Chrétien Le Clercq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chrestien Le Clercq (avant 1655 † après 1698) est un religieux français de l’Ordre des récollets frères mineurs, gardien du couvent de Lens. Il est connu comme l’auteur de Premier établissement de la foy dans la Nouvelle-France (en 2 vol.) et de Nouvelle relation de la Gaspésie (1691). Dans ce dernier récit de son œuvre missionnaire, il décrit le mode de vie des Micmacs du Québec, qu’il appelle « Gaspésiens »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire des Flandres, il entra dans les ordres chez les Franciscains de l’Ordre des récollets frères mineurs (Province de Saint Antoine de Padoue en Artois), qui l’envoyèrent en mission au Canada en 1673 ; le 11 octobre 1673, Mgr de Laval le chargea de fonder une mission auprès des indiens Micmac. Il apprit la langue de cette tribu et en entreprit l’évangélisation. En 1680, ses supérieurs le dépêchèrent de nouveau en France pour promouvoir l’œuvre missionnaire des Franciscains au Canada ; il retourna au Canada au printemps suivant muni de lettres autorisant la fondation d’un couvent à Montréal, qu’il rallia au printemps 1681 pour mener son projet à bien. Au mois de novembre, il retourne auprès des Micmacs. Il retourne en France à l'automne 1686, où il est promu père supérieur du couvent de Lens. On ignore la date de sa naissance comme celle de sa mort, mais il est avéré qu’il vivait encore en 1698. Ses deux livres parurent à Paris en 1691.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

(en) Catholic Encyclopedia,‎ 1913 [détail des éditions], « Chrétien Le Clercq »

  • [s.a.], « Le Père Chrétien Le Clercq », Études françaises, vol. 4, no 3,‎ 1968, p. 287-292 (lien DOI?, lire en ligne)