Carleton-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carleton.
Carleton-sur-Mer
Carleton-sur-Mer et son barachois
Carleton-sur-Mer et son barachois
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Comté ou équivalent MRC d'Avignon
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Denis Henry
2013 - 2017
Constitution 4 octobre 2000
Démographie
Population 4 066 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 00″ N 66° 08′ 00″ O / 48.100005, -66.133338 ()48° 06′ 00″ Nord 66° 08′ 00″ Ouest / 48.100005, -66.133338 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 555 m
Superficie 21 478 ha = 214,78 km2
Divers
Fuseau horaire -5
Indicatif +1 418
Code géographique 06013
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Carleton-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Carleton-sur-Mer

Carleton-sur-Mer est une ville du Québec située dans la MRC d'Avignon sur la rive sud de la Gaspésie[1]. Elle est depuis longtemps une destination touristique importante de par ses plages donnant sur la baie des Chaleurs, ses eaux baignables et le mont Saint-Joseph avec son oratoire, destination historique de pèlerinages. La partie riveraine du centre de Carleton est caractérisée par deux bancs de sable se rejoignant pour créer un barachois où l'on retrouve de nombreux hérons.
Ce barachois est le site d'un des plus beaux campings municipaux du Québec, de par sa situation.

Toponyme[modifier | modifier le code]

« En 2005, la ville de Carleton–Saint-Omer est devenue la ville de Carleton-sur-Mer. La nouvelle ville de Carleton–Saint-Omer avait été créée le 4 octobre 2000. Elle était issue du regroupement de la ville de Carleton et de la municipalité de la paroisse de Saint-Omer. »[2]

« Les municipalités des cantons de Carleton (1855) et de Carleton-sur-Mer (1927) ont d'abord existé comme entités distinctes avant de fusionner en 1972 pour former la ville de Carleton. »[3]

« La paroisse [de Saint-Omer], qui a donné son nom à la municipalité (1904) – identifié comme Carleton West entre 1887 et 1903 –, a été détachée de Saint-Joseph-de-Carleton en 1899 par suite de son érection canonique. »[4]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Tracadièche/Carleton[modifier | modifier le code]

Barachois en bordure de la Baie-des-Chaleurs, Carleton-sur-Mer (secteur Carleton), Gaspésie

C'est vers 1756 qu'arrivèrent à Tracadièche (francisation du terme Mi'gmag Tracadigache) les sept premières familles acadiennes[5] de Bonaventure et Restigouche qui avaient été déportées en 1755 de Beaubassin en Nouvelle-Écosse. Charles Dugas et Benjamin LeBlanc (tous deux de Grand-Pré), en seraient les fondateurs. Entre 1772 et 1774 arriva de Québec l’abbé Mathurin Bourg[6], premier prêtre acadien. Le tout premier « recensement Tracadigache 1777 » qu'il fit indique la présence des patronymes suivants[7] : Allard, Allain, Arseneau, Aubertin, Barriot, Bergeron, Berthelot, Boudreau, Bujold, Comeau, Cormier, Dugas, Francis, Landry, Leblanc, Poirier et Richard. Un total de 177 personnes sont dénombrées. Une correspondance de trois pages de l'abbé Bourg au gouverneur, intitulée « Tracadigache 7 avril 1784 », indique les terrains cultivés par les habitants : « Endorsed: A list of the inhabitants of Tracadigache and the quantity of land each inhabitant has improved » soit de 3 à 12 arpents par homme.

En 1787 l'arrivée de loyalistes des États-Unis fit qu'on changea le nom de Saint-Joseph de Tracadièche en Saint-Joseph de Carleton en l'honneur du général Guy Carleton.

Le 4 octobre 2000 les municipalités de Carleton et de la paroisse de Saint-Omer furent regroupées sous le nom de Carleton–Saint-Omer. Le 7 mai 2005 le nom fut officiellement changé en Carleton-sur-Mer.

