Brassempouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brassempouy
Vue générale
Vue générale
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Canton d'Amou
Intercommunalité Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys
Maire
Mandat
Guy Duplantier
2014-2020
Code postal 40330
Code commune 40054
Démographie
Population
municipale
293 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 58″ N 0° 41′ 37″ O / 43.6327777778, -0.69361111111143° 37′ 58″ Nord 0° 41′ 37″ Ouest / 43.6327777778, -0.693611111111  
Altitude Min. 35 m – Max. 131 m
Superficie 10,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Brassempouy

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Brassempouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brassempouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brassempouy
Liens
Site web Site officiel du village de Brassempouy

Brassempouy (en gascon Brassempoi) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Comptant un peu plus de 300 habitants, elle est principalement connue pour les trouvailles archéologiques qui y ont été faites, en particulier la célèbre « Dame de Brassempouy ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé à l'écart de la route reliant Mont-de-Marsan à Orthez, à environ dix kilomètres au sud-ouest d'Hagetmau. Du point de vue de son organisation historique, le village est apparenté aux bastides-rues. La rivière le Luy de France marque la limite entre Brassempouy et Amou. D'autres ruisseaux délimitent approximativement la commune : le Ruisseau de Pouy à l'ouest, le Ruisseau des Saougues à l'est et le Ruisseau de Cazalis au sud. Le nord-ouest de la commune est formé d'une langue de terre dite Landes des Herrères. Au sud, on trouve une lande dite La Barthe de Larribère.

Communes limitrophes : au nord-est, Saint-Cricq-Chalosse, à l'est Cazalis, au sud Nassiet, au sud-ouest Amou, à l'ouest Gaujacq et au nord-ouest Bergouey.

Principaux écarts : Labarraque, La Gare.

Histoire[modifier | modifier le code]

Brassempouy vient du mot latin devenu gascon, Brachipodio, podium de Brassenx[1].

La dame de Brassempouy découverte en 1890

Ce petit village de la Chalosse est devenu célèbre grâce à la découverte en 1890 de vestiges préhistoriques dans des grottes situées sur le terrain de la commune (dont la grotte du Pape), et en particulier grâce à la découverte d’un véritable trésor, une petite figurine en ivoire de mammouth, la dame de Brassempouy (dite aussi dame à la Capuche). Il s'agit de la plus ancienne représentation connue (au monde) d'un visage humain, d’autant plus remarquable par sa finesse et sa beauté.

Un musée archéologique (la Maison de la Dame) est consacré à cette découverte.

rue du village clôt par l'église

D’autres époques ont laissé des traces encore clairement visibles aujourd'hui dans la structure du village. Par exemple, on peut encore distinguer des fortifications de terre, appelées « camps romains » bien qu'on en ignore l'origine exacte. Cependant, il est communément admis que le village ait été construit à l'emplacement d'un ancien castrum romain.

Mais c'est surtout le Moyen Âge qui a marqué le village, puisque l'édification même du bourg date de cette époque. Brassempouy est en effet une vieille bastide anglaise, et le bourg est organisé en village-rue : les maisons sont alignées autour d'une rue principale (et pour ainsi dire presque unique) fermée d'un côté par le château (celui qui est visible aujourd'hui date du XIXe siècle), et de l'autre côté, par l'église. Cette église (XIIe siècle) est aujourd’hui classée monument historique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Michel Canfora    
mars 2001 2008 Jacques Momas    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 293 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
967 976 1 023 1 007 1 082 1 134 1 016 1 039 960
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
942 891 851 788 632 630 575 554 564
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
567 554 557 475 468 425 413 339 362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
357 332 309 291 279 267 289 295 293
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Henri Capdeville (1933-2010), issu d'une lignée locale de notaires de cette terre où il repose désormais. Notaire lui-même, Conseiller Régional d'Aquitaine, Président de la Fédération des Sociétés Taurines de France (FSTF) en scrupuleux défendeur de l'intégrité du spectacle taurin, Grand Maître et fondateur de la Confrérie gastronomique des Jabotiers, Henri Capdeville ("Mitou") rayonnait tant sa mission était sa passion : hérault, défenseur et haute figure attentive et chaleureuse pour toutes les traditions et valeurs Gasconnes. Cet Andalou de ceur qui exerçait en son étude à Saint-Sever, instillait et partageait un air très sévillan de feria, de romarin et jasmin, de fino et d'exigeante aficion à los toros.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Des animations ont lieu presque tout au long de l'année : Fêtes patronales : Week end Ascension. Fête de la Musique : juin. Festival Music'Arts : Fin juillet. Vendanges : septembre octobre. "Halha de Nadau" (feu de Noël) : 24 décembre. Le festival Music'Arts retient tout spécialement l'attention : il a lieu chaque année à la fin du mois de juillet (la première édition date de 1995) et associe concerts dans l'église, expositions d'art (peinture, sculpture) et journée du Moyen Âge avec différentes animations en costumes d'époque. Par ailleurs, en plus de l'association Music'Arts qui gère le festival, le village compte plusieurs autres associations culturelles : l'association du chantier archéologique de Brassempouy, les Amis de Brassempouy (qui entend défendre le patrimoine de la commune et promouvoir sa mise en valeur), Brachipodio (dont le but est de sauvegarder et raviver la mémoire du village), le groupe folklorique Lous Toustem Amics (regroupant musiciens, danseurs et échassiers landais) et les Petites Mains de Brassempouy (qui cherche à promouvoir les activités de loisirs créatifs).

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Galeries[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pays des Luy, plaquette de l'office de tourisme de la Communauté de communes Coteaux et Vallées des Luys consultée en 2011
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011