Mina (chanteuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mina.

Mina

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mina en 1972

Informations générales
Nom de naissance Mina Anna Mazzini
Naissance 25 mars 1940
Busto Arsizio Drapeau de l'Italie Italie
Activité principale Chanteuse
Genre musical Pop, jazz, rock, chanson, musique latine, dance
Années actives depuis 1958
Labels Italdisc
Ri-Fi
EMI
PDU
Site officiel MinaMazzini.com

Mina, de son vrai nom Mina Anna Mazzini, est une chanteuse italienne née le 25 mars 1940 à Busto Arsizio (Lombardie),

Considérée comme l'une des plus grandes chanteuses italiennes, elle se produit sur scène depuis 1958, bien que ses dernières apparitions publiques remontent à 1978, lorsqu'elle décide d'interrompre sa carrière scénique pour se consacrer uniquement à l'enregistrement de disques. Depuis, Mina continue à sortir un album ou un double album par an.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1940 à Busto Arsizio, près de Varèse (Lombardie), Mina grandit à Crémone, ville à laquelle elle s'est d'une certaine façon identifiée depuis que la journaliste Natalia Aspesi l'a baptisée la « Tigre di Cremona ».

Elle devient célèbre en 1958, à dix-huit ans, lors d'une apparition sur la scène de la Bussola, célèbre boîte de nuit de Pietrasanta, avec la chanson Un'anima tra le mani (« Une âme entre les mains »). Elle est remarquée par Davide Matalon, fondateur du label Italdisc, qui lui propose un contrat.

Surfant sur la vague du rock 'n' roll qui envahit l'Italie, elle enregistre en anglais les morceaux Be Bop a Lula et When sous le pseudonyme de Baby Gate. Dans un premier temps, Mina et son « alter ego » cohabitent, afin de comprendre laquelle des deux démarches artistiques remporte la faveur du public.

Elle fait ses débuts à la télévision en 1959 avec une participation à l'émission Il musichiere. C'est au cours de cette émission, à laquelle participe également une autre célébrité de la chanson italienne, Adriano Celentano, que le public découvre que Mina et Baby Gate sont une seule et même personne.

Dans les années 1960, Mina devint l'animatrice et la chanteuse officielle de la chaîne de télévision RAI et la meilleure vendeuse de disques en Italie.

Elle participe pour la première fois en 1960 au festival de San Remo avec les morceaux È vero (« C'est vrai ») et Non sei felice (« Tu n'es pas heureux »). Elle y revient en 1961 avec Le mille bolle blu et Io amo, tu ami : donnée favorite la veille de la manifestation, ses chansons sont classées respectivement à la quatrième et la cinquième places.

Blessée par la campagne de presse montée contre elle à propos d'une hypothétique rivalité (en réalité inexistante) avec la jeune Milva et déçue de ce résultat, inférieur à ses attentes, elle décide de ne plus jamais participer au Festival, mais elle reprendra presque systématiquement certaines chansons des éditions suivantes dans des versions personnelles, obtenant parfois des résultats surprenants tant du point de vue artistique que commercial. En France, parmi les autres, elle a tenu aussi des concerts à l'Olympia de Paris pendant les années soixante.

En 1963, sa carrière télévisée subit une brusque interruption lorsqu'elle décide de garder l'enfant qu'elle attend de l'acteur Corrado Pani, séparé de fait de sa femme mais non divorcé. Elle est alors totalement exclue des programmes télévisés et radiophoniques de la RAI.

Le 18 avril 1963, elle met au monde à Milan son fils, Massimiliano Pani, devenu depuis musicien et producteur de disques. Ce n'est que deux ans plus tard, sous la pression du public, que les dirigeants de la RAI décident de la réadmettre sur les écrans, où son retour est unanimement salué.

Femme de caractère, farouchement indépendante (elle crée avec son père en 1967, sa propre maison de disques PDU), elle accorde dès le début des années 1970 une importance particulière aux pochettes de ses disques, avec un travail graphique étonnant pour l'époque. On la voit en homme barbu, en culturiste, en Joconde, etc. Sa fille, Benedetta Mazzini, naît à Milan en 1971.