Les 100 ans d'histoire distincte de Saint-Omer[modifier | modifier le code]

Après l'arrivée des Acadiens en 1756 le territoire de Saint-Omer faisait partie de la Paroisse Saint-Joseph de Tracadièche et avait donc un vécu commun avec Carleton. Au fil des années des familles se sont installées plus loin à l'ouest de Tracadièche (devenu Carleton), et en 1899 la taille de la population justifiait la création d'une nouvelle Paroisse de Saint-Omer, qui fut approuvée par le gouvernement en 1902.

Pendant 100 ans, Saint-Omer fonctionna en tant que paroisse et ensuite en tant que municipalité. Son économie dépendait largement de la pêche, de l'agriculture et de la forêt. Saint-Omer avait ses propres écoles primaires et les étudiants du secondaire venaient à l'École Polyvalente de Carleton (renommée École Antoine-Bernard en 1983).

Le 4 octobre 2000, la municipalité de Saint-Omer a été réunifiée à Carleton.

Saint-Louis de Gonzague (1864-2014) 150 ans[modifier | modifier le code]

Saint-Louis de Gonzague est un petit village agricole et forestier situé à 8 kilomètres au nord de Saint-Omer, fondé par Louis Litalien en 1864 et dont un secteur nommé Biron fut fermé par le gouvernement du Québec en 1974. Quelques personnes y habitent encore. En 2002 s'y est tenue la Fête de l'union paysanne gaspésienne[8]. Lieu d'origine du chanteur country Honoré Godbout et de Jean-Marie-Prudent Landry, Le Roi de la mâchoire[9]

Barachois de Carleton vu de Mont Saint-Joseph, au loin on entrevoit l'Île aux Hérons (Nouveau-Brunswick)
Coucher de soleil à Carleton-sur-Mer

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Camping de Carleton-sur-Mer en hiver

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement canadien de 2006 indique une augmentation de 1,7 % de la population par rapport au recensement de 2001[10].

Données de recensement[11]
Année Population Densité h/km2 Population Densité h/km2
2006 4 077 18,4
2001 4 010 18,1
1996 2 886 18,4 1 381 22,1
1991 2 749 17,5
1986 2 663 16,9
Carleton Saint-Omer
Carleton-sur-Mer(Quebec).JPG

Activité économique[modifier | modifier le code]

Historiquement, l'économie de Carleton était surtout basée sur l'agriculture, la pêche et la forêt. Le quai en eau profonde permet l'allée et venue de navires marchands étrangers venant chercher le bois. Le tourisme fait aussi partie depuis longtemps de l'économie locale à cause des plages et de la température de l'eau.

Aujourd'hui, le tourisme a augmenté grandement et l'économie s'est transformée au point que les emplois du secteur tertiaire représentent maintenant 74 % du marché de l'emploi.

Un parc éolien d'une capacité installée de 109,5 MW a été mis en service le 22 novembre 2008 par la société Cartier Énergie. L'ensemble de la production de ce parc de la société Cartier Énergie est vendue en vertu d'un contrat de 20 ans à Hydro-Québec[12].

Carleton, vers 1897

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • En août, le Festival International Maximum Blues[13] attire des foules nombreuses.
  • Le Quai des Arts.
  • Le festival de musique traditionnelle La Virée.

Éducation[modifier | modifier le code]

La Commission scolaire René-Lévesque[14] gère les écoles de Carleton. Elle s'appelait anciennement Commission scolaire Tracadièche, nom venant du Micmac « Lieu où se tiennent les hérons ».

  • Primaire: École Bourg, École des Audomarois.
  • Secondaire: École Antoine-Bernard de Carleton.

Au niveau collégial, Centre d'études collégiales de Carleton[15] du Cégep de la Gaspésie et des Îles.

Histoire des autres édifices d'enseignement[modifier | modifier le code]

  • École Saint-Joseph. 1ère à 3e années du primaire (dates à confirmer)
  • École Normale. 3e à 6e années du primaire (dates à confirmer), logeant aujourd'hui des locaux d'éducation collégiale et universitaire.
  • École maternelle (1967-1978), petit bâtiment aujourd'hui démoli situé derrière l'École Bourg.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rivière-Nouvelle (TNO) Rivière-Bonaventure (TNO) Rose des vents
Nouvelle N Maria
O    Carleton-sur-Mer    E
S
Baie des Chaleurs
Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]