Longère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Longère à Ernée (Mayenne).
Longère à La Haye-de-Routot, Eure (Normandie orientale).
Page d'aide sur les redirections Pour bande de terre agricole, voir Longère (agriculture).

La longère est, en architecture rurale, une habitation étroite, à développement en longueur[1] selon l’axe de la faîtière, aux accès généralement en gouttereau (mais parfois en pignon). Répandues dans de nombreuses régions françaises, les longères étaient de manière générale l'habitat des petits paysans et artisans[2].

Cette acception coexiste avec celle, toujours employée, « de mur long » ou « mur gouttereau » d’un édifice, que ce soit une église ou une maison, en Basse-Bretagne. Pour une maison rurale, on parle de la « longère de devant » pour désigner le gouttereau-façade, par opposition à la « longère de derrière » pour désigner le gouttereau arrière.

Une autre acception est celle, dans la langue des géographes, de « rangée » ou « alignement » de logis contigus – avec pour synonymes « hameau-rangée » ou « barre » –, désignant un type d'habitat rural en Bretagne associé à des champs ouverts, en lanières ou rubans, exploités communautairement jusque dans la deuxième moitié du XIXe siècle[3].

Origine et évolution du terme[modifier | modifier le code]

Porche et longère (mur gouttereau) sud de l'église Saint-Martin du Tiercent (Ille-et-Vilaine).

Le terme de « longère » est largement utilisé dans la littérature spécialisée mais dans des acceptions différentes qui en rendent parfois l'interprétation délicate.

Sens de « mur gouttereau »[modifier | modifier le code]

Marcel Lachiver, dans son Dictionnaire du monde rural (1997)[4], donne l'acception de « mur gouttereau » outre celle, « En Poitou », de « bande de terre, ou de pré, longue et étroite, en bordure d'un chemin ou d'un bois ».

En Bretagne, sous l'Ancien Régime, dans une maison, la « longère de devant » était le gouttereau avant, la façade (sauf lorsque l'entrée était en pignon), tandis que la « longère de derrière » était le gouttereau arrière[5].

Ce sens de « mur gouttereau » se rencontre chez des érudits du XIXe siècle. Dans Anciens évêchés de Bourgogne (1855), J. Geslin de Bourgogne évoque la longère nord encore existante d'une église[6]. Dans son Répertoire archéologique du département du Morbihan (1863), Louis Théophile M. Rosenzweig parle d'un appentis, au nord, [qui] cachait jusqu'à ces dernières années une longère en petit appareil[7].

« Longère » continue à être employé, au début du XXIe siècle, comme synonyme de « gouttereau », par les spécialistes de l'architecture religieuse bretonne[8].

Sens de « maison à développement en longueur »[modifier | modifier le code]

En 1995, le terme, pris dans l'acception de « maison à développement en longueur », figure dans le livre Les mots de la maison, publié aux éditions Eyrolles : « Longère nf. Désigne une maison rurale étroite, de plain-pied, à développement en longueur. [...]. Angl. lengthwise house »[9].

Sens de « rangée de maisons et d'annexes »[modifier | modifier le code]

Le terme de « maison en longueur » ou « longère » est utilisé très fréquemment par les géographes français, depuis Jean Brunhes et Albert Demangeon, pour décrire en général une rangée bien rectiligne de bâtiments de ferme comprenant une ou plusieurs maisons. Le géographe britannique Gwyn I. Meirion-Jones, qui note cet usage dans un livre paru en 1982 sur l'architecture vernaculaire de la Bretagne, ajoute qu'il vaut mieux éviter ces termes car « imprécis et non scientifiques »[10].

En 1985, les auteurs du volume Bretagne du Corpus de l'architecture rurale française attirent l'attention sur le sens à géométrie variable du terme « longère » dans le « vocabulaire des publications spécialisées » : « dans les publications sur l'architecture rurale des provinces de l'ouest, le mot « longère » s'applique généralement à des ensembles de bâtiments contigus sans qu'il soit présumé de leur éventuel lien organique. Il désigne alors parfois un hameau-rangée, une seule et même unité d'exploitation ou encore une maison longue »[11]. Le « hameau-rangée », dans la langue des géographes, est, en Bretagne, un alignement de plusieurs maisons contiguës, chacune comprenant, côte à côte, une pièce d'habitation et une étable. Ces rangées étaient liées à la culture collective et au champ ouvert[12]. On parle aussi de « barre ». Quant à « maison longue », l'expression, traduite de l'anglais long house, désigne, chez les spécialistes d'architecture rurale et les archéologues du Moyen Âge, une maison en longueur à pièce unique partagée entre humains à un bout et bétail à l'autre, cf. Typologie infra).

