Tsitsernakaberd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tsitsernakaberd
Ծիծեռնակաբերդ
Image illustrative de l'article Tsitsernakaberd
Présentation
Type Mémorial
Architecte Arthur Tarkhanyan et Sashur Kalashyan
Date de construction 1966-1968
Dimensions 44 m
Site web www.genocide-museum.am/
Géographie
Pays Arménie
Localité Erevan
Localisation
Coordonnées 40° 11′ 09″ N 44° 29′ 26″ E / 40.1858, 44.4905 ()40° 11′ 09″ Nord 44° 29′ 26″ Est / 40.1858, 44.4905 ()  

Géolocalisation sur la carte : Arménie

(Voir situation sur carte : Arménie)
TsitsernakaberdԾիծեռնակաբերդ

Géolocalisation sur la carte : Erevan

(Voir situation sur carte : Erevan)
TsitsernakaberdԾիծեռնակաբերդ

Tsitsernakaberd (en arménien : Ծիծեռնակաբերդ, en arménien occidental : Dzidzernagapert) est un mémorial dédié aux victimes du génocide arménien perpétré par le gouvernement Jeunes-Turcs entre 1915 et 1916, situé sur une des collines de la capitale arménienne, Erevan. Tsitsernakaberd signifie « fort aux hirondelles » en arménien (tsitsernak, « hirondelle », et berd, « fort »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 24 avril 1965, lors du 50e anniversaire du génocide, plus d'un million de personnes se sont réunies à Erevan pendant 24 heures. Mais c'est pourtant juste avant cet événement que, le 16 mars 1965, le gouvernement arménien de l'époque prend la décision de financer un petit mémorial[1]. Petit sur les plans, le monument s'avère être colossal à la fin des travaux en 1968 et devant le fait accompli, le secrétariat du parti communiste ne peut que prendre acte.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le monument est composé de plusieurs parties :

  • une pointe de granite de 44 mètres de haut représente la renaissance de la nation arménienne. Cette pointe est divisée en deux parties, l'une couvrant l'autre, qui symbolisent les deux Arménies orientale et occidentale ;
  • douze stèles de granite sont disposées en cercle ; elles sont souvent et à tort considérées comme symbolisant les 12 provinces perdues, aujourd'hui turques, d'Arménie occidentale[2]. Au milieu, à 1,5 m de profondeur, la flamme éternelle est le lieu de recueillement. Tous les 24 avril, des milliers de personnes y déposent une fleur ;
  • le long de l'allée menant à la stèle et à la pointe, un mur long de cent mètres porte les inscriptions des principaux villages arméniens de l'Empire ottoman dans lesquels ont eu lieu les massacres ;
  • plus récemment, depuis 1995, les personnalités politiques (au sens large) du monde entier plantent un arbre et signent leurs quelques mots sur une plaque dorée de l'autre côté de l'allée ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Taline Ter Minassian, « Le monument commémoratif de Dzidzernagapert à Erevan : l'invention d'un « haut lieu » de 1967 à nos jours », dans David El Kens et François-Xavier Nérard (dir.), Commémorer les victimes en Europe, XVIe ‑ XXIe siècles, Champ Vallon, Seyssel, 2011 (ISBN 978-2-87673-552-1), p. 155.
  2. Taline Ter Minassian, op. cit., p. 159.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :