Maison de Dunkeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La maison de Dunkeld, en gaélique écossais Dùn Chailleann (signifiant Fort des calédoniens), est une construction historiographique et généalogique destinée à illustrer la succession des monarques d'Écosse entre 1034 et 1040 et entre 1058 et 1290.

C'est une dynastie prolongeant la « race de Fergus », le Cenél nGabráin du Dal Riada. Ce concept celtique est utilisé pour décrire l'un des deux principaux chefs de clan de l'Écosse du haut moyen-âge, et elle a été fondée par le roi Fergus Ier de Dal Riada. Ce clan royal a doit lutter pour la couronne d'Alba contre le Cenél Loairn, devenu plus tard la maison de Moray. Le Cenél nGabráin est représenté tout d'abord par la maison d'Alpin puis par celle de dite de Dunkeld. Ils descendraient des rois suprêmes d'Irlande, le dernier de leur lignée étant Conaire Cóem, un descendant de Conaire Mór, fils d'Eterscél Mór.

Généalogiquement, la « maison de Dunkeld » est issue de Duncan Ier d'Écosse, fils de Crinán, abbé laïc de Dunkeld († 1045) qui appartient à un clan différent de celui de son prédécesseur et grand-père maternel Malcolm II d'Écosse.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

À l'époque du règne de la dynastie de Dunkeld, la succession au trône écossais passe d'un système typiquement gaélique de tanistrie à un système de primogéniture. Bien qu'à l'époque aucun nom n'est donné en commun à ces rois, il forme une dynastie royal héréditaire.

On observe plusieurs caractéristique de la société écossaise durant leur règne :

  • L'Écosse est plus influencée par les cultures voisines qu'elle l'a été auparavant, ou qu'elle le sera lorsqu'elle sera dominé par la maison Bruce ou la maison Stuart. Le royaume se situe entre deux autres royaumes bien établis, le Royaume d'Angleterre et la Norvège. Plusieurs rois écossais ont été amenés à prêter hommage au monarque anglais, et d'un autre côté les vikings contrôlent les Hébrides, le Caithness, l'Île de Man et les Orcades. Les rois de cette dynastie ont cherché à trouver une place stable entre leurs deux voisins, s'alliant parfois avec d'autres pays comme la France. Des guerres ont été menées contre ces deux royaumes, mais des alliances et traités ont également été signés avec eux.
  • Plusieurs seigneurs normands et leurs institutions sont arrivés en Écosse, notamment après la conquête normande de l'Angleterre. C'est ainsi que le pays adopte un système féodal et le droit romain, et que les élites se francisent suite à l'immigration d'Anglais, Normands et Français.

La dynastie Dunkeld arrive au pouvoir à une période où le royaume est fragmenté et fait face à des menaces extérieures de plus en plus pressantes, et certains monarques mettent en place un gouvernement plus centralisé.

Les Dunkeld arrivent au pouvoir après deux siècles de troubles civiles sous la maison d'Alpin. Le premier roi de cette dynastie, Malcolm III d'Écosse, pense fermement que la succession au trône doit revenir au fils aîné du roi, défiant les règles traditionnelles de la tanistrie. Cette décision politique réduit les conflits à l'intérieur de la famille royale. Les Dunkeld consolident l'indépendance de l'Écosse, en dépit d'escarmouches fréquentes avec l'Angleterre. La dynastie prend fin lorsqu'Alexandre III d'Écosse meurt dans un accident de cheval. Le roi n'a pas de fils, seulement une petite-fille de trois ans, Marguerite, princesse de Norvège. Craignant l'influence que pouvait avoir son père Éric II de Norvège, et le début d'une nouvelle guerre civile sans fin, les nobles écossais font appel à Édouard Ier d'Angleterre. Marguerite est promise au fils de celui-ci, le futur Édouard II d'Angleterre, mais meurt peu de temps après sa disparition ouvre la crise de succession écossaise qui sera à l'origine de la première guerre d'indépendance écossaise contre l'Angleterre.

Rois de la maison de Dunkeld[modifier | modifier le code]

À la mort d'Alexandre III, sa petite-fille Marguerite est reconnue comme son héritière légitime, comme il avait été convenu durant le règne d'Alexandre, mais elle n'est jamais réellement couronnée Reine des Écossais.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]