Champs, usines et ateliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Champs, Usines et Ateliers
Auteur Pierre Kropotkine
Préface diverses
Genre Ouvrage de philosophie politique
Pays d'origine Drapeau de la Russie Russie
Lieu de parution Paris
Éditeur Stock
Date de parution 1910

Champs, Usines et Ateliers, ou l'industrie combinée avec l'agriculture et le travail cérébral avec le travail manuel est un ouvrage de Pierre Kropotkine, traduit en français en 1910 par Pierre Leray, à partir d'une version anglaise. En anglais, l'ouvrage fit l'objet de plusieurs éditions, puisque l'édition classique semble aujourd'hui être celle de Nelson & Sons, London, Edinburgh, Dublin et New York, 1912.

Dans cet ouvrage, Kropotkine applique à la société humaine les principes de coopération qu'il avait vu à l’œuvre dans son étude éthologique intitulée L'Entraide, un facteur de l'évolution (1902), véritable charge contre le darwinisme social. Comme son nom l'indique bien, il prône l'usage de la technique, et notamment de l'électricité ainsi que de la culture sous serre, afin de réaliser son utopie, à savoir des communes auto-gérées et auto-suffisantes, capables de produire ses biens en interne.

Interprétations[modifier | modifier le code]

Kirkpatrick Sale (1937-) crédite cette œuvre, davantage encore que L'Entraide, d'avoir effectué le pas décisif d'un « anarchisme individualiste absurde » vers un communisme libertaire (communal anarchism)[1].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]