Freeganisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Récolte de nourriture par un Freegane dans des containers de déchets à Stockholm

Le freeganisme (en anglais freeganism[1]), ou gratuivorisme[2], est un mode de vie alternatif qui consiste à consommer principalement ce qui est gratuit[3] et à créer des réseaux d'entraide qui facilitent ce choix[4] afin de dénoncer le gaspillage alimentaire et la pollution générées par les déchets[5],[6] mais aussi les problèmes de transports (transport écologique), du travail (réduction du temps de travail) et du logement (réquisition citoyenne) dans la société occidentale.

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Simplicité volontaire.

En 1999, aux États-Unis, Warren Oaks (ex-batteur du groupe punk Against Me!) écrit le pamphlet « Why Freegan? » (Pourquoi gratuivore ?)[7]. Il pose les bases d'un concept, proche de la simplicité volontaire et de la décroissance, appliqué à soi-même (également qualifié d'« autolimitation de la consommation » venant spontanément de la société civile[8]). Il définit le freeganisme comme « une éthique anti-consumériste de la nourriture » (déchétarisme) mais évoque aussi le glanage, le maraîchage, le troc, voire des expressions de désobéissance civile comme le vol à l'étalage comme alternative à l'achat[9]. Il est également question d'autosuffisance écologique à travers des énergies renouvelables qu'on développe soi-même, de préservation de l'eau de pluie, de prévention des déchets et de vie dans les squats.

Les gratuivores affirment que les besoins élémentaires humains (se loger, respirer, boire, manger, se protéger du froid et de la chaleur, se défendre contre les agressions) ne devraient pas être payants mais accessibles à tous, comme droits fondamentaux. Sans nécessairement s'engager dans des actions militantes (comme les autoréductions) mais sans attendre passivement des changements politiques (comme l'attribution de l'allocation universelle), le gratuivore déclare vouloir changer sa propre façon de consommer, en réduisant son utilisation de la monnaie et en développant une créativité pratique et la solidarité, dans une logique do it yourself.

Bien que l'idéologie du freegane soit plus anti-consumériste qu'environnementaliste, les valeurs de la seconde catégorie sont de plus en plus présentes dans leur démarche.

Orientations[modifier | modifier le code]

Récupération[modifier | modifier le code]

Contenu d'une poubelle de magasin alimentaire
Article détaillé : Déchétarisme.

Au Royaume-Uni, des statistiques indiquent que chaque année 1 600 millions de pommes, 1 030 millions de tomates, 2 570 millions de tranches de pain et 484 millions de yaourts sont jetés par les consommateurs[10].

Avant d'être des militants pour la promotion du gratuivorisme et d'un nouveau mode de vie, les Freeganes sont d'abord des "déchétariens". Ils profitent du gaspillage pour obtenir des denrées gratuites. Les plus engagés d'entre eux veulent démontrer par l'absurde l'ampleur du gaspillage alimentaire. Une phrase de leur mouvement dit : « La solution à la faim dans le monde se trouve dans les poubelles de New York ». L'action de fouiller les poubelles pour y récolter de la nourriture est appelée Skipping (de Skip qui signifie benne), dumpster-diving (plongée dans les containers à déchets) ou bin-raiding (raid sur les poubelles) en Angleterre et aux États-Unis[10]. En France, l'expression « faire les poubelles », associées aux clochards, fait que l'on parle de Glanage alimentaire ou alternativement que les expressions anglaises sont utilisées.

Partage[modifier | modifier le code]

Le partage et la redistribution sont un autre thème chez les freeganes. Les magasins gratuits ou à prix réduits sont basés sur le partage entre les gens et le travail de bénévoles. L'idée n'est pas de faire de la charité mais de se coordonner et de s'entraider. Les Volksküchen en Allemagne, ou « cuisine du peuple » sont des lieux où la nourriture végétalienne (souvent glanée) est préparée et vendue à prix réduit ou à prix libre.

Transport[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Auto-stop et Vélorution.

Logement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Squat (lieu).

Chômage volontaire[modifier | modifier le code]

Les gratuivores jugent qu'une partie importante des emplois ne sont pas réellement utiles pour la société, et sont globalement partisans de travailler moins, voire pas du tout, pour reprendre le contrôle de leur vie afin de l'améliorer et l'organiser pour réduire leurs besoins individuels : « Pour la plupart d’entre nous, le travail signifie sacrifier notre liberté aux ordres de quelqu’un d’autre, de l’effort, de l’ennui, de la monotonie, et dans beaucoup de cas des risques pour notre bien-être physique et psychologique. »[11]

Critiques[modifier | modifier le code]

Certains critiques reprochent aux freeganes de profiter du système qu’ils dénoncent et perçoivent leurs propos comme semblables au discours hippie, jugé improductif sur le long terme. Certains freeganes présentent d’ailleurs leur mode de vie comme une mesure pour contrebalancer un problème et non comme une « solution idéale »[12]. Une autre critique concerne le fait que le glanage des freeganes entrerait en compétition avec la recherche de nourriture de personnes sans domicile fixe et réellement dans le besoin[13]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Modes de vie ayant des affinités avec le Freeganisme

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Contraction de free et de vegan, bien que tous les véganes ne soient pas freeganes et vice-versa. Save the Planet par Natalia Marshall, Infinite Ideas, 2007, p. 51
  2. France 24 : Glane ou crève, le rituel des nouveaux pauvres
  3. (en) Not buying it, New-York Times
  4. « Le Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, Martin Hirsch, a fait rédiger un rapport (...) L'étude (...) révèle que les personnes ayant recours à ce système D viennent d'horizons beaucoup plus variés que ce qu'on pourrait imaginer. Les conclusions de ce rapport ont été transmises aux principales associations d'aide alimentaire et à la Fédération des entreprises du commerce afin de réfléchir aux moyens de faciliter la mise à disposition des invendus » [1]
  5. Dive : Nourrissez-vous de poubelles
  6. Envoyé Spécial : Gaspillage alimentaire
  7. (en) Texte du pamphlet
  8. Vers une esthétique environnementale par Nathalie Blanc, Editions Quae, 2008, p. 169 (note)
  9. Ethical Marketing and The New Consumer par Chris Arnold John Wiley & Sons, 2010, p. 73
  10. a et b Waste Not, Want Not
  11. For most of us, work means sacrificing our freedom to take orders from someone else, stress, boredom, monotony, and in many cases risks to our physical and psychological well-being. Manifeste Freegan
  12. (en) Freegan
  13. American Wasteland: How America Throws Away Nearly Half of Its Food par Jonathan Bloom, Da Capo Press, 2011 p. 256

Liens externes[modifier | modifier le code]