BMW M5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le logo spécifique des BMW M5

La BMW M5 est la version haute-performance de la BMW Série 5, conçue par la division Motorsport du constructeur allemand BMW. Apparue dans sa première version en 1984, la M5 a depuis été déclinée suivant chaque génération de la Série 5, depuis la E28 des années 1980 jusqu'à l'actuelle E60. Avec le renouvellement de la gamme Série 5 et le passage à la génération F10/F11, une nouvelle version de la M5 sera présentée puis commercialisée d'ici 2012.

M5 E28 (1984 – 1988)[modifier | modifier le code]

BMW M5 E28
La M5 E28 Version US.
Article détaillé : BMW M5 (E28).

Cette première-née de la lignée des M5 est née de l'idée de greffer à une berline « conventionnelle » un moteur à vocation sportive. En l'occurrence, il s'est agi d'installer sous la capot de la Série 5, jusqu'ici une berline ordinaire, le puissant moteur à 6 cylindres en ligne du coupé M1. Présenté en 1984, trois ans après la berline de série dont il est issu, le résultat fut la naissance d'une sportive d'un nouveau genre, qui allait devenir une référence[1].

M5 E34 (1989 – 1995)[modifier | modifier le code]

La M5 E34.
Une BMW M5 E34 de 1991.
Article détaillé : BMW M5 (E34).

Lancée à la toute fin des années 1980, cette seconde génération de M5 se place dans la continuité de sa devancière. Elle en reprend notamment l'architecture moteur « traditionnelle » de la marque, le six cylindres en ligne. D'une cylindrée de 3,6 litres, il développe désormais 315 chevaux. Une évolution à 3,8 litres pour 340 chevaux sera apportée en 1992. Confirmant le succès de la E28, la E34 assure la pérennité de la lignée des M5, désormais partie intégrante de la gamme des BMW Série 5.

M5 E39 (1998 – 2003)[modifier | modifier le code]

La M5 E39.
Article détaillé : BMW M5 (E39).

Trois ans après la présentation de la nouvelle Série 5, BMW M en présente la désormais habituelle déclinaison sportive. En rupture avec ses aînées, celle-ci abandonne le traditionnel moteur à six cylindres en ligne de la marque bavaroise au profit d'un nouveau V8 de 4,9 litres de cylindrée, fort d'une puissance annoncée de 410 chevaux. Sous le ramage d'une berline cossue et confortable, il s'agit à sa sortie de la BMW de série la plus puissante de l'histoire de la marque[2].

Le principal point fort de cette M5 est son moteur, réputé pour sa puissance et son caractère, alliant une grande disponibilité à bas régime et beaucoup de punch dans les tours[3]. Bénéficiant de retouches ciblées au niveau du châssis et de la transmission par rapport à la 540i, la M5 E39 offre des performances de haut niveau pour l'époque, faisant alors jeu égal avec la Porsche 911. Ce qui ne l'empêche pas de se montrer également, si son conducteur le souhaite, sous l'aspect d'une routière au long cours confortable et sûre[4].

M5 E60 et E61 (2005 – 2011)[modifier | modifier le code]

La M5 E60.
Article détaillé : BMW M5 (E60/E61).

Deux années après l'arrêt de la production de la génération E39, BMW présente le nouveau fer de lance de la Série 5. De la même manière que la E39 avait abandonné le six cylindres en ligne au profit d'un V8, cette nouvelle génération – baptisée E60 en version berline et E61 en version break « Touring » – délaisse le V8 pour un V10 entièrement nouveau, symbole de l'engagement de la marque bavaroise en Formule 1[5]. Les performances font de nouveau un bond en avant, de même que le niveau de puissance, passant de 400 à 507 chevaux.

Cette nouvelle mouture de la M5 se distingue par son haut niveau de technicité[6]. Elle dispose ainsi d'une nouvelle boîte de vitesses à sept rapports commande séquentielle robotisée, d'un système autobloquant « M Variable » ainsi que de nombreuses aides électroniques à la conduite : suspensions variables EDC, système de contrôle de trajectoire entièrement paramétrable, gestion « Drivelogic » de la boîte de vitesses, etc.[7].

