Bielle (mécanique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bielle.
Bielle d'un moteur de Volkswagen Coccinelle.

En mécanique, une bielle est une pièce dotée de deux articulations, une à chaque extrémité, dans le but de transmettre une force, un mouvement ou une position. L'articulation à chaque extrémité de la bielle peut être un pivot ou une rotule.

Son utilisation la plus connue est dans le système bielle-manivelle où, associée à une manivelle, on obtient la transformation d'un mouvement de rotation continu en un mouvement alternatif de rotation ou de translation, et réciproquement. Certains moteurs (comme les moteurs en V) utilisent des bielles complexes, en associant deux pistons à un seul maneton de vilebrequin.

Bielle dans le système bielle-manivelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système bielle-manivelle.

Machine à vapeur[modifier | modifier le code]

Les roues d'une locomotive à vapeur sont mises en rotation par plusieurs bielles.

Dans le cas des locomotives à vapeur, et plus généralement des machines à vapeur, la bielle permet la transformation du mouvement alternatif rectiligne du piston — mouvement qui lui est imprimé par la vapeur envoyée alternativement sur une des deux faces du piston — en un mouvement de rotation d'une ou plusieurs roue(s).

Les locomotives à vapeur sont généralement constituées de plusieurs systèmes bielle-manivelle aux fonctions relativement différentes :

  1. Un bielle motrice transmet l'effort de traction de la crosse au maneton de la roue motrice ;
  2. Les bielles d'accouplement transmettent la force du maneton de la roue motrice aux manetons des roues accouplées afin de répartir l'effort de traction sur tous les essieux entraînés[1] ;
  3. Si le système de distribution Walschaerts est utilisé, deux autres bielles, dénommées bielle d'excentrique et bielle de commande de tiroir, relient quant à elles le système de distribution au système d'entrainement des roues et permettent de commander le tiroir et d'orienter la vapeur d'un côté ou de l'autre du piston[1] et d’améliorer l'utilisation de la force de la vapeur disponible.

Moteur à combustion interne[modifier | modifier le code]

La bielle permet de transformer le mouvement alternatif du piston en rotation continue du vilebrequin.
Anatomie d'une bielle automobile.
Article détaillé : Moteur à combustion interne.

Dans les moteurs à combustion interne, les bielles transforment le mouvement alternatif rectiligne des pistons en un mouvement rotatif quasi continu du vilebrequin. La bielle comporte deux alésages circulaires, l'un de petit diamètre, appelé pied de bielle, et l'autre de grand diamètre, appelé tête de bielle.

Le pied de bielle est engagé autour de l'axe du piston. La friction entre la bielle et l'axe est réduite par l'interposition entre les deux pièces mobiles d'une bague circulaire recouverte ou constituée de métal anti-friction (bronze, par exemple), ou de roulements (à aiguilles le plus souvent).

La tête de bielle, elle, enserre le maneton du vilebrequin. Pour permettre le montage dans le cas d'un vilebrequin assemblé, la tête est coupée en deux dans un plan diamétral perpendiculaire à l'axe général de la pièce. La partie coupée s'appelle le chapeau de bielle. Après montage, le chapeau (ou pontet) est réassemblé au reste de la bielle par des boulons.

À l'inverse, la bielle peut être d'une seule pièce si le vilebrequin est constitué de parties assemblées après montage de la bielle. L'embiellage (manivelle et bielle) n'est plus démontable. La friction entre l'ensemble bielle/chapeau et maneton est réduite par l'interposition entre les pièces mobiles de deux demi-coussinets en acier recouverts sur leurs faces internes de métal anti-friction (généralement métal rose ou régule), ou de roulements.

Un manque de lubrification ou un échauffement trop important peut entrainer la fonte du métal antifriction et sa disparition entre les pièces mobiles provoque un jeu engendrant cognements et chocs destructeurs ; on dit que la bielle est coulée. Pour éviter ces désagréments, têtes et pieds de bielles sont percés de petits conduits qui permettent à l'huile moteur de circuler, de lubrifier et de refroidir les faces métalliques en contact.

Autres utilisations de bielles[modifier | modifier le code]

Conception et procédé de fabrication[modifier | modifier le code]

Ensemble bielle et piston d'un moteur thermique automobile.

La bielle se doit d'être à la fois la plus légère possible pour diminuer les effets de balourd sur les axes mais aussi, dans le cas d'un mécanisme bielle-manivelle, la plus longue possible pour que le mouvement soit suffisamment régulier.

Comme elle agit en transmetteur d'effort, la bielle est soumise à des sollicitations de traction et de compression (le plus souvent de compression). Sa longueur est ainsi limitée par des considérations de résistance au flambage tandis que sa section est la plus élancée possible pour obtenir un grand moment d'inertie.

La bielle est généralement une pièce forgée, mais elle peut également être usinée dans la masse, voire emboutie. Les bielles de moteur automobile sont matricées avec ses œilletons sous-dimensionnés. Ces œilletons sont usinés, la tête de bielle est alors coupée avec l'aide d'une guillotine pour permettre la fixation sur le vilebrequin. Les coussinets sont ensuite fixés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laurent Voisin, « Répertoire technique de la locomotive à vapeur », sur voisin.ch (consulté le 26 janvier 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]