Ofra Haza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haza (homonymie).

Ofra Haza

alt=Description de l'image Flickr - Government Press Office (GPO) - SINGER OFRA HAZA AT THE JUBILEE CHIMES PERFORMANCE (cropped).jpg.
Informations générales
Nom de naissance Bat Sheva' Ofra Haza Bat Shoshana / Yefet Haza
Naissance 19 novembre 1957
Décès 23 février 2000 (à 42 ans)
Ramat Gan
Activité principale Chanteuse, auteur - compositeur - interprète actrice
Genre musical World music, pop
Instruments Piano
Années actives 1969 - 2000
1979 : début de la carrière solo
Labels Hed Arzi (en)
EastWest Records (en)
Shanachie
BMG Ariola (en)
Ausfahrt
Site officiel ofrahaza.too.co.il

Ofra Haza (Hébreu : עפרה חזה, IPA [ʕafˈraːʔ hazˈzaːʕ]) est une chanteuse israélienne née le 19 novembre 1957 à Tel Aviv et morte le 23 février 2000 à Ramat Gan. Elle est issue d’une famille modeste originaire du Yémen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Si elle fit ses premiers pas dans une troupe théâtrale à l’âge de 12 ans, sa carrière connut surtout son essor après son service militaire, sur la scène de la variété israélienne. Ses premiers albums à l’instar de Shir Hashirim Besha'Ashum'Im (1978), Al Ahavot Shelanu (1980) et Bo Nedaber (1981) lui conférèrent une popularité croissante et elle fut désignée comme représentante de son pays lors du concours Eurovision de l’année 1983, où elle remporta la deuxième place avec son titre intitulé Chai (adapté en français sous le titre « Va, va, va » et en allemand « Frei »).

Cet exploit dynamisa sa reconnaissance musicale en Israël mais permit aussi d’étendre sa notoriété à l’étranger. Cependant, il fallut attendre 1985 et l’alliance musicale entre des arrangements pop, de la musique traditionnelle et des chants religieux (textes du rabbin Shalom Shabazi du XVIIe siècle), sur l’album Yemenite songs, pour assister à une véritable consécration internationale. À ce sujet, le titre Im Nin'alu a conservé le sommet des palmarès musicaux occidentaux durant de longues semaines et a été intégré à la bande son du jeu vidéo Grand Theft Auto: Liberty City Stories. Ofra Haza devient une habituée des plateaux de télévision. Suivront d’autres albums à vocation internationale à l’instar de Shaday et de Desert Wind, qui l’ont amené à travailler aux États-Unis et y effectuer des tournées de promotion.

Parmi ses plus célèbres collaborations, il convient de retenir notamment la participation au morceau précurseur de la musique électronique contemporaine, Pump up the volume du groupe M/A/R/R/S (1987), Paid in Full d’Eric B. & Rakim (article anglais) ainsi que le titre Temple of love, touched by the hand of Ofra avec les britanniques Sisters of Mercy (1992), et surtout Daw Da Hiya en duo avec Iggy Pop. Elle a également travaillé avec Lou Reed et chanté avec d’autres artistes dans Give Peace A Chance en 1991. Son duo avec Paula Abdul avait aussi connu un très grand succès. On raconte qu’elle aurait refusé un duo avec Michael Jackson.

En 1994, elle marque son retour sur la scène israélienne avec l’album Kol Haneshama, au style plus traditionnel et composé de ballades. Une nouvelle consécration nationale lui fut réservée ainsi qu’une notoriété jamais démentie, qui la fit se faire inviter par le Premier Ministre Yitzhak Rabin afin de chanter lors de la cérémonie de l’octroi du prix Nobel de la paix ladite année. Par la suite, elle collabora également au projet des bandes musicales du dessin-animé Le Prince d'Égypte ainsi qu'au film The Governess.

Evènements[modifier | modifier le code]

Le 3 février 1987, elle est propulsée malgré elle sous les projecteurs de la presse quand elle survit miraculeusement au crash d'un petit avion à la frontière israëlo-jordanienne, une date qu'elle célèbrera par la suite comme une deuxième naissance.

Le 15 juillet 1997, elle se maria avec Doron Ashkenazi.

Elle meurt du SIDA, le 23 février 2000. Ses 13 derniers jours en soins intensifs furent vécus comme un drame national en Israël ; amenée en urgence au service de pneumologie par ses soeurs, elle fut mise aussitôt sous coma artificiel et chaque évolution de son état fut reportée dans l’heure par les télévisions implantées directement au centre médical Chaim Sheba. L'annonce des réelles causes de son décès ne furent officielles que trois ans après.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums

  • 1974 - Ahava Rishona (with Shechunat Hatikvah Workshop Theatre)
  • 1976 - Ve-hutz Mizeh Hakol Beseder (with Shechunat Hatikvah Workshop Theatre)
  • 1977 - Atik Noshan (with Shechunat Hatikvah Workshop Theatre)
  • 1978 - Shir HaShirim Besha'ashu'im (with Shechunat Hatikvah Workshop Theatre)
  • 1980 - Al Ahavot Shelanu
  • 1981 - Bo Nedaber
  • 1982 - Pituyim
  • 1982 - Li-yeladim (Children’s Songs)
  • 1983 - Hai
  • 1983 - Shirey Moledet 1
  • 1984 - Bayt Ham
  • 1984 - Shirey Teyman (également Yemenite Songs ou Fifty Gates of Wisdom)
  • 1985 - Yemenite Songs
  • 1985 - Adamah
  • 1985 - Shirey Moledet 2
  • 1986 - Yamim Nishbarim
  • 1987 - Shirey Moledet 3
  • 1988 - Shaday
  • 1988 - Yemenite Love
  • 1989 - Desert Wind
  • 1992 - Kirya
  • 1993 - Oriental Nights
  • 1994 - Kol Haneshama
  • 1995 - Queen in Exile (non paru)
  • 1997 - Ofra Haza
  • 1998 - At Montreux Jazz Festival (Live - enregistré en 1990)

Compilations

  • 1987 - Album HaZahav (Golden Album)
  • 2000 - Manginat Halev (Greatest Hits)
  • 2004 - Manginat Halev 2

Soundtracks[modifier | modifier le code]

  • 1990 - Wild Orchid
  • 1994 - La Reine Margot (Queen Margot)
  • 1998 - The Prince of Egypt
  • 1998 - The Governess

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :