Louis Ier de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis Ier.
Louis Ier de Savoie
Louis Ier de Savoie
Louis Ier de Savoie

Titre duc de Savoie
prince de Piémont
comte d'Aoste
comte de Maurienne
(14401465)
Prédécesseur Amédée VIII de Savoie
Successeur Amédée IX de Savoie
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Naissance 21 février 1413
Décès 29 janvier 1465
Père Amédée VIII de Savoie
Mère Marie de Bourgogne
Conjoint Anne de Lusignan
Liaisons mère de Jean-François de Savoie inconnue
Enfants Amédée IX de Savoie
Marie
Louis de Genève
Jean
Marguerite
Pierre de Savoie
Charlotte de Savoie
Janus
Aimone
Philippe II de Savoie
Jacques
Agnès
Jean-Louis de Savoie
Marie
Bonne de Savoie
Jacques de Savoie
Anne
François de Savoie
Jeanne
Jean-François de Savoie, bâtard

Armoiries Savoie 1180.svg

Louis Ier de Savoie, né à Genève le 21 février 1413, mort à Lyon le 29 janvier 1465, est duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne de 1440 à 1465.

Titres[modifier | modifier le code]

Duc de Savoie, de Chablais et d'Aoste, de Piémont, d'Achaye et de la Morée, Comte de Genève, de Nice, de Vintimille, de Baugé, de Romont, de Valentinois et comte de Diois, baron de Faucigny, de Vaud et de Gex, seigneur de Bugey, de Beaufort, Verceil et Fribourg, marquis de Suze et d'Italie, prince et vicaire du Saint-Empire [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils d'Amédée VIII, comte puis duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne, et Marie de Bourgogne.

Dès 1434, il administra les États de son père sous le titre de prince de Piémont. Celui-ci, en effet, après son veuvage, abandonna ses fonctions ducales pour se tourner vers la religion, et fut élu (anti)pape en 1439, abdiquant alors du duché en faveur de son fils.

La régence qu'il exerça avec le titre de prince de Piémont est à l'origine d'une nouvelle tradition au sein de la Maison de Savoie : celle d'octroyer systématiquement ce titre de prince de Piémont au prince héritier.

Il eut à subir les intrigues de l’entourage chypriote de son épouse mais aussi les ambitions de ses voisins français et milanais. Il doit ainsi renoncer au Valentinois. Le duc tente cependant de suivre la politique extérieure de son père toutefois son inconstance est totale: alliance avec la Bourgogne en 1441 arbitrage de différends entre le Duché de Bourgogne et Berne, assistance aux Bernois contre Fribourg qui se donne à la Savoie en 1450. la même année il ne peut s'emparer du duché de Milan après la mort de son beau-frère le dernier Visconti. Il entre ensuite en ligue avec Venise contre Florence puis avec Florence contre Venise...

Le 13 septembre 1452, le duc Louis Ier de Savoie et sa femme Anne de Lusignan, achètent la relique du Saint Suaire à Marguerite de Charny contre le château de Varambon.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Il épousa à Chambéry le 1er novembre 1433 Anne de Lusignan, (1419 †1462), fille de Janus, roi de Chypre et roi titulaire de Jérusalem, et de Charlotte de Bourbon.

Le mariage[modifier | modifier le code]

Les épousailles de Louis Ier et d'Anne de Lusignan sont restées dans les annales de la maison de Savoie, elles durèrent six jours et coûtèrent très cher. Le mariage fut célébré par l'archevêque de Tarentaise et les réjouissances se déroulèrent au château de Chambéry.

Parmi les invités présents, les meilleurs amis et proches parents du mari — le duc Philippe III de Bourgogne, le duc René Ier de Bar, le comte de Nevers et le comte de Clèves —, son père le duc Amédée VIII, sa sœur, Marguerite de Savoie, le prince d'Orange, l'ambassadeur du roi de France, Christophe d'Harcourt. Parmi ceux de l'épousée, le cardinal de Chypre, son oncle — son père, le roi Janus de Chypre était mort avant que le mariage ne soit officiellement conclu.

Les mets consistaient uniquement de plats de viande faisandées et assaisonnées, essentiellement de la venaison. Le festin était coupé d'intermèdes fastueux, de merveilles et de scènes de spectacle. Les douze provinces, possessions de la maison de Savoie étaient représentées ainsi que le royaume de Chypre par des délégations, ainsi que les Ordres chevaleresques de la Toison d'or pour la Savoie, la Bourgogne et l'Autriche. Le bal de la première journée dura toute la première nuit jusqu'à l'aube. La fête ne se termina qu'à l'aube du septième jour.

La fin de son règne[modifier | modifier le code]

À la fin de son règne, son fils Philippe, particulièrement turbulent, trempe dans un complot contre son père et entraine la chute du chancelier de Savoie, Jacques de Valpergue[2].

À la suite de ce conflit en 1462, il se déplace à Lyon en exil, afin de demander de l'aide à Louis XI, son beau-fils. Après avoir passé plus d'une année à la cour de France[3], il retourne à Lyon avec l'une de ses filles, avant le 20 décembre 1464[4]. Toutefois, un mois plus tard, il y décède le 29 janvier 1465.

Descendance[modifier | modifier le code]

Ils eurent 17 enfants (dont 4 moururent en bas âge):

  1. Amédée IX le Bienheureux (Thonon 1er février 1435 -Verceil 30 mars 1472), duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne : épouse Yolande de France, sœur de Louis XI de France
  2. Marie (Morges 10 mars 1436 - Thonon 1er décembre 1437)
  3. Louis de Savoie également appelé Louis de Genève (Genève 1er avril 1437- Ripaille 16 juillet 1482), comte de Genève et roi de Chypre : épouse Annabelle d'Écosse puis Charlotte de Lusignan
  4. Marguerite de Savoie (Pignerol avril 1439- Bruges 8 mars 1485) : mariée en 1458 à Jean IV (1413-1464), marquis de Montferrat, puis en 1466 à Pierre II de Luxembourg (1435-1482), comte de Saint-Pol.
  5. Janus de Savoie (Genève 8 novembre 1440 - Annecy 22 décembre 1491) Comte de Genève
  6. Charlotte de Savoie (Chambéry 16 novembre 1441 - Amboise 1er décembre 1483) : mariée en 1451 à Louis XI (1423-1483), roi de France
  7. Aimon (Genève 2 novembre 1442 - Genève 30 mars 1443)
  8. Philippe II sans Terre (Thonon 29 novembre 1443 - Lémenc 7 novembre 1497), duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne
  9. Jacques (Genève 29 novembre 1444 - Genève 1er juin 1445)
  10. Agnès de Savoie (1445-1508) : épouse François d'Orléans-Longueville, fils de Jean de Dunois dit le bâtard d'Orléans.
  11. Pierre de Savoie (Genève vers 2 février 1446 - Turin août 1458) Évêque de Genève
  12. Jean-Louis de Savoie (Genève 26 février 1447 - Turin 11 juin 1482) : évêque de Genève et évêque de Tarentaise
  13. Marie de Savoie (Pignerol 20 mars 1448 - 13 septembre 1475) : mariée en 1466 à Louis de Luxembourg (1418-1475), comte de Saint-Pol et de Ligny[5].
  14. Bonne de Savoie (Avilliana 12 août 1449 - Fossano 17 novembre 1503) : mariée en 1468 à Galéas Marie Sforza (1444-1476), duc de Milan [6]
  15. Jacques de Savoie (Genève 12 novembre 1450- Ham 30 janvier 1486) : comte de Romont, seigneur de Vaud. Il fut l'époux de Marie de Luxembourg.
  16. Anne (Genève septembre 1452 - Genève 1er octobre 1452)
  17. François de Savoie (Annecy 19 août 1454- Turin 3 octobre 1490) : archevêque d'Auch et évêque de Genève
  18. Agnès (Chambéry octobre 1457 - Paris 16 mars 1509) épouse François d'Orléans-Longueville

Ascendance[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Histoire généalogique de la royale maison de Savoie Tome I Par Samuel Guichenon page 504
  2. Miscellanea di Storia italiana, tome XVI, p. 458 ; mentionné par Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome II, p. 138 note no 1, Librairie Renouard, Paris 1885
  3. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome II, p. 139-140, note no 1, Librairie Renouard, Paris 1885
  4. Archives municipales de Lyon, BB10, fol.30
  5. Par contrat du 21 juillet 1466 (Bibliothèque nationale, Fr.4330, fol.19), d'après Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome II p. 228 note no 4, Librairie Renouard, Paris 1885
  6. Par contrat du 9 mai 1468 (Bibliothèque nationale, Fr.4330, fol.25), d'après Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome II p. 228 note no 4, Librairie Renouard, Paris 1885

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]