Bataille de la Poche de Bielsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de la poche de Bielsa
Informations générales
Date 14 avril 1938 - 15 juin 1939
Lieu Hautes vallées de la comarque de Bielsa en Aragon (Espagne)
Issue Victoire tactique nationaliste.
Victoire stratégique républicaine
Changements territoriaux Réduction par les nationalistes de la « poche de Bielsa » et conquête des comarques de Sobrarbe et Ribagorza.
Belligérants
Flag of Spain (1931 - 1939).svg République espagnole Flag of Spain (1938 - 1945).svg Espagne nationaliste
Commandants
Flag of Spain (1931 - 1939).svg Antonio Beltrán Casaña Flag of Spain (1938 - 1945).svg José Solchaga
Flag of Spain (1938 - 1945).svg José Iruretagoyena
Forces en présence
43e division
• 7 000 soldats
• 4 canons
IIIe division de Navarre
• 14 000 soldats
• 30 pièces d'artillerie
Aviation nationaliste
fort soutien aérien
Pertes
élevées inconnues
Guerre d'Espagne

La bataille de la poche de Bielsa est un des combats de la guerre d'Espagne, livrés entre les troupes nationalistes et les forces républicaines. Elle commença le 14 avril 1938, lorsque les nationalistes, après leur victorieuse campagne d'Aragon, encerclèrent les hommes de la 43e division de l'armée populaire républicaine autour de Bielsa, dans le nord de l'Aragon (province de Huesca). Elle prit fin le 15 juin 1938 par la réduction totale de la poche.

Contexte[modifier | modifier le code]

Situation stratégique[modifier | modifier le code]

L'offensive nationaliste de mars 1938 avait provoqué l'effondrement du front aragonais et la fuite des troupes républicaines de Huesca. Dans les vallées pyrénéennes, la 43e division de l'Armée populaire, dirigée par Antonio Beltrán Casaña – connu comme El Esquinazau (« le roublard »)[1]-, résistait cependant à la IIIe division de Navarre du général José Iruretagoyena. À la fin du mois, la position devint intenable, et Beltrán ordonna à ses hommes de se retirer en ordre, de manière à ralentir l'ennemi dans sa progression.

Entre le 28 mars et le 3 avril, les républicains se retirèrent du Val d'Aran, plus à l'est, détruisant derrière eux tous les ponts, afin de gêner l'avancée nationaliste, mais isolant définitivement les troupes d’El Esquinazau. Le 4 avril, les villages de Torla et Broto tombaient, tandis que de violents combats se déroulaient à Fiscal. Finalement, le 6 avril, la Compagnie de chasseurs alpins (Compañía de Esquiadores) nationaliste fut complètement détruite, stoppant net l'avancée des franquistes[2].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Les républicains en profitèrent pour fortifier leurs positions dans la poche de Bielsa, tandis qu'entre le 6 et le 14 avril, 5 000 civils fuyaient les combats en France. Entourés de seulement 7 000 hommes et 4 canons, El Esquinazau restait bien décidé à résister. Face à lui, les nationalistes concentraient 14 000 hommes et 30 canons, et bénéficiaient de l'appui aérien.

Combats[modifier | modifier le code]

Ruines de l'église de Belsierre, dans la vallée de Puértolas, détruite lors des combats de la poche de Bielsa.

Les républicains bénéficiaient des difficultés du terrain et des mauvaises conditions météorologiques, qui gênèrent leurs adversaires. À la fin du mois d'avril, ils parvinrent à les arrêter complètement au sud et à les mettre en déroute près des villages de Laspuña et Escalona.

Le front se stabilisa quelque temps. À l'ouest, la ligne du massif des Tres Sorores, du cirque de Gurrundué et de la vallée de Bió était tenue par la 130e brigade mixte. Tella et Escalona étaient couvertes par la 72e brigade et la vallée de Chistau par la 145e brigade. La division républicaine tint, jusqu'au mois de mai, sur ces positions, malgré les renforts reçus par les franquistes. Ils profitaient également d'un fort soutien aérien et bombardèrent activement les positions et villages aux mains des républicains, comme à Bielsa ou Parzan.

Finalement, ce furent 5 000 soldats et civils qui, à partir de la fin du mois de mai, se retirèrent en ordre vers la frontière française. Ils la franchirent au Port Vieux (encore enneigé au mois d'avril), sur la route d'Aragnouet, le 15 juin, après deux mois de résistance :

« À l´aube du 16 juin 1938, toutes les forces de la 43e Division avaient traversé la frontière française avec tout leur matériel. La résistance des Républicains s'achevait ainsi dans les Pyrénées aragonaises. » (Antonio Beltrán)

La vallée du Alto Cinca était définitivement conquise[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Carte de l'Espagne en mai 1938, à la suite de la bataille de la poche de Bielsa. En rose : zone républicaine. En vert : zone nationaliste.

La poche de Bielsa fut un fait héroïque de résistance républicaine. Mais, finalement, les nationalistes, par leur supériorité matérielle et numérique, se rendirent maîtres des hautes vallées aragonaises, se rapprochant alors dangereusement de la Catalogne. Quant aux hommes de la 43e division, ils repassèrent la frontière : à la suite d'un vote organisé par les autorités françaises, 411 soldats se rendirent aux nationalistes, 6 889 partirent en Catalogne et furent engagés à la bataille de l'Ebre, comme unité de réserve, puis à la retraite de Catalogne.

Il existe un problème sur les chiffre, comment 6889 hommes partirent en Catalogne, 411 se rendent aux nationalistes d'une division qui comptait 7.000 hommes avant les combats ? alors que l'on retrouve les chiffres de 5.000 soldats et civils qui se retirent sur la frontières après de durs combats

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hugh Thomas, La guerre d'Espagne, p. 627.
  2. Hugh Thomas, La guerre d'Espagne, p. 626.
  3. Hugh Thomas, La guerre d'Espagne, p. 638.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hugh Thomas, La guerre d'Espagne. Juillet 1936-mars 1939, Robert Laffont, Paris, 2009 (ISBN 2-221-08559-0)
  • Émilienne Eychenne, « Les portes de la liberté », Pyrénées Magazine, n° 1, janvier-février 1989, pp. 66-73
  • (es) Antonio Beltrán Casaña, Acciones defensivas de la 43 División en el Pirineo aragonés, manuscrit, Moscou, 1941
  • (es) Antonio Gascón Ricao, La Bolsa de Bielsa. El heroico final de la República en Aragón, éd. Diputacion de Huesca, Huesca, 2005

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]