Anarchist Black Cross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de l'Anarchist Black Cross.

L'Anarchist Black Cross est une organisation anarchiste de soutiens aux prisonniers. Le groupe est connu pour fournir de la littérature, un soutien légal et matériel aux prisonniers révolutionnaires du monde entier. Il est en opposition avec Amnesty International qui soutient uniquement les prisonniers d'opinion et refuse de défendre ceux qui ont usé de violence[1]. L'ABC soutien ouvertement ceux qui ont commis des actes illégaux dans un but révolutionnaire mais aussi toutes personnes en prison pour leur militantisme ou leur resistance au capitalisme et aux formes de discriminations. Étant opposé à la prison, le groupe a petit à petit apporté du soutien de près ou de loin aux prisonniers de toutes sortes, à l'exeption « des prisonnier-e-s incarcéré-e-s pour viol ou agression raciste »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Anarchist Black Cross nait sous le nom d'Anarchist Red Cross, une scission de la Political Red Cross, qui soutenait les prisonniers politiques sous la Russie tsariste. Pendant des années, les origines du groupe ont été sujet à caution mais de récents documents ont éclairci les faits[réf. nécessaire]. Selon Rudolf Rocker, un des trésoriers de l'Anarchist Red Cross de Londres, l'organisation a été fondée pendant la période mouvementée de 1900 à 1905. De nombreuses autres sources situent également la naissance du groupe durant cette période. Il va se développer vers 1905 avec une vague de répression qui conduisit de nombreux anarchistes derrière les barreaux. En raison du refus de la Political Red Cross et d'autres groupes de soutien aux prisonniers d'aider les prisonniers politiques anarchistes, des militants russes, dont certains en exil, créent donc l'Anarchist Black Cross pour soutenir leurs camarades enfermés dans les prisons russes. Chaque branche prenant le nom de la région dans laquelle elle opérait (Latvia, Riga, Odessa, etc.). Au bout de quelques années, l'organisation s'exporte en dehors des frontières russes et des ABC sont créées aux États-Unis et en Angleterre où de nombreux exiles russes émigrent.

En 1905, le groupe change de nom, supprimant "Red Cross" de son appellation. Le groupe possède alors plusieurs noms : Chicago Aid Fund, Society to Aid Anarchist Prisoners in Russia, Joint Committee to Aid Revolutionaries Imprisoned in Russia, pour finalement définitivement s'appeler Anarchist Black Cross.

Cependant, selon Harry Weinstein, un des deux créateurs de l'organisation, celle-ci commence son activité après son arrestation en juillet ou août 1906. Une fois sorti de prison, Weinstein et d'autres anciens prisonniers envoient des vêtements aux anarchistes condamnés à l'exil en Sibérie. Weinstein affirme que le groupe quitte la Political Red Cross en 1906, alors que Weinstein et d'autres anarchistes ne reçoivent plus de soutien malgré de nombreux dons à la Political Red Cross de la part des anarchistes. Weinstein continue son combat en Russie jusqu'à son départ pour New York en mai 1907. Une fois là-bas, il contribue à créer la New York Anarchist Red Cross, dans laquelle prennent part des contributeurs du Mother Earth, un journal édité par Louise Berger et Emma Goldman.

Armée Noire[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Armée noire dans laquelle les membres de l'ABC prennent un rôle important.

En 1918, Nestor Makhno crée une nouvelle section de l'ABC, en collaboration avec son Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne, ou Armée noire, sur le territoire ukrainien qu'ils contrôlent à ce moment.

Durant cette période, la tâche de l'organisation passe du soutien aux prisonniers aux urgences médicales et à la défense armée de leur groupe. Avec le début de l'offensive des Cosaques, des Armées blanches et des pogrommistes, puis de l'Armée rouge, l'ABC ukrainienne s'occupe alors de la défense des villes et d'organiser la première guérilla urbaine de l'histoire ukrainienne. Comme milice urbaine, l'ABC travaille main dans la main avec les anarchistes de l'Armée noire, néanmoins elle n'est pas une unité mobile et est surtout basée à l'entrée des villes. Ses membres ne portent pas d'uniformes mais sont reconnaissables grâce à des salopettes et des brassards.

Pendant un moment, les ABC sont tolérées par les Bolcheviks à Moscou et Petrograd. Leurs activités dans ces villes ne sont pas vraiment développées. La Tchéka, police secrète de Lénine, infiltre les ABC. En dehors de Moscou, Petrograd et les territoires contrôlés par l'Armée noire, la répression est totale. La littérature anarchiste est saisie et les militants de l'Anarchist Black Cross arrêtés et emprisonnés.

En septembre 1919, une attaque à la grenade à une réunion du Parti Bolchevik de Moscou sert de prétexte à des arrestations massives d'anarchistes dans toute la Russie. Les militants anarchistes sont arrêtés et même l'Armée noire et Makhno sont pourchassés sur ordre de Trotski, déterminé à nettoyer au balai de fer la Russie de l'anarchisme. À Moscou, Odessa, Kharkov et beaucoup d'autres villes de nouvelles Anarchist Black Cross, et groupes similaires, sont fondés afin de permettre surtout d'apporter de la nourriture aux anarchistes en prison, mais aussi à tous les autres opposants de gauche. La tâche se révèle difficile, même là où la nourriture n'est pas un problème, puisque les Bolcheviks confisquent les vivres lorsqu'ils croisent les militants des ABC. En 1922, à Moscou et Petrograd de nouvelles vagues de répression frappent les anarchistes, notamment Senya Fleshin et Mollie Steimer arrêtés par la Guépéou pour aides à des criminels. Au fur et à mesure, les ABC disparaissent de Russie et les anarchistes s'enfuient vers l'Europe ou l'Amérique du Nord.

Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Puis, viennent la guerre d'Espagne et la Seconde Guerre mondiale, où de nombreux anarchistes soutiennent leurs camarades arrêtés et persécutés par le fascisme et le nazisme[3].

Les ABC se retrouvent débordés par les besoins de solidarité, tant en Europe qu'en Amérique du Nord, même si d'autres groupes prennent le relai, en complément des ABC. À la fin de la guerre, il ne reste plus beaucoup de groupes de soutien aux prisonniers révolutionnaires en Europe. Le Berkman Aid Fund de Chicago apporte alors son aide à la reconstitution d'un groupe à Paris, celui-ci tiendra jusqu'en 1958.

Deuxième Vague[modifier | modifier le code]

Durant les années 1960, l'Anarchist Black Cross se reforme en Grande-Bretagne grâce à Stuart Christie et Albert Meltzer avec comme but premier de soutenir les prisonniers anarchistes du Franquisme en Espagne. Régime que Christie connait bien puisqu'il a été condamné à 20 ans après avoir été accusé de vouloir commettre un attentat contre Franco. Il s'agit du premier groupe international de soutien aux prisonniers anarchistes espagnoles. La première action du groupe reformé est d'exiler Miguel Garcia d'Espagne qui participe ensuite aux activités de soutien de l'ABC.

Giuseppe Pinelli, membre de l'ABC Milan.

Le 12 décembre 1969, Giuseppe Pinelli, membre de l'ABC de Milan, est arrêté suite à un attentat. Pendant trois jours, Pinelli est interrogé, au troisième jour il meurt après une chute du quatrième étage. Les policiers présents ne seront jamais jugés, la thèse officielle du juge d'Ambrosio étant que Pinelli a été pris d'un malaise, s'est levé de sa chaise et est tombé tout seul du quatrième étage. Il sera par la suite prouvé que l'attentat a été commis par des néo-fascistes, aidé par la CIA dans le cadre de la stratégie de la tension[4].

Proposition d'Ervin[modifier | modifier le code]

En 1979, Lorenzo Kom’boa Ervin, un prisonnier politique anarchiste, publie Draft Proposal for an ABC Network dans l'intention d'initier un mouvement international de soutien aux prisonniers. Il souhaite transformer l'ABC, qui est un ensemble de collectifs, en un mouvement de masse uni. Cette proposition entraîne un nouveau vent pour l'Anarchist Black Cross bien que le souhait d'Ervin de voir un mouvement uni ne sera jamais exaucé.

L'organisation continue son développement en Europe et en Amérique du Nord. En 1995, les ABC des États-Unis se regroupe en Fédération des Anarchist Black Cross.

Aujourd'hui, il existe des ABC partout dans le monde. Dernièrement, une tournée européenne de soutien à l'ABC Biélorusse a eu lieu.

Idées[modifier | modifier le code]

L'ABC milite pour une abolition définitive des prisons. Elle s'oppose au contrôle et au rôle de la punition dans la société. Elle considére les délits et crimes non pas comme inhérents à l'être humain mais comme des produits de la société capitaliste[5]. De facto, l'Anarchist Black Cross épousent les idées de l'anarchisme.

Moyens[modifier | modifier le code]

L'Anarchist Black Cross organise des soirées de soutien afin de récolter des fonds, comme des discussions, des projections de film ainsi que des concerts. Un des moments importants pour l'ABC, tant dans l'optique de récolter de l'argent que pour la rencontre des militants est l'ABC Fest.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les ABC sont des collectifs autonomes les uns des autres. Hormis aux Etats-Unis où les ABC sont regroupés dans une fédération. Chacun des groupes agit selon le contexte local et ses possibilités. Cependant, il existe des principes fondateurs contre lesquelles les ABC ne peuvent aller, notamment la volonté de ne pas soutenir les prisonniers racistes ou coupables de viol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décryptage d’une adoption
  2. ABC - Histoire
  3. (en) Matthew Hart, « Yalensky’s Fable: A History of the Anarchist Black Cross », sur http://theanarchistlibrary.org,‎ 2014 (consulté le 24 septembre 2014).
  4. L'historien Pierre Milza dans son Histoire de l'Italie (Fayard, 2006, p. 960) précise : « sur les 4 384 actes de violence politique recensés entre 1969 et 1975, 83 % furent le fait des organisations de l'utra-droite nationaliste. »
  5. Qu'est ce que l'ABC ?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]