Mamikonian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Expansion des domaines des Mamikonian.

Les Mamikonian ou Mamikoneans (en arménien Մամիկոնեան) sont les membres d'une famille noble ayant dominé la politique de l'Arménie entre les IVe et VIIIe siècles. Ils ont exercé la charge héréditaire de sparapet (« généralissime ») d'Arménie jusqu'à la fin du VIe siècle et ont dirigé entre autres les régions du Taron, de Sasun et de Bagrévand.

Les Mamikonian en Arménie[modifier | modifier le code]

Histoire de la famille[modifier | modifier le code]

Cette famille prétendait être originaire de Chine, mais les historiens s'accordent à dire que cette prétention est due à une confusion avec la région de Čen, en Ibérie. Au Ier siècle av. J.-C., Mamkaios, un général de Tigrane II le Grand, roi d'Arménie, est considéré comme un membre de la famille, mais les sources arméniennes ne permettent de suivre la famille qu'à partir de 314. À cette date, les Mamikonian disposent déjà de la charge héréditaire de sparapet, c'est-à-dire de généralissime[1].

La fortune vient au début du Ve siècle avec le mariage entre le sparapet Hamazasp Mamikonian et Sahakanouš, héritière du dernier patriarche grégoride, Sahak Ier, ce qui apporte à la famille des territoires importants et l'immense prestige associé aux descendants de saint Grégoire l'Illuminateur. L'abolition de la royauté en Arménie en 428, ainsi que le martyr de leur fils Vardan Mamikonian, va placer la famille au premier plan de la politique arménienne[2]. En 572, le prince Vardan Mamikonian assassine le Suren, gouverneur perse d'Arménie, pour venger son frère Manuel, mais doit ensuite se réfugier à Byzance[3].

Au début du VIIe siècle, l'Empire perse sassanide est conquis par les musulmans et les Arméniens se tournent vers Byzance pour résister à ces derniers. Les empereurs byzantins nomment alors les princes d'Arménie et les troisième et quatrième princes sont les frères Hamazasp et Grigor Mamikonian. Mais, à la mort de Grigor, le pouvoir passe aux Bagratouni qui commencent leur ascension sociale[4].

Les Mamikonian ne réapparaissent qu'au cours du VIIIe siècle, quand les frères Davith et Grigor Mamikonian tentent de s'opposer à Achot Bagratouni et sont exilés au Yémen. Les Mamikonian conduisent plusieurs révoltes contre les occupants arabes, jusqu'à ce que ces derniers décident d'en finir et écrasent une grande partie de la noblesse arménienne à la bataille de Bagrévand le 25 avril 775. Cette bataille sonne la fin de la puissance des Mamikonian, car Achot Msaker Bagratouni s'empare des biens de son oncle Šmouel Mamikonian, ne laissant que le Bagrévand au prince Šapouh Mamikonian. Le dernier prince Mamikonian est Grigor, capturé et tué par les Arabes en 856[5].

Liste des princes connus[modifier | modifier le code]

Dates Nom autres titres Notes
cité en 314 Artavazd Ier sparapet mentionné par Pavstos Buzand (Histoire de l'Arménie)[6],[7].
mort ca. 338 Vacé Ier sparapet fils du précédent, mentionné par Pavstos Buzand[6],[7].
ca. 338-350 Artavazd II sparapet fils du précédent, selon Cyrille Toumanoff[7] et Christian Settipani[6].
350-365 Vardan Ier sparapet fils de Hamazasp, mentionné par Pavstos Buzand. Christian Settipani considère cet Hamazasp comme fils d'Artavazd Ier[6].

Selon Cyrille Toumanoff, il est fils d'Artavazd II[7]

365-365 Vasak Ier prince Mamikonian succède à son frère Vasak Ier, qu'il a fait assassiner[6],[7].
mort entre 374 et 378 Moušeł Ier le Vaillant sparapet fils de Vasak Ier, mentionné par Pavstos Buzand[6],[7].
378 Vacé II prince Mamikonian mentionné par Pavstos Buzand, qui précise que le roi Varazdat le fait prince Mamikonian à la mort de Moušeł Ier. Christian Settipani le considère comme fils d'Artavazd II[6].

Pour Cyrille Toumanoff, il serait plutôt fils de Hamazasp, lui-même fils d'Artavazd II et aurait été installé par le roi Varazdat. Il abdique ensuite en faveur de Manouel Ier[8].