M5 F10 (2012 -)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : BMW M5 (F10).
La M5 F10.

Avec le renouvellement de la gamme Série 5, une nouvelle version de la M5 est apparue ; celle-ci a été présentée en 2011[8]. Conformément à la politique de downsizing actuellement menée par BMW, cette nouvelle génération baptisée F10, uniquement disponible en berline, est motorisée non plus par un moteur V10 atmosphérique, mais par un V8 suralimenté de 4,4 litres de cylindrée développant 560 chevaux[9], semblable à celui équipant actuellement les X5 M et X6 M.

Dans le cadre du programme Efficient Dynamics mené par BMW, la division M a annoncé viser une réduction des émissions de dioxyde de carbone de sa future berline sportive d'environ 20 %, ce qui amènerait la M5 F10 aux alentours de 275 grammes de CO2 par kilomètre en dépit de l'augmentation de la puissance[10]. En outre, Albert Biermann, directeur de BMW M, annonce une augmentation du couple d'environ 30 % grâce à la suralimentation ; le moteur de la future M5 développerait ainsi aux alentours de 670 à 680 Nm à très bas régime, aux alentours de 1 500 tr/min[10].

La M5 F10 devrait également recourir massivement aux matériaux légers, à commencer par la fibre de carbone[10] – matériau que BMW M maîtrise pour l'avoir déjà expérimenté sur ses modèles récents, notamment la dernière M3 CSL[11]. La M5 (F10) dispose finalement d'un moteur V8 biturbo à 90° avec 32 soupapes, d'une cylindrée de 4 395 cm3 (4,4 L), d'une puissance de 560 ch (412 kW) sur une plage de 6 000 à 7 000 tr/min et d'un couple de 680 Nm de 1 500 à 5 750 tr/min. Le modèle propulsé dispose d'un double embrayage à 7 rapports, pour une vitesse maximale annoncée à 305 km/h avec le pack M Driver et d'un poids 1 870 kg. Elle effectue le 0 à 100 km/h en 4,4 s et le 0 à 200 en 13 s pour une consommation mixte de 9,9 L/100 km[12]. C'est le premier véhicule homologué pour la route qui dispose de 4 vraies lignes d'échappement.

BMW M5 F10 au salon de Francfort 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Sébastien Dupuis, L'automobile sportive, « BMW M5 : la référence des berlines sportives »,‎ 20 mai 2009
  2. (fr) Denis Riflade, essai de la BMW M5 dans Sport Auto, numéro 442, novembre 1998, page 55
  3. (fr) Laurent Chevalier, essai-comparatif BMW M5 / BMW M6 dans Sport Auto, numéro 520, mai 2005, page 54
  4. (fr) Denis Riflade, essai de la BMW M5 dans Sport Auto, numéro 442, novembre 1998, page 59
  5. (fr) Jean-François Destin, Motorlegend, « BMW M5 : Moteur »,‎ 26 mai 2005
  6. (fr) Jean-François Destin, Motorlegend, « BMW M5 : Châssis »,‎ 26 mai 2005
  7. (fr) Laurent Chevalier, essai-comparatif BMW M5 / BMW M6 dans Sport Auto, numéro 520, mai 2005, page 51
  8. (fr) Antoine Arnoux, Sport Prestige, « BMW M5 F10 : une idée... »,‎ 19 décembre 2009 (consulté le 2 janvier 2010)
  9. (fr) Antoine Arnoux, Sport Prestige, « BMW M5 F10 : nouveau souffle »,‎ 8 novembre 2009 (consulté le 2 janvier 2010)
  10. a, b et c (en) Greg Kable, Autocar, « Next BMW M5 : full details »,‎ 4 novembre 2009 (consulté le 6 janvier 2010)
  11. (en) Nelson Ireson, Motor Authority, « BMW Joins Forces With Carbon Fiber Manufacturer For Megacity Vehicle »,‎ 29 octobre 2009 (consulté le 6 janvier 2010)
  12. http://www.bmw.fr/fr/fr/newvehicles/mseries/m5sedan/2011/showroom/technical_data/index.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :