Anne de Lusignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne de Lusignan
Image illustrative de l'article Anne de Lusignan

Biographie
Dynastie Maison de Lusignan
Naissance 24 septembre 1418
Décès 11 novembre 1462
Genève
Père Janus de Chypre
Mère Charlotte de Bourbon
Conjoint Duc Louis Ier de Savoie
Enfants Amédée IX de Savoie
Marie
Louis de Genève
Philippe II de Savoie
Jean
Marguerite de Savoie
Pierre de Savoie
Janus
Charlotte de Savoie
Aimone
Jacques
Agnès
Jean-Louis de Savoie
Marie
Bonne de Savoie
Jacques de Savoie
Anne
François de Savoie
Jeanne

Anne de Lusignan ou Anne de Chypre (24 septembre 141811 novembre 1462) est la fille de Janus de Chypre, roi de Chypre (ainsi que roi titulaire de Jérusalem et roi titulaire d'Arménie), et de Charlotte, sœur de Jacques II de Bourbon, sire de La Marche. En 1433 ou 1434, elle épouse à Chambéry le duc Louis Ier de Savoie, fils d’Amédée VIII de Savoie et de Marie de Bourgogne, fille du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Elle aura avec son époux dix-neuf enfants, dont cinq morts en bas âge. Elle meurt le 11 novembre 1462 à Genève (aujourd'hui en Suisse)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Ier de Savoie, plus intéressé par la poésie que par la préoccupation de ses partisans et de ses vassaux, mais très amoureux de sa femme, laisse petit à petit le pouvoir à celle-ci, qui, nostalgique de son pays, organise de nombreuses réceptions avec les plus puissants seigneurs chypriotes. Pour se concilier l'entourage, elle décore les châteaux, organise des fêtes et offre des présents aux invités. Ceux-ci, convoitant les richesses de la région, écument le trésor de l’État, ce qui provoque une protestation vigoureuse chez les paysans et les nobles du pays de Vaud.

La beauté d’Anne de Lusignan ne peut empêcher le pillage de certaines provinces mais dit-on, le pays de Vaud, sous la protection du duc, sera ménagé. Elle sera accusée d'avoir dilapidé les joyaux et l'argenterie de la maison de Savoie, et les avoir offert à ses amants ou favoris chypriotes. Sans doute fut-elle bel et bien « une femme incapable d'obéir mariée à un homme incapable de commander ».

Pour juguler une partie de ses dettes, Anne de Lusignan doit par nécessité organiser un beau mariage pour une de ses filles, et une union avantageuse pour la maison de Savoie. Sa fille Charlotte âgée seulement de dix ans, épouse le 2 février 1451 le dauphin de France, futur Louis XI, qui réclamera faute de la dot promise, de nouveaux fiefs et s'emparera de plusieurs châteaux de la Bresse et plusieurs chefs-lieux du Pays de Vaud. Le Pays de Vaud est délégué au commissaire Amédée Ravier en 1456 à Moudon. Sa fille Agnès est aussi mariée à un prince français François d'Orléans-Longueville, fils du « Bâtard d'Orléans » compagnon de Jeanne d'Arc.

On la disait jolie et vive comme sa mère, elle eut plusieurs amants avec une certaine complaisance de son mari, le plus fidèle d'entre eux, fut Jean de Compey, favori de la duchesse et seigneur de Thorens. En 1447, la commune de Monnetier-Mornex a été le lieu d’une tentative d’assassinat à l'encontre de Jean de Compey, qui faillit aboutir à une guerre entre la Savoie et le royaume de France.

Pieuse, elle fera ériger la chapelle Sainte-Marie-de-Bethléem du couvent de Rive (Genève), les travaux seront confiés à maître Jean de Blany.

Le 13 septembre 1452, Anne de Lusignan achète le Suaire de Turin à Jeanne de Charny en échange du château de Varambon. Plus tard, vers 1502, le pape Paul II autorisera Yolande de France de déposer la relique du Saint Suaire dans la chapelle du château de Chambéry dont il fera élever une tour au-dessus de la sacristie, comme symbole religieux.

Sa piété se révèle par le fait qu'un de ses fils a été reconnu bienheureux par l'Église et que trois autres devinrent évêques.

