Conseil national de la révolution algérienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Conseil de la Révolution.

Le Conseil national de la révolution algérienne ou CNR[1] ou CNRA est créé en juillet 1954 par les centristes (membres de l'Organisation spéciale) après la crise interne du MTLD au Congrès d'Hornu. Selon Benjamin Stora, Messali Hadj aurait été désigné pour être membre du Conseil national de la révolution par Mustapha Ben Boulaïd, le 20 juillet 1954 à Niort[2]. Le Comité révolutionnaire d'unité et d'action est fondé puis c'est au tour du Front de libération nationale. Le CNR prend le nom de Conseil national révolutionnaire algérien (CNRA) lors du congrès de La Soummam du FLN.

Il est jusqu'à l'indépendance de l'Algérie, l'organe central pour l'indépendance de l'Algérie politiquement et militairement[3] Il crée en outre le découpage du territoire national révolutionnaire en six wilayas. Le CNRA est l'organisme supérieur du FLN durant la guerre d'indépendance[4].

Des problèmes sérieux surgissent lorsque le Conseil national de la révolution réuni à Tripoli programme, en mai 1962, une nouvelle politique de l'État. Alors le Bureau politique est proclamé organe exécutif du FLN[5]. Houari Boumédienne présidera le Conseil de la Révolution lors de son mandat[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La France reprochant l'absence de représentants légitimes pour entreprendre des négociations, le FLN constitue un gouvernement provisoire de la future république algérienne, le Gouvernement provisoire de la République algérienne. Le CNRA continue après l'indépendance à être le centre des décisions du FLN.

Bureau[modifier | modifier le code]

Le bureau du CNRA est composé de 34 membres, dont :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Biographes de Messali Hadj Par Jacques Simon, p. 5
  2. Dictionnaire biographique de militants nationalistes algeriens, Benjamin Stora, p. 309
  3. Constitution de 1963 de la République algérienne démocratique et populaire Sur le site conseil-constitutionnel.dz
  4. Introduction à l'étude des archives de l'Algérie, France. Armée de terre. Service historique, p. 162, 1992
  5. a et b (en) :: MEDEA ::

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]