Elle fait ses adieux à la scène et aux plateaux de télévision en 1978, en pleine gloire. Malgré les ponts d'or qui lui sont offerts, elle n'y réapparaîtra plus, sauf par le truchement d'images volées. Devenue la cible de paparazzi, les raisons de son départ restent toujours inconnues.

Grâce à un génie musical incontestable et une remarquable équipe de graphistes, Mina a su passer du statut de « chanteuse à voix » dans les années 1960, comme Lulu en Grande-Bretagne, à celui de diva assoluta de la chanson italienne. Comme Dalida ou Barbara en France, elle est considérée, avec Patty Pravo, comme une « icône gay » en Italie.

Elle vit à Lugano depuis 1966 et est devenue citoyenne helvétique en 1990. Elle a épousé le 10 janvier 2006 le chirurgien cardiologue Eugenio Quaini, avec lequel elle vivait depuis vingt-cinq ans.

Style musical[modifier | modifier le code]

Le répertoire de Mina va du jazz à la chanson napolitaine en passant par la pop et la chanson dite « à texte ». Souvent comparée en France à Dalida (en raison notamment de leur origine italienne), elles eurent un « tube » commun : Parole, parole, écrit d'abord pour Mina, puis repris par la suite par Dalida.

Mina accompagné par l'Orchestre de Pino Presti en août 1978 - L'adieu à la scène

Depuis ses adieux à la scène, elle sort pratiquement un album tous les ans, souvent composé pour moitié de reprises américaines et pour moitié de chansons italiennes. À la tête du trio formé avec Patty Pravo et Ornella Vanoni, elle est souvent l'objet des gentilles moqueries de la chanteuse et imitatrice Loretta Goggi. La réputation de Mina a dépassé l'Italie et atteint les pays hispanophones et latins en général. Elle aurait refusé une carrière américaine, proposée par Frank Sinatra[1] Admirée entre autres par Liza Minnelli, Barbra Streisand et Céline Dion[2], Louis Armstrong aurait dit d'elle qu'« elle était la plus grande chanteuse blanche »[3].

Elle a chanté entre autres avec Riccardo Cocciante, Miguel Bosé, Adriano Celentano, Giorgia, Ornella Vanoni et Seal (2010). En France, elle s'est produite plusieurs fois à l'Olympia (Paris).

Bien que n'étant pas une chanteuse de formation classique, son amplitude vocale couvre environ 3 octaves, du 2 dans Donna donna donna au 5 dans Cubetti di ghiaccio. Souvent considérée comme la « Oum Kalsoum italienne », de par son impact sur la société italienne, sa personnalité stupéfiante, sa productivité et son spectre vocal hors du commun, elle excelle surtout dans sa propre langue, même si elle a chanté en divers idiomes qui vont du japonais à l'allemand, mais aussi le français.

Plusieurs musiciens tels que Lucio Battisti, Pino Presti, Augusto Martelli, Gianni Ferrio, Bruno Canfora, Tony De Vita, Armando Trovajoli, Ennio Morricone, Massimiliano Pani et auteurs comme Alberto Testa, Mogol, Andrea Lo Vecchio, Cristiano Malgioglio, Paolo Limiti ont contribué d'une manière importante à la carrière artistique de Mina[4]. En 2001, pour ses 60 ans, elle sort le DVD d'un enregistrement studio où on la voit à l'œuvre.

Mina a vendu à ce jour plus de 100 millions de disques à travers le monde[5]. Pour de nombreux italiens, « Mina è sempre la numero Uno »[6].