378-385 Manouel Ier sparapet
régent d'Arménie
fils d'Artases, selon Pavstos Buzand. Christian Settipani considère Artases comme fils de Vacé Ier[6], tandis que Cyrille Toumanoff y voit un fils de Vasak Ier[8].
père de Vardandukht, mariée au roi Arsace III d'Arménie.
386- ? Artases ou Artavazd III officier ou sparapet fils du précédent, nommé Artasès par Pavstos Buzand[6]. Toumanoff le nomme Artavazd III[9].
416-432 Hamazasp Ier sparapet Lazar P'arpets'i raconte dans son Histoire de l'Arménie qu'il épousa Sahakanouch, fille de Sahak Ier, catholicos d'Arménie. Christian Settipani le considère comme fils du précédent[6], tandis que pour Cyrille Toumanoff, c'est un frère du précédent[9].
442-451 Vardan II sparapet mentionné par Lazar P'arpets'i, fils du précédent[2],[9].
451-471 Magnus Ier sparapet fils du précédent selon Cyrille Toumanoff[10]. Christian Settipani n'a pas retenu son existence.
482-av.505 Vasak II nakharar mentionné par Lazar P'arpets'i et par Açolik de Taron, fils de Hmayeak, général († 451), lui-frère de Vardan Ier[2]. Toumanoff, s'il mentionne bien ce noble avec la même filiation, ne le considère pas comme un prince Mamikonian[10].
485-505 Vahan Ier le Grand sparapet
marzpan (482-483 et 485-505)
mentionné par Lazar P'arpets'i et par Açolik de Taron, frère du précédent[2],[10]
505-508 Vard patrice des Arméniens
marzpan (505-509)
mentionné par Lazar P'arpets'i et par Açolik de Taron, un des souscripteurs du premier concile de Dvin, frère du précédent[2]. Toumanoff, s'il mentionne bien ce noble avec la même filiation, ne le considère pas comme un prince Mamikonian[10].
début VIe siècle Artavasde IV sparapet fils probable de Vard[11],[12].
555 Hamazasp II nakharar Premier souscripteur du second concile de Dvin, ce qui, selon Settipani, en fait le prince le plus important de la famille en 555. Fils de Gougvahram, que Settipani considère comme fils du général Hamazspian, lui-même fils de Hamazasp Ier[11].

Toumanoff le considère comme simple membre de la famille, et Gourvram comme un lointain descendant d'Artavzd, fils de Vacé II[10].

555 Šmouel Ier sparapet fils d'Artavazd IV[11],[12].
555-572 Manouel II nakharar mentionné par Théophane le Confesseur, fils de Vasak et petit-fils de Vard. Assassiné par le marzpan Suren[11],[12].
572 Vardan III nakharar en 555
sparapet en 572
marzpan (572-573)
neuvième souscripteur du second concile de Dvin, mentionné par Sébéos et par Théophane le Confesseur, frère du précédent, émigre ensuite dans l'Empire byzantin[11],[12].
572-593 Moušeł II marzpan (590-591) Selon Settipani, il est le 22e souscripteur du second concile de Dvin, le fils de Hmayeak, lui-même fils de Vard Ier[11],[12].
594-595 Hamazasp III nakharar mentionné par Sébéos, probablement fils de Moušeł II[11]. Il n'est pas mentionné par Cyrille Toumanoff[13].
593-606
Vahan II le Loup
fils de Moušeł II
L'unique source pour ces quatre princes est l’Histoire du Taron, par Hovhannès Mamikonian, œuvre qui tient autant du roman épique que du récit historique. Toute la question est de savoir quel crédit apporter aux informations concernant ces quatre princes.

Au début des années 1990, Cyrille Toumanoff et Christian Settipani les prennent en compte dans leur travaux[14],[15].

Mais en 2006, Christian Settipani rejette ces données, suivant l'avis de Jean Muyldermans qui considère que l'on est « en dehors de l'Histoire, en pleine fantaisie »[16].

606-611
Smbat Ier
fils du précédent
611-636
Vahan III le Kamsarakan
fils du précédent
636-640
Tiran Ier
fils du précédent
mort en 638 Moušeł III sparapet mentionné par Sébéos, qui le dit fils de Davith. Selon Settipani, Davith est probablement fils de Hamazasp III[4].

Toumanoff ne le considère pas comme un prince Mamikonian, mais le mentionne comme fils de Davith, lui-même fils de Vahan II le Loup[15].

638-661 Hamazasp IV prince d'Arménie (655-661)
curopalate
mentionné par Sébéos, frère du précédent et fils de Davith[4]. Toumanoff lui attribue les mêmes frère et père[17].
650-660 Moušeł IV sparapet Pour Settipani et Toumanoff (qui le nomme (Mouschel III), c'est probablement un fils posthume de Moušeł III[4],[15].
661-685 Grigor Ier prince d'Arménie (660-685) frère de Moušeł III et de Hamazasp IV[4],[17].
706-709 Moušeł V sparapet fils de Hamazasp IV[4]. Toumanoff lui attribue le même père, mais le numérote Mouschel IV[15].
709-744 Davith Ier naxarar cité par Levond Vardapet comme fils de Hrarat. Selon Settipani, ce dernier est probablement fils de Moušeł V[18], tandis pour que Toumanoff, Hrarat est un frère de Moušeł IV[19].
744-750 Grigor II prince d'Arménie (745-746 et 750-751) cité par Levond Vardapet, frère de Davith Ier[18],[19].
750-775 Moušeł VI sparapet
prince d'Arménie (751)
cité par Levond Vardapet comme frère du précédent[18],[19].
775 Šmouel II sparapet cité par Levond Vardapet. probablement fils de Davith Ier[18],[19].

Après sa mort à la bataille de Bagrévand, ses biens reviennent à son neveu Achot IV Bagratouni, ne laissant que le Bagrévand aux princes Mamikonian.

mort en 785 Šapouh nakharar fils de Moušeł VI[18],[19]. Après la défaite de Bagrévand, il se réfugie avec son frère Vard chez Merouzhan Arçrouni, mais ce dernier les assassine pour complaire aux Arabes en 785[20] ou en 775[19]. Cyrille Toumanof ne le considère pas comme prince Mamikonian.
785-ap. 800 Davith II nakharar fils probable du précédent, selon Settipani. Il assassine Merouzhan Arçrouni pour venger ses proches parents[20]. Toumanoff le considère comme fils d'un autre Schapour, frère de Samuel II[21].
mort en 851 Kourdik Ier nakharar en Bagrévand cité par Thomas Arçrouni. Il est probablement fils du précédent[20]. Toumanoff ne mentionne pas le nom de son père, mais le considère comme un petit-fils de Šapouh ou de Vard Mamikonian[22].
mort en 856 Grigor III nakharar en Bagrévand fils du précédent, capturé par les Arabes[20],[22]
Pour Christian Settipani, Grigor III est le dernier Mamikonian en Arménie[20].

Mais Cyrille Toumanoff présente une lignée de prince Mamikonian vivant dans l'Arshamoshat (province du Taron) débutant avec Moushel, vivant vers l'an mil jusqu'à Héthoum-Basile, qui émigra en Cilicie en 1189[23].

Les Mamikonian à Byzance[modifier | modifier le code]

À partir du IVe siècle, l'Arménie est devenue un pays chrétien sous la domination de la Perse sassanide de religion mazdéiste. Après la conversion de l'Empire romain au christianisme, peu après, l'Arménie devient une source d'inquiétude pour les Sassanides pour plusieurs raisons :

  • l'Arménie a toujours été une province rejetant la suzeraineté extérieure,
  • il existe encore en Arménie des représentants de la dynastie arsacide, qui fut renversée par les Sassanides,
  • l'Arménie, chrétienne, est un allié naturel de Rome, ennemi des Sassanides.

Pour réduire le danger, les Perses ont tenté d'imposer le mazdéisme à l'Arménie. Il s'en est suivi des révoltes régulières aussi bien pour des motifs politiques que religieux. Presque toutes ces révoltes échouèrent, obligeant les chefs à se réfugier à Byzance. Même si les noms de familles arméniennes ne sont pas cités par les chroniqueurs byzantins, plusieurs de ces nobles portent des prénoms qui sont des formes grecs de prénoms arméniens portés par des Mamikonian (Vardan = Bardanès, Artavazd = Artabasdos, Hmyaek = Myakios ou Maiakès). Ainsi, Procope de Césarée mentionne entre 542 et 554 un général byzantin du nom d'Artabanos, d'origine arsacide, beau-frère d'un autre général, Bassakès (= Vasak) et oncle d'un capitaine, Grégorios (= Grigor), dont les prénoms révèlent indubitablement leur appartenance à la famille Mamikonian[24].

La plupart de ces réfugiés attendent quelques années que les choses se calment avant de repartir, menés par le désir de récupérer leurs domaines, mais aussi le refus d'accepter le chalcédonisme, imposé par les Byzantins. C'est ainsi que l'on trouve régulièrement à Byzance des réfugiés arméniens, certains intégrant des fonctions dans l'armée et ne restant que quelques années, mais d'autres y restant et parvenant à des hautes fonctions dans l'empire. Cependant les textes byzantins mentionnent des groupes familiaux mêlant des prénoms grecs et des formes grecques de prénoms arméniens comme :

  • Bardanès Philippicos, empereur de 711 à 713 et fils d'un Nicéphore,
  • Théodoros, stratège de Thrace en 713 et fils d'un Myakios,
  • Artabasdos, empereur de 741 à 743 et père d'un Nicéphore,
  • Constantin, protostator en 766, fils de Bardanès, patrice.

Des généalogistes qui ont étudié la famille comme Christian Settipani en ont déduit qu'une branche de la famille Mamikonian s'est installée à Byzance dès le VIe siècle et s'est fondue dans la noblesse byzantine, mais que parallèlement, des Mamikonian d'Arménie, fuyant les conséquences des révoltes contre les Perses puis contre les Arabes ont continué à se réfugier régulièrement à Byzance[25].

La branche byzantine[modifier | modifier le code]

Elle commence probablement avec Vardan Mamikonian qui s'exile à Byzance en 572 à la suite d'une révolte, et qui décide de s'y établir contrairement à ses compagnons qui repartirent en Arménie en 575[26].

Bardanès Philippicos[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bardanès Philippicos.

Bardanès Philippicos est le premier empereur byzantin d'origine arménienne, ainsi que l'affirment Nicéphore Bryennos et Movsès Kaghankatvatsi. Il est fils du patrice Nicéphore, titre qui montre une position importante au sein de la noblesse byzantine. Son premier prénom est l'équivalent du prénom Vardan, porté par de nombreux Mamikonian. Son second prénom est à rapprocher de Philippicos, général byzantin en 583 et marié à Gordia, sœur de l'empereur Maurice[27].

Cette parenté entre des Mamikonian et l'empereur Maurice est à rapprocher d'un texte de l'historien espagnol Luis de Salazar y Castro (1658-1734), qui dit qu'Ardabast, père du roi wisigoth Ervige était fils d'Athanagild, prince wisigoth et d'une certaine Flavia Juliana, fille d'un frère de l'empereur byzantin Maurice[28],[29].

Or Artabast est l’équivalent d'Artavazd, porté par de nombreux Mamikonian. Même si le lien mentionné n'est pas le reflet exact de la réalité, une parenté entre les empereurs Maurice, Philipicos, les Mamikonian et le roi wisigoth Ervige est possible :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Vardan Mamikonian
sparapet
général byzantin
 
Philippicos
(† ca.615)
général byzantin
 
Gordia
 
Maurice
(539 † 602)
empereur byzantin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
[Ardabast]
 
 
 
Ne
 
 
 
 
 
Valentin
arsacide
césar en 643
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Athanagild
prince wisigoth
exilé à Byzance
 
 
 
 
Ne
 
 
 
Bardanès
consul
 
Ne
 
 
 
Fausta
(† 661)
 
Constant II
(ca. 630 † 668)
empereur byzantin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ardabast
noble byzantin
exilé en Espagne
 
 
 
 
 
 
Nicéphore
(† 668)
patrice
 
N
 
 
 
 
 
Constantin IV
(ca. 650 † 685)
empereur byzantin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ervige
(642 † 687)
roi wisigoth
 
 
 
 
 
 
Bardanès Philippicos
empereur byzantin
(711-713)
 
Myakos
familier de Justinien II
 
 
 
 
 
Justinien II
(ca. 669 † 711)
empereur byzantin
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Théodoros Myakios
(† 713)
statège de Thrace
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Théodoros Myakios[modifier | modifier le code]

Après un an de règne, Bardanès Philippicos est aveuglé et assassiné par trois officiers de haut rang, dont Théodoros Myakios, stratège de Thrace. Nicéphore Bryennos le nomme « le patrice Théodoros, appelé Myakios », tandis que pour Théophane le Confesseur, il s'agit du « patrice Théodoros, fils de Myakios ». Mikaël Nichanian s'est intéressé à la déposition de Philippicos et à ses protagonistes et a supposé que Myakios est un fidèle de l'empereur Justinien II et l'avait accompagné pendant son exil entre 695 et 705. Intrigué par le fait que Philippicos, qui a détrôné et fait exécuter Justinien II et ses principaux partisans, laisse à Myakios ses charges, il a émis l'hypothèse d'une parenté entre Bardanès Philippicos et Théodoros Myakios, hypothèse que l'onomastique rend possible en raison des prénoms Bardanès (= Vardan) et Myakios (= Hmyaek) qui sont tous deux caractéristiques des Mamikonian. Mikaël Nichanian va plus loin dans ses hypothèses car Théophane le Confesseur écrit que Myakios est un « familier de l'empereur Justinien II », terme qui peut également être traduit par parent, et, remarquant que Fausta, grand-mère de Justinien II, est d'origine arménienne car issue d'Arsacides réfugiés à Byzance, propose l'hypothèse selon laquelle Bardanès Philippicos et Théodore Myakios descendent d'une sœur de Fausta mariée à un Mamikonian[30].

Artabasde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Artabasde.

D'origine arménienne, Artabasde est un général byzantin et stratège des Arméniaques du début du VIIIe siècle. En 717, il aide Léon, stratège des Anatoliques, à renverser Théodose III et à monter sur le trône sous le nom de Léon III. Léon donne alors sa fille à Artabasde, le fait comte de l'Opsikion et curopalate, puis césar, c'est-à-dire prince héritier, mais la naissance du futur Constantin V ruine ses chances d'accéder au trône. Cela ne l'empêche pas de se proclamer empereur à la mort de Léon III, de régner pendant deux ans avant d'être détrône et aveuglé par Constantin V[31].

Son nom en fait un Mamikonian, mais l'un de ses partisans est son cousin Tiridate, patrice, qui porte un nom arsacide. Settipani en déduit qu'ils sont probablement proches parents de Bardanès Philippicos et de Théodore Myakios, qui sont issus d'une union entre ces deux familles. Christian Settipani a une préférence pour en faire des neveux de Bardanès Philippicos, car ce dernier est fils d'un Nicéphore, prénom également porté par un fils d'Artabasde, et considère Artabasde et Tiridate comme des neveux de Bardanès Philippicos[31].

Bardanès Tourkos[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bardanès Tourkos.

Stratège des Anatoliques, il tente de se révolter contre Nicéphore Ier, mais est vaincu en 813 et envoyé dans un monastère, ainsi que son épouse Dominika. Jean Skylitzès le dit « d'une origine éclatante, d'une illustre maison ». Son prénom montre qu'il est probablement Mamikonian[32].

Les réfugiés arméniens à Byzance[modifier | modifier le code]

Artavazd, stratège des Anatoliques, et ses descendants[modifier | modifier le code]

À l'époque où les Mamikonian voient disparaître leur puissance en Arménie, un de leurs cousins connait un destin florissant à Byzance. Après quelque temps passé en Géorgie, Artavazd Mamikonian fait partie des généraux de l'armée que l'empereur Léon IV envoie combattre les Arabes en 778. Il est alors stratège des Anatoliques et probablement comte de l'Opsikion. Il laisse au moins deux fils, Manouel et Marinos Mamikonian[33].

Manouel Mamikonian, son fils, est cité pour la première fois en 813 comme protostrator et fidèle de l'empereur Michel Ier Rhangabé qui fait face à la révolte de Léon l'Arménien. Bien que Léon réussisse à renverser Michel Ier, il conserve de hautes fonctions et devient stratège des Anatoliques, fonction qu'il conserve après la déposition de Léon V par Michel II l'Amorien. Accusé de conspiration, il s'enfuit chez les Arabes en 829, mais l’avènement de Théophile lui permet d'obtenir une amnistie et les charges de magistros et de domestique des scholes. Certaines sources affirment qu'il meurt en 838 au cours d'une bataille, tandis que d'autres ne le disent que grièvement blessé et qu'il devient régent de l'empire pendant la minorité de Michel III avant d'être écarté par Théoctiste le Logothète[33].

Marinos (ou Marianos), également fils d'Artavazd, est drongaire et tourmaque en Paphlagonie. Il épouse une noble paphlagonienne, Théoktista Phlorina qui donne naissance à six enfants[34] :

  • Bardas (mort en 866), général en Abgazie, puis domestique des scholes, magistros, curopalate et césar,
  • Petronas (mort en 865), drongaire et général, puis stratège de Thracésion,
  • Théodora (v. 805/810, morte en 867), mariée à l'empereur Théophile,
  • Maria, marié à Arsaber, magistros, parent du patriarche Photios,
  • Sophia, marié à Constantin Baboutzikos,
  • Irène, marié à Théophobos, général.

Les Mousélé[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mousélé.

Parmi les généraux byzantins présents au siège de Germanicée en 778 figure aux côtés d'Artavazd, stratège des Anatoliques, Gregorios Mousoulakios (Grigor, fils de Moušel), comte de l'Opsikion. Ce même Gregorios participe au coup d'État qui écarte l'impératrice Irène du trône. Selon Nicolas Adontz, son prénom, son patronyme et son association avec Artavazd militent pour une appartenance à la famille Mamikonian. Cette opinion est suivie par Cyrille Toumanoff, qui le considère comme un petit-fils de Mouschel III, sparapet en 693, et par Christian Settipani qui le voit comme fils de Moušeł VI Mamikonian, sparapet et prince d'Arménie[35].

Peu après, un Alexis Mousélé ou Mousoulé est nommé stratège des Armeniaques en 790, destitué en 792 car soupçonné d'aspirer au trône, puis convoqué à Byzance et aveuglé par Constantin VI. Il y a un consensus quasi général pour considérer Alexios comme un proche parent de Gregorios et, le prénom d'Alexios suggérant une naissance à Byzance plutôt qu'en Arménie, fait de ce dernier un fils de Gregorios[36].

Il faut attendre un demi-siècle pour entendre parler d'un autre Mousélé, également nommé Alexis Mousélé, qui épouse en 837 Maria, fille de l'empereur Théophile, et est nommé patrice, proconsul, magistros puis César. Maria meurt deux ans plus tard, mais il semble que de ce mariage soit née une fille, également prénommée Maria, qui se marie dans la famille Doukas, incitant cette famille à aspirer au trône à plusieurs reprises avant d'y parvenir avec Constantin X Doukas[37].

D'autres Mousélé de moindre importance sont également cités[38] :

  • Théodosios Mousélé, frère du césar Alexios Mousélé,
  • Eupraxios Mousoulikès, stratège de Sicile sous Basile Ier,
  • Alexios Mousele, patrice et drongère de la flotte en 920,
  • Romanos Mousélé, fonctionnaire des impôts en 945 et petit-fils de Romain Ier Lécapène,
  • Michael Mosélè, patrice et grand curateur d'Oxea au XIe siècle,
  • Théodora Mousélèna, mystographissa au XIIe siècle.

La dynastie macédonienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dynastie macédonienne.

La dynastie macédonienne ne doit pas son nom à une origine familiale, mais à la région où les parents de Basile Ier furent déportés par les Bulgares à la suite de la bataille de Versinikia en 813. À l'origine de la famille, il y a Maiakès, notable à Andrinople. Aucun texte ne permet de préciser son ascendance, mais le prénom est incontestablement une forme grecque de prénom arménien porté particulièrement par des princes Mamikonian. Cette hypothèse d'une origine mamikonienne est renforcée par des prénoms portés par des frères de Basile Ier, Bardas (Vard) et Symbatios (Smbat). Reste à situer ce Maiakès dans la famille Mamikonian. Nicolas Adontz propose d'en faire un neveu d'Artavazd, stratège des Anatoliques réfugié à Byzance en 778 et fils d'un Hmyaek. Mais Christian Settipani remarque que la situation sociale de Maiakès est largement inférieure à celle du stratège Artavazd et de ses fils Marinos et Manouel, et considère cette possibilité comme peu probable. En revanche, il juge plus probable que ce Maiakès soit issu de Theodoros, stratège de Thrace, fils d'un Myakios et dont la famille a perdu de son prestige social après la disgrâce de Theodoros[39].

Selon la Vita Basilii, rédigée par l'empereur Constantin VII, Maiakès a épousé la fille d'un noble arménien du nom de Léon que Nicolas Adontz identifie à l'empereur Léon V l'Arménien[40]. Ils ont au moins deux fils dont l'histoire n'a pas transmis le nom, l'un étant le père Léon l'Asylaion qui aida son cousin Basile à monter sur le trône, l'autre, pour qui le prénom de Bardas a été suggéré, épousa Pankalo qui donne naissance à Basile, Symbatios, Marianos et Bardas[41].

