Shirak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shirak (Shirak). Cet article possède un homophone, voir Chirac.
Shirak
(hy) Շիրակ
Administration
Pays Drapeau de l'Arménie Arménie
Capitale Gyumri
Communautés urbaines 3
Communautés rurales 116
Marzpet Felix Tsolakyan[1]
Démographie
Population 281 000 hab. (2008)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Superficie 268 100 ha = 2 681 km2
Localisation
Situation de la région en Arménie.
Situation de la région en Arménie.
Liens
Site web http://shirak.gov.am

Le Shirak ou Chirak (en arménien Շիրակ) est un marz de l'Arménie situé au nord-ouest du pays, dont la capitale est Gyumri. Il est bordé à l'ouest par la Turquie, au nord par la Géorgie, à l'est par le marz de Lorri, et au sud par celui d'Aragatsotn.

D'une superficie de 2 681 km2, il compte 281 000 habitants en 2008[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Entités limitrophes du marz de Shirak
Drapeau de la Géorgie Géorgie
Drapeau de la Turquie Turquie marz de Shirak Marz de Lorri
Marz d'Aragatsotn Marz d'Aragatsotn

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Le territoire du marz est situé au nord-ouest du pays, entre 1 500 et 2 000 m d'altitude. La température peut y descendre jusque -46 °C en hiver, ce qui en fait la région la plus froide de l'Arménie[2].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Outre Gyumri, la région compte deux autres villes (« communautés urbaines ») : Artik et Maralik. Elle comprend également 116 « communautés rurales »[2].

Akhuryan Amasia Ani Artik Ashotsk
  1. Akhurik
  2. Akhuryan
  3. Arapi
  4. Arevik
  5. Aygebats
  6. Azatan
  7. Basen
  8. Bayandur
  9. Beniamin
  10. Erazgavors
  11. Getk
  12. Gharibjanyan
  13. Gyumri
  14. Hatsik
  15. Haykavan
  16. Hovit
  17. Hovuni
  18. Jajur
  19. Jajuravan
  20. Jrarat
  21. Kamo
  22. Kaps
  23. Karmrakar
  24. Karnut
  25. Keti
  26. Krashen
  27. Lernut
  28. Marmashen
  29. Mayisyan
  30. Mets Sariar
  31. Pokrashen
  32. Shirak
  33. Vahramaberd
  34. Voskehask
  1. Aghvorik
  2. Alvar
  3. Amasia
  4. Ardenis
  5. Aregnadem
  6. Bandivan
  7. Berdashen
  8. Byurakn
  9. Garnarich
  10. Gtashen
  11. Hoghmik
  12. Hovtun
  13. Jradzor
  14. Meghrashat
  15. Shaghik
  16. Tsaghkut
  17. Voghji
  18. Zarishat
  19. Zorakert
  1. Aghin
  2. Aniavan
  3. Anipemza
  4. Dzithankov
  5. Dzorakap
  6. Gusanagyugh
  7. Haykadzor
  8. Isahakyan
  9. Jrapi
  10. Karaberd
  11. Lanjik
  12. Lusaghbyur
  13. Maralik
  14. Norshen
  15. Sarakap
  16. Sarnaghbyur
  17. Shirakavan
  1. Anushavan
  2. Arevshat
  3. Artik
  4. Geghanist
  5. Getap
  6. Harich
  7. Haykasar
  8. Hayrenyats
  9. Horom
  10. Hovtashen
  11. Lernakert
  12. Lusakert
  13. Meghrashen
  14. Metz Mantach
  15. Nahapetavan
  16. Nor Kyank
  17. Panik
  18. Pemzashen
  19. Pokr Mantash
  20. Saralanj
  21. Saratak
  22. Spandaryan
  23. Tufashen
  24. Vardakar
  1. Arpeni
  2. Ashotsk
  3. Bashgyugh
  4. Bavra
  5. Dzorashen
  6. Ghazanchi
  7. Goghovit
  8. Hartashen
  9. Kakavasar
  10. Karmravan
  11. Krasar
  12. Lernagyugh
  13. Mets Sepasar
  14. Musayelyan
  15. Pokr Sariar
  16. Pokr Sepasar
  17. Salut
  18. Saragyugh
  19. Sarapat
  20. Sizavet
  21. Tavshut
  22. Torosgyugh
  23. Tsoghamarg
  24. Vardaghbyur
  25. Zuygaghbyur

Histoire[modifier | modifier le code]

Gyumri a été détruite à près de 60 % après le tremblement de terre de 1988.

Comme les autres marzer arméniens, le marz de Shirak a été créé par la Constitution arménienne adoptée le 5 juillet 1995[3], mise en œuvre sur ce point par la loi relative à la division territoriale administrative de la République d'Arménie du 4 décembre 1995 et par le décret relatif à l'administration publique dans les marzer de la République d'Arménie du 2 mai 1997[4]. Le marz de Shirak a ainsi été constitué par la fusion de cinq raions soviétiques : Aghin, Akhuryan, Amasia, Artik et Ghukasyan.

Le 7 décembre 1988, la région est touchée par un tremblement de terre très dévastateur.

Son histoire antérieure relève de celle de la province d'Ayrarat, une des quinze provinces de l'Arménie historique : le Shirak actuel correspond en effet à la partie orientale du canton du même nom de l'Ayrarat.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'évolution du nombre de la population du Shirak depuis l'indépendance du pays (en 1991).

1991 1993 1995 1997 1999 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Population 335 200 320 500 287 800 284 500 283 100 283 200 283 300 282 500 282 200 281 700 281 400 281 300
Population urbaine 235 000 219 900 186 600 182 000 178 700 175 900 174 100 173 100 172 700 172 000 171 400 170 900
Source : ArmStat[5]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Marmashen (monastère), Haritchavank et Lmpat.

La région de Shirak possède de beaux monuments. On peut citer les monastères de Marmashen, de Haritchavank et de Lmpat. Ils datent du Moyen Âge. Marmashen est composé de deux églises et de trois autres en ruines, construites du Xe et le XIIIe siècle. Lmpat est plus ancien, il a été construit du VIe au Xe siècle. Quant à Haritchavank, ses bâtiments ont été érigés du VIIe au XIIIe siècle.

Le marz inclut également plusieurs sites naturels, comme le parc national du lac Arpi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Regions », sur The Government of the Republic of Armenia (consulté le 3 août 2011).
  2. a, b et c (en) ArmStat, Marzes of the Republic of Armenia in figures, 2008, « RA Shirak Marz »,‎ 2008 (consulté le 27 octobre 2009).
  3. (en) « Article 104 of the Constitution of the Republic of Armenia », sur National Assembly of the Republic of Armenia,‎ 5 juillet 1995 (consulté le 25 mars 2009).
  4. (en) « System », sur Ministry of Territorial Administration of the Republic of Armenia (consulté le 25 mars 2009).
    Dans le menu déroulant en haut à droite de la page, sélectionnez « English » ; cliquez ensuite sur « System » dans le menu horizontal.
  5. (en) ArmStat, « Demographic Handbook of Armenia »,‎ 2007 (consulté le 14 juillet 2008).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]