Il semble cependant que l'acception d'« ensemble de bâtiments contigus » soit antérieure aux spécialistes de géographie régionale. Dans un acte de 1640, il est question d'une « longère de logis, sur la rue de la Poissonnerie, à La Flèche, pour l'usage de l'Hôtel-Dieu »[13]. Plus près de nous, une lettre du maire de Lorient aux commissaires de la Convention dans le Morbihan et le Finistère mentionne l’existence dans sa ville de « toute une longère de bâtiment renfermant le bureau du magasin général, la salle d’armes, la peinture, la caserne de la Cayenne », etc.[14]. Ces deux exemples montrent que la longère, au sens de « rangée », qualifiait aux XVIIe et XVIIIe siècles aussi bien un ensemble de logements qu'un ensemble de bâtiments utilitaires occupant une parcelle en forme de bande.

La longère dans le langage de l'immobilier[modifier | modifier le code]

L'imprécision du terme de « longère » se retrouve dans le jargon immobilier où il a fait florès ces dernières décennies. Toute maison en longueur ou alignement de maisons devient une « longère », à laquelle on ajoute éventuellement le qualificatif de la province ou région où elle se trouve : « longère bretonne »[15], « normande »[16], « picarde »[17], « percheronne »[18], « poitevine »[19], « tourangelle »[20], « charentaise »[21], « berrichonne »[22], etc., ou encore qui est dite « de pays »[23]. Selon le type d'habitat (dispersé ou groupé) auquel elle appartient, elle est baptisée « longère de campagne »[24] ou « longère de village »[25], « de ville »[26].

La « maison à développement en longueur »[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Longère du pays métais (nord de la commune de Guérande en Loire-Atlantique) alignant habitation, étable et réserve ou logement annexe

Le concept s'applique à une maison dont la pièce d'habitation et la ou les pièces d'exploitation sont contiguës et bâties selon un plan linéaire, chaque pièce s'ouvrant directement sur l'extérieur par une porte.

Dans les longères purement paysannes, on distingue, selon l'articulation des locaux d'exploitation à la pièce d'habitation, quatre types :

  • la longère à pièce unique commune aux hommes (à un bout) et aux animaux (à l'autre bout) (équivalent britannique : long-house, traduit en français en « maison longue »)[27],
  • la longère à pièce d'habitation augmentée d'une étable,
  • la longère à pièce d'habitation augmentée d'une grange-étable (équivalent britannique : laithe-house),
  • la longère à étable ou à grange-étable dissociée, formant l'amorce d'une cour ouverte (en basse Bretagne, Périgord, Quercy)

Dans la longère à cohabitation des humains et du cheptel, le bétail était relégué à l'extrémité opposée au foyer, le sol étant en pente pour éviter que le purin n'envahisse la pièce. Dans le meilleur des cas, une cloison en planches séparait l'étable de la pièce d'habitation[28],[29].

Matériaux[modifier | modifier le code]

Les longères, au sens de maison à développement en longueur, étaient construites avec des matériaux disponibles localement à l'époque de leur construction (granit en Bretagne ou colombage en Normandie orientale par exemple).

Confort[modifier | modifier le code]

Les aménagements étaient des plus sommaires : une cheminée adossée au pignon avec un four extérieur, un évier ménagé en gouttereau à côté de la porte d'entrée. Le mobilier comportait une table (succédant au plateau sur tréteaux commun avant le XVIIe siècle) placée au centre ou contre la façade, des lits plus ou moins clos, un pétrin, un bahut (remplaçant le coffre où l'on rangeait vêtements et objets précieux), un vaisselier, une armoire, des bancs ou des chaises (ces dernières se généralisant après 1850)[30],[31].