Né dans une famille appauvrie à la suite de la guerre de 813 entre Byzance et les Bulgares, Basile monte petit à petit les différents échelons de la société byzantine, épouse une Maria, puis devient favori de l'empereur Michel III qui lui fait épouser sa maîtresse Eudocie Ingérina et l'associe au trône. Il en découle une incertitude sur la paternité du futur Léon VI, les historiographes byzantin officiels le disant comme fils de Basile, alors que d'autres chroniqueurs considèrent qu'il est fils de Michel III qui avait marié sa maîtresse à son favori dans le but de légitimer les enfants qu'il en aurait. Finalement Basile détrône et assassine Michel III en 867 et monte sur le trône[42].

Lui succède Léon VI, puis les descendants de ce dernier, inaugurant une dynastie qui règne sur Byzance jusqu'en 1056.

Les Kourtikès[modifier | modifier le code]

K'ourdik, un fils ou un neveu de Grigor, le dernier prince Mamikonian, se réfugie en 872 à Byzance où il fonde la famille Kourtikès. Sans être importante, cette famille orbite dans les sphère proches du pouvoir et l'on connait[20] :

Généalogie[modifier | modifier le code]

Difficulté de reconstitution[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Généalogie des Mamikonian.

Il est difficile de dresser une généalogie exacte de la famille des Mamikonian. Tout d'abord, les patronymes des familles nobles arméniennes ne se sont fixés qu'au cours du IVe siècle de notre ère et il est difficile de faire mieux que considérer que Mamkaios, général de Tigrane II le Grand, roi d'Arménie, au Ier siècle av. J.-C., est un ancêtre de la famille. Ensuite, la faiblesse des sources arméniennes ne permet de dresser que des fragments de généalogies. Enfin, les sources byzantines ne mentionnent pas toujours la famille des nobles d'origine arménienne, et ne s'attachent pas non plus à indiquer des parentés avant le IXe siècle. C'est ainsi que les auteurs actuels peuvent proposer des reconstitutions généalogiques qui diffèrent entre elles.

Un lien généalogique entre l'Antiquité et le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La famille Mamikonian occupe une place particulière dans les généalogies qui cherchent à relier les familles médiévales à celles de l'Antiquité.

Le rôle central que joua la famille dans la politique arménienne entre les IVe et VIIIe siècles a conduit à de nombreuses alliances matrimoniales avec les autres maisons arméniennes. Par le biais de l'émigration à Byzance, les descendants de la famille se sont mêlés à la noblesse byzantine puis à la noblesse occidentale, soit par l'intermédiaire de Byzance, soit directement à l'époque des Croisades[47].

Même si des filiations continues ne peuvent être assurées, il est certain que toutes ces personnes descendent du mariage de Hamazasp Ier Mamikonian avec Sahakanoysh, petite-fille du catholicos d'Arménie Nersès Ier le Grand, lui-même arrière-petit-fils de saint Grégoire Ier l'Illuminateur et également fils et petit-fils de deux princesses arsacides d'Arménie[48] :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Anak Souren Pahlav
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov II
roi d'Arménie (279-287)
 
 
 
 
Grégoire Ier l'Illuminateur
Catholicos (314-320/325)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tiridate IV
roi d'Arménie (298-330)
 
 
Aristakès Ier
Catholicos (320/325-327/333)
 
Vertanès Ier
Catholicos (327/333-341/342)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khosrov III
roi d'Arménie (330-339)
 
 
 
 
Houssik Ier
Catholicos (341/342-348)
 
Grigoris
Catholicos d'Aghbanie (?-343)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tigrane VII
roi d'Arménie (339-350)
 
Varazdoukht
 
Pap
diacre
 
Bambishen
 
Athanaginès
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nersès Ier
Catholicos (353-373)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Sahak Ier
Catholicos (387-428)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hamazasp Mamikonian
 
Sahakanouch
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mamikonian
ultérieurs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Généalogie des Grégorides[49],[50]

Les rois arsacides d'Arménie sont issus de la dynastie des Arsacides, une famille qui a fourni de nombreux rois parthes en Iran de 250 av. J.-C. à 224 après J.-C. La dynastie arsacide étant apparue pendant l'époque hellénistique, elle a conclu plusieurs alliances avec d'autres dynasties hellénistiques, comme avec le mariage entre le roi Démétrios II de Syrie avec Rodogune, fille du roi Mithridate Ier de Parthie. Les rois des Parthes du premier siècle sont également rois d'Arménie et rois de Médie-Atropatène ; or le géographe grec Strabon affirme que depuis la fondation du royaume par Atropatès, la Médie-Atropatène n'a cessé d'appartenir aux descendants d'Atropatès, lesquels se sont unis successivement aux rois d'Arménie, aux rois de Syrie et aux rois de Parthie. Après maintes discussions entre les spécialistes, il en ressort que les Arsacides postérieurs à l'ère chrétienne soient issus par les hommes des rois d'Atropatène et par les femmes des premiers Arsacides, et que les rois de Syrie avec lesquels ils se sont unis sont les rois de Commagène[51].

Ces rois de Commagène, quant à eux descendent de plusieurs dynasties de l'Antiquité, comme les Séleucides, des Lagides, les Argéades et les Achéménides[52].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Settipani 2006, p. 131.
  2. a, b, c, d et e Settipani 2006, p. 133.
  3. Settipani 2006, p. 135-136.
  4. a, b, c, d, e et f Settipani 2006, p. 138-142.
  5. Settipani 2006, p. 142-146.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Settipani 2006, p. 131-132.
  7. a, b, c, d, e et f Toumanoff 1990, p. 329
  8. a et b Toumanoff 1990, p. 329-330
  9. a, b et c Toumanoff 1990, p. 330
  10. a, b, c, d et e Toumanoff 1990, p. 330-331
  11. a, b, c, d, e, f et g Settipani 2006, p. 133-137.
  12. a, b, c, d et e Toumanoff 1990, p. 331
  13. Toumanoff 1990, p. 331-332
  14. Settipani 1991, p. 38, 47, 49 et 51.
  15. a, b, c et d Toumanoff 1990, p. 332-333
  16. Settipani 2006, p. 138.
  17. a et b Toumanoff 1990, p. 332
  18. a, b, c, d et e Settipani 2006, p. 142-147.
  19. a, b, c, d, e et f Toumanoff 1990, p. 333
  20. a, b, c, d, e, f et g Settipani 2006, p. 146.
  21. Toumanoff 1990, p. 333-334
  22. a et b Toumanoff 1990, p. 334.
  23. Toumanoff 1990, p. 334-337.
  24. Settipani 2006, p. 110-113.
  25. Settipani 2006, p. 217.
  26. Settipani 2006, p. 135-136 et 217.
  27. Settipani 2006, p. 217-219.
  28. Salazar y Castro (1696), Vol 1, p. 45, sur le site de Medieval Lands.
  29. Settipani 2006, p. 224-231.
  30. Settipani 2006, p. 219-221.
  31. a et b Settipani 2006, p. 221-224.
  32. Settipani 2006, p. 231-236.
  33. a et b Settipani 2006, p. 148-150.
  34. Settipani 2006, p. 167-172.
  35. Settipani 2006, p. 150-151.
  36. Settipani 2006, p. 151.
  37. Settipani 2006, p. 151-156.
  38. Settipani 2006, p. 157.
  39. Settipani 2006, p. 246-254.
  40. Settipani 2006, p. 255-258.
  41. Settipani 2006, p. 259-264.
  42. Settipani 2006, p. 265-266.
  43. a et b (en) Peter Charanis, « The Armenians in the Byzantine Empire », dans Calouste Gulbenkian Foundation Armenian Library, Lisbonne, 1963.
  44. (en) Foundation for Medieval Genealogy.
  45. Jean-Claude Cheynet et Jean-François Vannier, Études prosopographiques, Publication de la Sorbonne (ISBN 2-85-944-110-7, lire en ligne), p. 135.
  46. Elisabeth Malamoute, Alexis Ier Comnène, Ellipses,‎ 2007 (ISBN 978-2-7298-3310-7), p. 467.
  47. Settipani 1991, p. IV, V.
  48. Settipani 1991, p. 38-66.
  49. Toumanoff 1990, p. 242-244 et 479-481.
  50. Settipani 1991, p. 53-66.
  51. Settipani 1991, p. 84-94.
  52. Settipani 1991, p. 95-139.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]