l'histoire contemporaine du Cambodge »), p. 130-131
  2. (en) « Past Projects », Angkor Research Program - Structure, Université de Sydney (consulté le 10 juillet 2014)
  3. (en) « Australian archaeologists unlock secrets of suburban Angkor », Media Release, sur Australian Nuclear Science and Technology Organisation,‎ 14 juin 2002 (consulté le 10 juillet 2014)
  4. (en) Lasers reveal Angkor city four times bigger than previously believed, par By Justine Drennan et Alistair Walsh, The Phnom Penh Post, 16 juin 2013.
  5. (fr) « L'ambassade de Thaïlande incendiée à Phnom Penh », Le nouvel Obs,‎ 30 janvier 2003 (lire en ligne)
  6. (fr) « Le scandale des sandales », Cambodge Soir,‎ 24 janvier 2008 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire et archéologie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Abel-Rémusat, Description du royaume de Cambodge par un voyageur chinois qui a visité cette contrée à la fin du XIIIe siècle, précédée d'une notice chronologique sur ce même pays, extraite des annales de la Chine et qui comporte une description détaillée des temples d'Angkor au XIIIe siècle, Imprimerie de J. Smith, 1819
  • Jean-Pierre Abel-Rémusat, Nouveaux Mélanges Asiatiques, Éditions Schubart et Heideloff, Paris, 1829, 446 pages
  • Étienne Aymonier, Le Cambodge (1900-1904), en 3 tomes: Le royaume actuel ; Les provinces siamoises ; Le groupe d'Angkor et l'histoire
  • Jean Boulbet et Bruno Dagens, Les sites archéologiques de la région du Bhnam Gulen (Phnom Kulen), Arts Asiatiques (numéro spécial) tome XXVII, Paris, 1973
  • Michael Freeman, Claude Jacques, Ancient Angkor, 1999, River Books (ISBN 978-974-9863-81-7)
  • Maurice Glaize, Les Monuments du groupe d'Angkor, 1944, 1963, 1993
  • George Groslier, nombreuses études parues entre autres dans la revue "Arts et Archéologie khmers" et le "Bulletin de l'École Française d'Extrême-Orient"
  • Étienne Lunet de Lajonquière, Inventaire descriptif des monuments du Cambodge (1902)
  • Henri Marchal, Guide archélogique aux temples d'Angkor, 1928, 1962
  • Tcheou Ta-Kouan, Mémoires sur les coutumes du Cambodge, récit vers 1300, traduit par Paul Pelliot, 1951
  • Michel Petrotchenko, Le guide des Temples d'Angkor, 384 pages, Amarin Printing and Publishing, 2013, ISBN 978-616-348-091-0

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • François Bizot, Le portail, 2003 (prisonnier des Khmers Rouge en 1975)
  • Jean Boulbet, De Palmes et d'épines, Vers le paradis d'Indra, 2003 (tranche de vie d'un ethnologue à Angkor de 1963 à 1975)

Romans autour d'Angkor[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :