Société sans État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une société sans État est une société qui n'est pas gouvernée par un État. Dans ces sociétés l'autorité est peu centralisée, la plupart des postes d'autorité qui existent sont très limités en termes de pouvoir politique et ne sont pas occupés de manière permanente. Les organismes sociaux qui résolvent des différends grâce à des règles prédéfinies tendent à être réduits[1]. Les sociétés sans État sont très variables dans leur organisation économique et leurs pratiques culturelles[2].

Peu de sociétés sans État existent aujourd'hui. Les peuples isolés peuvent être considérées de facto comme des sociétés sans État, ignorant les États qui ont une autorité de jure sur leur territoire. Dans certaines régions les autorités étatiques peuvent être très faibles et n'exercent peu ou pas de pouvoir réel. Au cours de l'histoire la plupart des peuples sans État ont été intégrés dans les sociétés étatiques les environnant[3].

Peuples préhistoriques[modifier | modifier le code]

En archéologie, anthropologie culturelle et histoire, une société sans État désigne une communauté humaine peu complexe sans État​​, comme une société tribale, un clan, une chefferie. Le critère principal de « complexité » est le point où une division du travail a lieu de telle sorte que beaucoup de gens sont en permanence « spécialisés » dans des formes particulières de production ou d'autres activités et dépendent des autres pour les biens et services par le biais du commerce ou d'obligations réciproques sophistiqués régies par les coutumes et les lois. Un critère supplémentaire est la taille de la population: plus elle est importante, plus les relations entre les membres comptent[réf. nécessaire].

Des preuves des plus anciennes cités-États ont été trouvées dans l'ancienne Mésopotamie vers 3700 av. J.-C. , ce qui suggère que l'histoire de l'État a en vérité moins de 6 000 ans, donc pour la plupart de la préhistoire humaine l'État n'existait pas. Comme l'Homo sapiens existe depuis environ 200 000 ans, cela implique que les sociétés organisées en États ont existé pendant au plus 3 % de toute l'histoire humaine[réf. nécessaire].

L'anthropologue Robert L. Carneiro (en) commente:

« Pour 99,8 pour cent de l'histoire humaine les gens vivaient exclusivement en bandes autonomes et dans des villages. Au début du paléolithique, le nombre de ces unités politiques autonomes devait être réduit, mais à partir de 1000 av. J.-C. il avait augmenté à environ 600 000. Puis l'agrégation supra-villageoise commença pour de bon et en à peine trois millénaires les unités politiques autonomes du monde ont chuté de 600 000 à 157. À la lumière de cette tendance, la baisse continue de 157 à 1 semble non seulement inévitable, mais à portée de main[4]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ellis 2001, p. 198
  2. Béteille 2002, p. 1042–1043
  3. Faulks 2000, p. 23
  4. Carneiro 1978, p. 219

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (en) André Béteille, « Inequality and Equality », dans Tim Ingold (dir.) et al., Companion encyclopedia of anthropology : Humanity, Culture and Social Life, Taylor & Francis,‎ 2002, 1168 p. (ISBN 0-41528604-2 et 978-0-415-28604-6, résumé), p. 1042–1043
  • (en) Robert L. Carneiro, « Political expansion as an expression of the principle of competitive exclusion », dans Ronald Cohen et Elman Rogers Service (dirs.), Origins of the State : The Anthropology of Political Evolution, Philadelphia, Institute for the Study of Human Issues,‎ 1978, 233 p. (ISBN 0-91598084-3 et 978-0915980840), p. 219
  • (en) Stephen Ellis, The Mask of Anarchy : The Destruction of Liberia and the Religious Dimension of an African Civil War, NYU Press,‎ 2001, 355 p. (ISBN 0-81472219-9 et 978-0-8147-2219-0, résumé)
  • (en) Keith Faulks, Political sociology : a critical introduction, NYU Press,‎ 2000, 256 p. (ISBN 0-81472709-3 et 978-0-8147-2709-6, résumé)

Articles connexes[modifier | modifier le code]