Répartition[modifier | modifier le code]

Les longères, au sens de maison à développement en longueur, étaient surtout répandues dans les régions d'habitat dispersé. On en trouve en Bretagne, Touraine, Mayenne, Anjou, Normandie, Picardie, Artois, dans le Poitou, le Morvan, le Maine, mais également en Île-de-France ainsi qu’en Périgord, Quercy, Limousin, dans les départements du Cantal, de la Lozère et de l'Ariège.

Statut social[modifier | modifier le code]

La longère, au sens de maison à développement en longueur, était au XIXe siècle l'habitation du journalier possédant un petit lopin, du petit métayer, du petit exploitant et du petit artisan.

Conservation[modifier | modifier le code]

Conséquence de la mécanisation de l'agriculture et de l'exode rural qui en est résulté, beaucoup de longères sont devenues des résidences secondaires.

Longères d'outre-mer[modifier | modifier le code]

La « longère communale » de Saint-Paul à La Réunion.

À La Réunion[modifier | modifier le code]

Dans le département français d'outre-mer de La Réunion, on construisait autrefois des longères. Il existe, à Saint-Paul, un bâtiment en longueur du XIXe siècle dit « longère communale », qui a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques par arrêté du 13 décembre 2010. Construit en maçonneries de moellons enduites et badigeonnées en ocre jaune puis en blanc, il est couvert de tôles et ne présente aucun élément décoratif. Il a toujours eu une fonction de service[32].

Dans les grands domaines du temps de l'esclavage, les esclaves logeaient dans un « camp » composé de longères disposées en rangées espacées de quelques mètres, avec un lavoir commun. Chaque longère était construite en planches revêtues de bardeaux de bois, sous une toiture à double pente, couverte de bardeaux. L'espace intérieur était divisé en chambres de 3 m sur 3[33].

Aux Seychelles[modifier | modifier le code]

