Comte de Fife

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des principales seigneuries d'Écosse vers 1230.

Comte de Fife ou mormaer de Fife est un titre médiéval que portait le possesseur de la seigneurie (ou comté) de Fife. Le titre de comte Fife a également été créé dans la pairie d'Irlande en 1759, pour un descendant de Macduff.

Origine[modifier | modifier le code]

C'est une illustre famille d'Écosse, dont l'origine remonte selon les uns au roi d'Écosse Dubh, tué dans un combat en 967, selon les autres à Fife-Macduff, qui reçut le titre de comte du roi Kenneth Ier d'Écosse vers 840, en récompense des services qu'il avait rendus dans les guerres contre les Pictes.

Ses descendants, parmi lesquels on remarque Macduff qui soutint Malcolm contre l'usurpateur Macbeth, portèrent le titre de comtes de Fife jusqu'en 1353. La tradition voulait que le chef du clan MacDuff couronne le roi d'Écosse[1].

Lors du couronnement de Robert Ier Bruce, le 25 mars 1306 Duncan IV, comte de Fife, étant détenu en Angleterre, c'est sa tante, Isabelle de Fife, épouse du comte de Buchan qui exerçe cette charge par patriotisme[2]. Capturée par les Anglais elle fut, pour cela, enfermée dans une cage au château de Roxburgh jusqu'en 1310[3].

Le nom de Duff subsista seul à partir de cette époque ; mais en 1759, William Duff de Bracco reprit le titre de comte de Fife.

Liste des mormaer et comtes de Fife[modifier | modifier le code]

Mormaer ou comtes de Fife[modifier | modifier le code]

Comtes Fife (1759)[modifier | modifier le code]

  • 1759-1763 : William Duff († 1763), lord Braco de Kilbryde ;
  • 1763-1809 : James Duff (1729-1809) ;
  • 1809-1811 : Alexander Duff (1731-1811) ;
  • 1811-1857 : James Duff (1776-1857) ;
  • 1857-1879 : James Duff (1814-1879) ;
  • 1879-1912 : Alexander Duff (1849-1912), créé duc de Fife en 1889. Mort sans descendance mâle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fitzroy MacLean Higlanders: Histoire des clans d'Écosse,Éditions Gallimard, Paris 1995, (ISBN 274260910[à vérifier : ISBN invalide]) p. 258 .
  2. Les Anglais propagèrent la rumeur qu'elle était la maîtresse de Bruce. G.W.S. Barrow, Robert Bruce, Edinburgh University Press réédition Edinburgh, 2005, p. 196-197. (ISBN 0748620222).
  3. G.W.S. Barrow, op.cit, p. 210.