Ronin (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ronin.

Ronin

Description de cette image, également commentée ci-après

La rue Drevet dans le 18e arrondissement de Paris a servi pour la scène d'ouverture du film[1].

Réalisation John Frankenheimer
Scénario J.D. Zeik
David Mamet
Acteurs principaux
Sociétés de production FGM Entertainment
United Artists
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Sortie 1998
Durée 121 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ronin est un film britannico-américain de John Frankenheimer sorti en 1998.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Six mercenaires, anciens agents secrets, se retrouvent à Paris, où ils apprennent la mission qui leur est confiée : récupérer intacte une mallette très bien défendue.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été entièrement tourné en France[1] de novembre 1997 à mars 1998 :

Signification du titre[modifier | modifier le code]

Dans le Japon médiéval, les rōnin (浪人?) étaient des samouraïs déshonorés parce que leur seigneur avait été tué sans qu'ils aient pu le défendre. N'ayant pas été à la hauteur de leur mission, ils sont condamnés à l'errance. La vengeance est leur seule raison de vivre : ils doivent tuer le meurtrier de leur seigneur, puis se donner la mort par seppuku (en se tranchant le ventre). Le film débute par une explication moins développée.

Michael Lonsdale raconte la légende des 47 rōnin à Robert de Niro au cours du film, incitant par là à la réflexion sur les motivations et les mobiles d'(anciens ?) agents secrets.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Il s'agit du quatrième film que John Frankenheimer tourne en France après Le train, Grand Prix et French Connection II.
  • Ronin emploie le système du MacGuffin, objet matériel et généralement mystérieux qui sert de prétexte au développement d'un scénario. L'objet en question - une valise - n'est jamais ouvert durant tout le film.
  • Skipp Sudduth a demandé à John Frankenheimer de réaliser ses propres cascades lors des courses-poursuites en voiture. Le réalisateur a accepté[2].
  • Le tournage a été marqué par l'arrestation de Robert De Niro dans la nuit du 16 au 17 février 1998 dans une affaire de réseau de prostitution. Après enquête, il a été relâché[3],[4].
  • Le réalisateur voulait des cascades sans trucages : la vitesse des caméras n'a pas été accélérée pour les poursuites en voitures. Des pilotes professionnels (dont Jean-Pierre Jarier) ont été engagés notamment pour la scène sur le boulevard périphérique où ils roulent à plus de 160 km/h dans le tunnel des Halles, parfois même à contresens. Plus de 300 véhicules ont été utilisés dans cette scène[3].
  • Le film a été présenté le 12 septembre 1998 à la Mostra de Venise[5].
  • Michael Lonsdale, Sean Bean et Jonathan Pryce ont tous les trois joué un rôle de méchant dans la saga des James Bond.
  • Le véhicule conduit par les mercenaires dans les rues de Paris est une BMW 328i.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]