Football club lourdais Hautes-Pyrénées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

FC Lourdes

Logo du FC Lourdes
Généralités
Nom complet Football club lourdais Hautes-Pyrénées
Fondation 1911
Couleurs rouge et bleu
Stade Stade Antoine Béguère
(12 000 places)
Siège BP 159
65015 Lourdes Cédex
Championnat actuel Fédérale 1
Président Drapeau : France Jean-Claude Irigoyen
Drapeau : France Jean-Pierre Armangeaud[1]
Entraîneur Drapeau : France Stéphane Ducos
Drapeau : France Didier Jaureguy
Site web www.fcl15.fr
Palmarès principal
National[2] Championnat de France (8)
Challenge Yves du Manoir (6)
Coupe de France (2)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile


Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Fédérale 1 2012-2013
0

Dernière mise à jour : 12 septembre 2012.

Le Football club lourdais Hautes-Pyrénées (FC Lourdes) est un club de rugby à XV français. Huit fois champion de France (1948, 1952, 1953, 1956, 1957, 1958, 1960, 1968), il évolue actuellement en Fédérale 2(D4).

Ce club prestigieux (invaincu à domicile de 1948 à 1960) est le traditionnel organisateur du Challenge Béguère, du nom de son Président Antoine Béguère durant les quinze années dorées de l'après-guerre (ainsi l'équipe compta-t-elle alors pas moins de 8 internationaux en activité en 1948 et encore 7 en 1958).

Histoire[modifier | modifier le code]

À Lourdes, on joue au rugby depuis 1905, à l'Étoile Sportive Lourdaise. Le club fut néanmoins officiellement fondé en 1911. Il portait le nom de "FC Lourdais Izards. Avant 1914, le club était dirigé par M. Ros, propriétaire des Grottes de Bétharram. Le stade s'appelait alors "Lucien Pourxet". En 1928, le club acheta le terrain à Joseph Prat, père de Jean et Maurice.

Dans les années 1950, le FC Lourdes était le club phare en France. Il est toujours le quatrième palmarès français avec huit titres de champion de France et trois finales disputées. Entre 1952 et 1960, sur 174 matchs, les Lourdais ne connurent que quatorze fois la défaite[3]. Ils restèrent même invaincu à domicile entre 1948 et 1960[réf. nécessaire]. Le club était reconnu pour son "jeu à la lourdaise". Selon Henri Garcia, journaliste à L'Équipe, « c'était d'abord une rigueur. Celle de Jean Prat, d'une exigence technique incroyable. (...) Ils avaient ce culte de la passe et le souci de la continuité du jeu. Ils ont tiré le meilleur profit de l'arrière intercalé, du cadrage-débordement ou du coup de pied de recentrage ». Un jeu basé sur le travail plus que sur le talent, avec des combinaisons travaillées à l'entraînement (parfaitement effectuées lors des matchs) et la puissance du pack pouvant suppléer l'inefficacité des arrières. De 1946 à 1960, le club est présidé par Antoine Béguère, maire de la ville, sénateur et entrepreneur dans le bâtiment. Ce mécène permettait aux joueurs de se consacrer entièrement au rugby, leur trouvait du travail (comme des gérances de commerce). La mort de celui-ci coïncide avec le départ d'une génération de joueurs, de nombreuses fois couronnée et un lent déclin, malgré un dernier titre en 1968[3]. Trois fois repoussée, en raison des évènements de mai 68, la finale, disputée à Toulouse, se termine par un match nul 9 à 9, après prolongations. Mais à la différence des autres années, le règlement est modifié pour qu'en cas de match nul, la finale ne soit pas rejouée. Lourdes s'impose au bénéfice du nombre d'essais[4].

Bien que vainqueur du challenge Yves du Manoir en 1981, l'élite du rugby bigourdan se déplaça vers Bagnères, finaliste du championnat de France en 1979 et 1981 et vers Tarbes, champion de France 1973 et finaliste en 1988. La nostalgie des années 1950 et de son "beau jeu" a accéléré la chute. En ne reconnaissant pas, par exemple, à sa juste valeur l'équipe des années 1980 constituée autour d'un pack d'avants conquérant (les premiers a avoir joué avec trois piliers). Le stade Antoine-Béguère n'accueille plus que six cents spectateurs de moyenne et à peine plus de mille pour un derby. Alors qu'il pouvait recevoir dix fois plus dans les années 80 et jusqu'à 20 000 spectateurs en 1958, pour un match contre Mont-de-Marsan. Depuis six ans, le club ne parvient pas à accéder aux phases finales du championnat de Fédérale 1. Pour la saison 2013-2014, les Lourdais se retrouvent dans la poule 4 de Fédérale 1, avec Bagnères et Lannemezan, autres clubs de la Bigorre[3].