Avant sa mort, elle règne encore la Savoie au lieu de son époux Louis Ier de Savoie, car ce dernier n'ést pas assez capable de la gouverner, en dépit de sa qualité religieuse. Toutefois, cela provoque un conflit dans le duché. En octobre 1462, leur fils Philippe de Bresse prend brutalement le pouvoir, en doutant que sa mère, également belle-mère de Louis XI, veuille attacher la Savoie à la couronne, en faveur du roi de France. L'année suivante, elle décède à Genève[2].

Voyage Nicosie-Chambéry[modifier | modifier le code]

Anne de Lusignan voyagea par mer et terre, au départ de Nicosie à bord d'une galée savoyarde construite sur les chantiers de Villefranche (aujourd'hui Villefranche-sur-Mer) et commandée par Simonino dal Pozzo. En passant au large des îles Gazopolis, et de Lesina, petite halte au port de Parenzo (Istrie). Puis Venise pour un repos de quelques jours dont Anne profitera pour visiter les splendeurs de la ville. Naples avec une courte halte et Nice où elle sera accueillie par la dame Nicole de Chissé qui sera chargée d'organiser son voyage terrestre, et Guillemette de Chissé qui deviendra sa dame d'honneur. Ce voyage long et pénible aura duré trois mois[3]. En 1433, Anne de Lusignan est accompagnée à bord de sa galée par des ambassadeurs et chanceliers venus pour la préparation de l’expédition : Jean de Beaufort, Humbert de Savoie, le bâtard d'Achaïe seigneur de Ranonigi, le maréchal Manfred de Saluces chef militaire et ambassadeur, fidèle ami du duc Amédée VIII de Savoie, et l’évêque de Turin.

Jour des noces[modifier | modifier le code]

Douze gentilshommes pareillement montés, portant les armes de tous les domaines de la couronne : duchés d'Aoste et de Chablais, contés de Genevois, Diois et Valentinois, baronnies de Vaud et de Faucigny et les fiefs récemment acquis de Nice et de Verceil. Plusieurs trompettes et ménestrels jouent devant la table d'honneur et le duc Amédée VIII de Savoie leur accorde un don de deux cents florins d'or.

Nuit de noce[modifier | modifier le code]

Le lit était béni pour écarter les maléfices qui pourraient compromettre la fécondité de l'union et les souillures de l'adultère. Personne ne m'avait préparée à cet instant. La seule chose de ce qui m'attendait, je l'avais surprise au hasard des couloirs des soupirs et des attouchements de la domesticité et des seigneurs.....j'avais bien pris garde d'observer une inactivité absolue, étendue sur le dos afin que la précieuse semence ne jaillit hors du vase et ne m'empêche d'être fécondée.

Témoignage de son frère Jean II de Chypre[modifier | modifier le code]

Votre futur époux sera Louis le second fils de Savoie qui succède à son frère. Il n’est pas de doute qu’il est charmant. Certes il aime la musique, les arts, la peinture et le dessin, mais ne passe pas pour être aussi fin politique, puisqu’il n’était pas destiné à régner...[4]

Témoignage de son père Janus de Chypre[modifier | modifier le code]

Sais-tu Anna... que les relations multiples ont tissé des liens fidèles entre notre maison et celle de Savoie. Le comte Amédée III de Savoie a combattu à Alexandrie (Égypte) sous les ordres de Pierre Ier de Lusignan roi de Chypre, lors de la croisade, il est mort à Nicosie en 1143 et enterré à Sainte Croix. Nous recevons régulièrement des missives de Savoie...[4]

Enfants d'Anne de Lusignan[modifier | modifier le code]

  1. Amédée IX de Savoie le Bienheureux (1435-1472) : duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne  : épouse Yolande de France, sœur de Louis XI de France
  2. Marie (1436-1437)
  3. Louis de Savoie (Louis de Genève) (1436-1482) : comte de Genève et roi de Chypre : épouse Annabelle d'Écosse puis Charlotte de Lusignan
  4. Philippe II de Savoie, dit Sans Terre (1438-1497) : épouse Marguerite de Bourbon puis Claudine de Brosse
  5. Jean de Savoie (1438-1491) : comte de Genève
  6. Marguerite de Savoie (1439-1483) : épouse Jean IV de Montferrat, et en secondes noces Pierre II de Luxembourg-Saint-Pol
  7. Pierre de Savoie (1440-1458) : évêque de Genève et évêque de Tarentaise[5]
  8. Janus de Savoie (Jean de Savoie) (1441-1491) : comte de Faucigny, gouverneur de Nice
  9. Charlotte de Savoie (1441-1483) : épouse Louis XI, roi de France
  10. Aimone (1442-1443)
  11. Jacques (m. 1445)
  12. Agnès de Savoie (1445-1508) : épouse François d'Orléans-Longueville, fils de Jean de Dunois dit le bâtard d'Orléans
  13. Jean-Louis de Savoie (1447-1482) : évêque de Genève et évêque de Tarentaise
  14. Marie (1448-1475)
  15. Bonne de Savoie (1449-1503) : épouse Galéas Marie Sforza, duc de Milan
  16. Jacques de Savoie (1450-1486) : comte de Romont et seigneur de Vaud (1450 - †1486)
  17. Anne (1452-1452)
  18. François de Savoie (1454-1490) : archevêque d'Auch et évêque de Genève
  19. Jeanne († née)

Voir : Liste des évêques de Genève, Liste des évêques de Moûtiers-Tarentaise et Liste des comtes de Genève

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Courriers d'Anne de Lusignan, adressés à sa famille :

  • La promiscuité régnant sur la galée, Montmayeur et ses compagnons baisaient mes femmes effarouchées mais consentantes...
  • Le 7 février : On entre dans la ville de Chambéry où le prince Amédée VIII de Savoie et le duc Louis Ier de Savoie viennent à notre rencontre. Ce dernier descend de cheval, écarte les rideaux de la carriole. Louise Babin et la dame d'Ay font comprendre au prince que par symbolique et tradition chypriote, il doit délacer le devant du corsage et recueillir la rose rouge qui s'y trouve...

À savoir aussi[modifier | modifier le code]

  • En 1432 dans sa dot, Anne de Lusignan amène de Chypre un cépage, qui est un des plus prolifiques actuellement en Savoie. Sa réputation sur le royaume savoyard se précise dès le XVIe siècle, par la production de vins blancs de Savoie appelé Roussette. La production actuelle de la Roussette se développe surtout sur le département de l'Ain. On distingue plusieurs AOC avec quatre crus principaux : la Roussette de Savoie cru Frangy, cru Marestel, cru Monterminod et cru Monthoux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) [1] rootsweb Louis, duc de Savoie et baron de Vaud
  • (fr) [2] Bibliographe d'Anne de Lusignan "Anne de Chypre, duchesse de Savoie 1418-1462" (extrait) par Michèle Brocard et Catherine Marçais, Éditions Cabédita, 1994

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://books.google.fr/books?id=_vEOh1ZItFcC&pg=PA307
  2. http://books.google.fr/books?id=_vEOh1ZItFcC&pg=PA307 Bulletin de la société d'histoire et d'archéologie de Genève, tome 30, p.307
  3. Anne de Chypre, duchesse de Savoie, 1418-1462 par Michèle Brocard et Catherine Marçais : ISBN 2-88295-118-3
  4. a et b Anne de Chypre : de Michèle Brocard
  5. Henri Naef, Les Origines de la Réforme a Geneve, Volume 2, Librairie Droz,‎ 1968 (ISBN 2-60005-065-5), p. 27.
  • 1835 : Histoire de la réformation de la Suisse : de Abraham Ruchat
  • 1858 : Les fiefs nobles de la baronnie de Cossonay, étude féodale : de Louis de Charrière
  • 1994 : Yolande de Savoie, duchesse de Savoie : de Michèle Brocard et C. Marçais - Cabédita
  • 1995 : Les Châteaux de Savoie. ; Michèle Brocard ; Éditeur : Cabédita, 1995 ; ISBN 978-2-88295-142-7. (OCLC 36061977)
  • 2000 : Anne de Chypre : de Michèle Brocard - Cabédita (Voir Liens externes)