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Il cielo in una stanza
  • Le mille bolle blu
  • Parole, parole
  • Ancora, ancora, ancora (1978)[7]
  • Volami nel cuore
  • Amor mio
  • Grande, grande, grande
  • L'importante è finire
  • È poi
  • E se domani
  • Un anno d'amore
  • La banda
  • È l'uomo per me
  • Zum zum zum
  • Taratata
  • Non credere
  • Vorrei che fosse amore
  • La voce del silenzio
  • L'ultima occasione
  • Questione di feeling (duo avec R. Cocciante)
  • Allora si
  • Citta vuote
  • La canzone di Marinella
  • Brivido felino (duo avec A. Celentano)
  • Succhiando l'uva
  • La pioggia di Marzo
  • Domenica sera
  • Ballata d'autunno
  • Adagio
  • Tintarella di luna
  • Il corvo
  • Bugiardo e incosciente
  • Viva lei
  • Eccomi
  • Proprio come sei
  • Se telefonando

En 2008, Catherine Ringer a repris sur scène L'importante è finire (disponible sur le CD/DVD Catherine Ringer chante les Rita Mitsouko and more à la Cigale).

Albums[modifier | modifier le code]

  • Tintarella di luna (1960)
  • Il cielo in una stanza (1960)
  • Due note (1961)
  • Moliendo café (1962)
  • Renato (1962)
  • Stessa spiaggia, stesso mare (1963)
  • Mina (1964) (1964)
  • Studio Uno (1965)
  • Mina canta Napoli (1966)
  • Studio Uno 66 (1966)
  • Sabato sera - Studio Uno '67 (1967)
  • Dedicato a mio padre (1967)
  • Mina alla Bussola dal vivo (1968)
  • Le più belle canzoni italiane interpretate da Mina (1968)
  • Canzonissima '68 (1968)
  • I discorsi (1969)
  • Bugiardo più che mai...più incosciente che mai... (1969)
  • Mina canta o Brasil (1970)
  • Quando tu mi spiavi in cima a un batticuore (1970)
  • Del mio meglio (1971)
  • Mina (1971 (1971)
  • Cinquemilaquarantatre (1972)
  • Dalla Bussola (1972)
  • Altro (1972)
  • Del mio meglio n. 2 (1973)
  • Frutta e verdura (1973)
  • Amanti di valore (1973)
  • evergreens (1974)
  • Mina® (1974)
  • Baby Gate] (1974)
  • Del mio meglio n. 3 (1975)
  • La Mina (1975)
  • Minacantalucio (1975)
  • Singolare (1976)
  • Plurale (1976)
  • Del mio meglio n. 4 (1977)
  • Mina quasi Jannacci (1977)
  • Mina con Bignè (1977)
  • di tanto in tanto (1978)
  • Mina Live '78 (1978)
  • Del mio meglio n. 5 (1979)
  • Attila (1979)
  • Kyrie (1980)
  • Del mio meglio n. 6 Live (1981)
  • Salomè (1981)
  • Italiana (1982)
  • Del mio meglio n. 7 (1983)
  • Mina 25 (1983)
  • Catene (1984)
  • Del mio meglio n. 8 (1985)
  • Finalmente ho conosciuto il conte Dracula... (1985)
  • Si, buana (1986)
  • Del mio meglio n. 9 (1987)
  • Rane supreme (1987)
  • Oggi ti amo di più (1988)
  • Ridi pagliaccio vol. 1-2 (1988)
  • Uiallalla (1989)
  • Ti conosco mascherina (1990)
  • Caterpillar (1991)
  • Sorelle Lumière (1992)
  • Mina canta i Beatles (1993)
  • Lochness vol. 1-2 (1993)
  • Mazzini canta Battisti (1994)
  • Canarino mannaro] (1994)
  • Pappa di latte (1995)
  • Canzoni d'autore (1996)
  • Cremona (1996)
  • Napoli (1996)
  • Minantologia (1997)
  • Leggera (1997)
  • Mina Celentano (1998)
  • Mina Studio Collection (1998)
  • Olio (1999)
  • Mina per Wind (2000)
  • Mina Love Collection (2000)
  • Dalla terra (2000)
  • Colección latina (2001)
  • Sconcerto (2001)
  • Veleno (2002)
  • In duo (2003)
  • The Platinum Collection (2004)
  • Bula Bula (2005)
  • L'allieva (2005)
  • Platinum Collection 2 (2006)
  • Ti amo... (2006)
  • Bau (2006)
  • Todavia (2007)
  • Sulla tua bocca lo dirò (2009)
  • Facile (2009)
  • Caramella (2010)
  • Piccolino (2011)
  • 12 (American Song Book) (2012)
  • Christmas Song Book (2013)
  • Selfie (2014)