En juillet 2013, président pendant quinze ans, l'ancien international Michel Crauste a laissé la direction du club à deux coprésidents Jean-Claude Irigoyen et Jean-Pierre Armangeaud, Crauste devenant président honoraire[1]. La situation économique du club du FC Lourdes n'est pas envieuse et 200 000 euros ont dû être trouvé auprès de mécènes et autres sponsors pour satisfaire aux recommandations de la DNACG. La recherche de nouveaux sponsors est constante pour permettre au club de se maintenir à ce niveau. L'idée de créer un club professionnel en Hautes-Pyrénées avec la fusion des clubs de Bagnères, de Lourdes et de Tarbes a plusieurs fois été avancé. Soutenu par le conseil général et des sponsors, le dernier projet imaginé par Jean Gachassin, Philippe Dintrans, Jean-Pierre Garuet et Michel Crauste a été repoussé par le bureau directeur lourdais[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Les finales du FC Lourdes[modifier | modifier le code]

On accède à l'article qui traite d'une saison particulière en cliquant sur le score de la finale.

Date de la finale Vainqueur Score Finaliste Lieu de la finale Spectateurs
7 avril 1945 SU Agen 7 – 3 FC Lourdes Parc des Princes, Paris 30 000
24 mars 1946 Section paloise 11 – 0 FC Lourdes Parc des Princes, Paris 30 000
18 avril 1948 FC Lourdes 11 – 3 RC Toulon Stade des Ponts Jumeaux, Toulouse 29 753
4 mai 1952 FC Lourdes 20 – 11 USA Perpignan Stadium Municipal, Toulouse 32 500
17 mai 1953 FC Lourdes 21 – 16 Stade montois Stadium Municipal, Toulouse 32 500
22 mai 1955 USA Perpignan 11 – 6 FC Lourdes Parc Lescure, Bordeaux 39 764
3 juin 1956 FC Lourdes 20 – 0 US Dax Stadium Municipal, Toulouse 38 426
26 mai 1957 FC Lourdes 16 – 13 Racing club de France Stade de Gerland, Lyon 30 000
18 mai 1958 FC Lourdes 25 – 8 SC Mazamet Stadium Municipal, Toulouse 37 164
22 mai 1960 FC Lourdes 14 – 11 AS Béziers Stadium Municipal, Toulouse 37 200
16 juin 1968 FC Lourdes 9 – 9 a. p.[Note 1] RC Toulon Stadium Municipal, Toulouse 28 526

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Trente-huit joueurs du FC Lourdes ont été internationaux. Les frères Prat, Barthe, Lacaze et Rancoule quittent le club à la fin de la saison 1958-1959, chamboulant dès lors l'effectif du club.

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Le club évolue dans le stade Antoine-Béguère, construit en 1928. Il s'appelait alors stade municipal, mais était surnommé stade de la route du parc. Puis il devint le stade Lucien-Pourxet en 1937. En 1947, il fut rénové et pris sa forme actuelle. C'est depuis 1961 qu'il porte le nom de stade Antoine-Béguère, en hommage au président du club lorsque ce dernier atteint son apogée[5].

Il contient 12 000 places.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En raison des évènements de mai 68, la finale fut disputée avec trois semaines de retard. À la fin du temps réglementaire, les deux équipes étaient à 6-6, puis à 9-9 à la fin de la prolongation. Pour ne pas avoir à disputer une nouvelle finale largement hors-saison, le FC Lourdes fut déclaré champion de France au nombre d'essais marqués, 2 contre aucun pour le RC Toulon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Changement de président au FCL XV », sur www.pyreneesinfolourdes.fr,‎ 21 juillet 2013 (consulté le 24 août 2013)
  2. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  3. a, b, c et d « Plus de miracle à Lourdes », article de Pierre Michel Bonnot, publié dans le quotidien L'Équipe du mercredi 14 août 2013.
  4. « Reporté pour cause de révolution », article de Pierre Michel Bonnot, publié dans le quotidien L'Équipe du mercredi 14 août 2013.
  5. « Football club lourdais XV - Le stade », sur www.fcl15.fr (consulté le 5 mai 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lourdes, une certaine idée du rugby, de Jean Abadie, éd. Marrimpouey Jeune (Pau), 1976
  • Lourdes, une certaine idée du rugby pour... survivre avec son temps, de Jean Abadie, éd. Atlantica, 2006 (édition revue et augmentée)
  • Le petit FC lourdais illusté - Lourdes, 100 ans de passion partagée, éd. La Dépêche du Midi, juillet 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]