Dans la langue créole parlée par 95 % des habitants des Seychelles, une ancienne possession française, le mot lonzer désigne une « habitation longue et étroite »[34].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alix Brochen, Florence Gervais, Jean Plaquin, Les mots de la maison , éditions Eyrolles, 339 p., p. 157) : « Longère nf. Désigne une maison rurale étroite, de plain-pied, à développement en longueur. C'était la maison traditionnelle des petits paysans et artisans dans tout l'ouest de la France, mais aussi dans le Cantal, la Lozère et les Pyrénées ariégeoises. Angl. lengthwise house. »
  2. Alix Brochen et al., Les mots de la maison, op. cit..
  3. Sur les champs ouverts, cf. Hubert Maheux, Champs ouverts, habitudes communautaires et villages en alignements dans le nord de la Loire-Atlantique : une micro-société fossilisée dans l'Ouest bocager, In Situ, Revue du patrimoine, No 5, 2004 : Le patrimoine rural (1ère partie).
  4. Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Fayard, 1997, p. 1048.
  5. « Lexique des termes anciens utilisés dans les documents d'archives », sur le site Historial du grand terrier, rubrique « LONGÈRE »  : « Longère, s.f. : mur principal d'une bâtisse. Ce terme n'avait [pas] la même signification qu'aujourd'hui, il désignait, non pas un bâtiment de forme très allongée, mais dans un bâtiment donné, le mur de façade et le mur arrière. On parlait donc de la longère de devant et de la longère de derrière. Quant à l'appentis, comme il s'appuyait contre la maison, il n'avait évidemment qu'une longère. Source : Jean Le Tallec, La vie paysanne en Bretagne sous l'Ancien Régime. »
  6. J. Geslin de Bourgogne, Anciens évêchés de Bourgogne, 1855, p. 202.
  7. Louis Théophile M. Rosenzweig, Répertoire archéologique du département du Morbihan, Imprimerie impériale, 1863, p. 36.
  8. Yves-Pascal Castel, Andrew-Paul Sandford, Patrimoine sacré en Bretagne, Coop Breizh, 2006, 207 p., en part. p. 110 : « Les bancs qui s'étirent sur la longère nord de Notre-Dame de Châteaulin étaient réservés aux vieillards. »
  9. Les mots de la maison, op. cit., p. 157.
  10. (en) Gwyn I. Meirion-Jones, The vernacular architecture of Brittany: an essay in historical geography, J. Donald, 1982, 407 pages, en part. p. 192 : « The term maison en longueur (or longère), widely used by French geographers from Brunhes and Demangeon onwards, is generally employed to describe a row of farm buildings in line, including one or more dwellings. It is imprecise, unscientific and best avoided. »
  11. Daniel Le Couedic, Jean-René Trochet, Bretagne, coll. « L'architecture rurale française : corpus des genres, des types et des variantes », Berger-Levrault, t. 17, Paris, 1985, 239 p., en part. p. 70.
  12. André Guilcher, André Meynier, La XXXIe excursion géographique interuniversitaire, in Annales de géographie, année 1949, vol. 58, No 309, pp. 1-16, en part. p. 10., section III (Paysage rural et structure agraire).
  13. Arnaud Bellée, Victor Duchemin, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Sarthe, vol. 3 à 4, Archives départementales de la Sarthe, E. Monnoyer, 1881, p. 232.
  14. Réimpressions de l’ancien Moniteur, seule histoire authentique et inaltérée de la révolution française depuis la réunion des Etats-Généraux jusqu’au Consulat (mai 1789-novembre 1799) avec des notes explicatives, vol. 16, Plon 1847.
  15. « Longère bretonne en pierre de taille » (france-voyage.com)
  16. « belle longère normande à colombages » (neufmarche.olx.fr)
  17. « longère picarde en brique » (acquerir.com)
  18. « longère percheronne entièrement rénovée et agrandie » (immofrance.com
  19. « grande longère poitevine authentique en pierres apparentes » (immo.travit.fr)
  20. « belle longère tourangelle en pierre de tuffeau » (saferducentre.com)
  21. « longère charentaise avec moellons apparents » (ventefrance.fr)
  22. « longère berrichonne pleine de charme » (adoos.fr)
  23. « longère de pays ayant conservé tout son cachet » (cabinet-astoria.com)
  24. « belle longère de campagne au cœur de 2 hectares de prairie » (immofrance.com)
  25. « longère de village en pierre » (avendrealouer.fr)
  26. « longère de ville restaurée et décorée avec goût » (entreparticuliers.com)
  27. Gwyn I. Meirion-Jones, The Vernacular Architecture of Brittany, op. cit., p. 192 : « Flatrès, in his revue of Peate's work, translates 'long-house' as maison longue, as does Pesez, establishing the practice followed by French mediaeval archaeologists ».
  28. (fr) (es) L'architecture vernaculaire de la France, in La arquitectura vernacula, patrimonio de la humanidad (coordinator José Luis Martín Galindo), tomo II, capitulo segundo, Estudios de la arquitectura vernácula de varias communidades y países, Diputación de Badajoz, 2006, pp. 946-1997, en part. pp. 957-958 (La maison longue ou « longère »).
  29. (en) Gallic, in Encyclopedia of Vernacular Architecture of the World, edited by Paul Oliver, Cambridge University Press, 1997, vol. 2, Europe and Eurasia, 2.II 5, pp. 1327-1348, en part. pp. 1328 (Classification of farmhouses).
  30. L'architecture vernaculaire de la France, op. cit..
  31. Gallic, op. cit..
  32. Les visites incontournables : la longère, Office de tourisme de Saint-Paul.
  33. Jean Valentin Payet, Histoire de l'esclavage à l'île Bourbon, Éditions L'Harmattan, 1991, 128 p., pp. 26-27.
  34. Danielle d'Offray, Guy Lionnet, Dictionnaire créole seychellois-français, Buske Verlag, 1982, 422 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • L'Architecture vernaculaire de la France
  • Essai de reconstitution d’une tenue par Jean-Yves Le Lan, Josiane Le Han, in Chaloupe. Revue du Cercle généalogique de Sud Bretagne, n° 63, 3e trimestre 2002 : étude d'un acte de 1740 en basse Bretagne où le terme de « longère » est employé dans le sens de « mur long » ou « façade » par opposition à « pignon » (« une petite maison nommée Ty Forme à deux longères et deux pignons ») alors que les auteurs emploient ce même terme dans le sens de « bâtiment de forme très allongée » (« un autre acte établi en 1740 permet de se rendre compte que la tenue de Guillaume Lescoët était une partie d’une longère »).

Articles connexes[modifier | modifier le code]