Filmographie[modifier | modifier le code]

De ses débuts à son retrait de la vie publique, Mina est l'héroïne de campagnes publicitaires dirigés par des metteurs en scène comme Piero Gherardi et Valerio Zurlini. Elle est notamment l'égérie de l'Industrie italienne de la bière, de la société de pâtes alimentaires Barilla et de la société Tassoni. Elle a par ailleurs participé en tant qu'actrice à une série de films, et refusé même, pour des raisons inconnues, une proposition de film avec Federico Fellini qui, en conséquence, n'a jamais vu le jour : Il viaggio di G. Mastorna, detto Fernet[8],[9].

  • 1959 - Juke box - Urli d'amore
  • 1960 - Sanremo: La grande sfida
  • 1960 - I Teddy Boys della canzone
  • 1960 - Appuntamento a Ischia
  • 1960 - Urlatori alla sbarra
  • 1960 - Madri pericolose
  • 1961 - Io bacio.. tu baci
  • 1961 - Mina... fuori la guardia
  • 1962 - Universo di notte
  • 1962 - Das haben die Mädchen gern (Autriche)
  • 1962 - Appuntamento in Riviera
  • 1963 - Canzoni nel mondo
  • 1967 - Per amore... per magia...
  • 1967 - Totò ye-ye (TV)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gianni Pettenati Mina, come sono, Virgilio, 1980
  • Mario Guarino, Mina, la voce, Forte, 1983
  • Flavio Merkel et Paolo Belluso, Unicamente Mina, Gammalibri, 1983
  • La leggendaria Mina, PDU Italiana Edizioni Musicali S.r.l./Curci, 1983
  • Nino Romano, Mina. Storia di un mito raccontato, Rusconi, 1986
  • Mina nelle fotografie, Mauro Balletti, Campanotto, 1990
  • Mina - Le immagini e la storia di un mito, Eden, 1992
  • Nino Romano, Mina - Mito e mistero, Sperling & Kupfer, 1996
  • Antonella Giola, Daniela Teruzzi et Gherardo Gentili, Mina - I miti, Arnoldo Mondadori, 1997
  • Romy Padovano, Mina - I mille volti di una voce, Arnoldo Mondadori, 1998
  • Dora Giannetti, Divina Mina, Zelig, 1998
  • Roberta Maresci, Mina, Gremese, 1998
  • Franco Fabbri et Luigi Pestalozza, Mina - Una forza incantatrice, Euresis, 1998
  • Gianni Lucini, Mina - La sua vita, i suoi successi, Sonzogno, 1999
  • Mina, il mito, Tempo Libro, 1999

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mina, allieva speciale di Sinatra », TGCom Spettacolo, 11 novembre 2005.
  2. Liza Minnelli e la Streisand: «Artista unica», Il corriere della sera, 21 mars 2010.
  3. Critique de Studio Collection sur rockol.it, 21 décembre 1998.
  4. Romy Padoano, Mina, i mille volti di una voce, éd. Arnoldo Mondadori, 1998.
  5. « E Mamma Mina cestinò i complimenti dei Beatles », La repubblica, 25 mars 2010.
  6. « Mina est toujours la numéro Un »
  7. Ultime apparition à la télévision.
  8. « Il gran rifiuto a Federico Fellini », Tv Sorrisi e Canzoni, 24 juillet 1966.
  9. « Il ritorno di Mina » sur Mondonotizia.it, 19 juin 2011.