René Auberjonois (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir René Auberjonois (homonymie).

René Victor Auberjonois, né le 18 août 1872 à Montagny-près-Yverdon et mort le 11 octobre 1957 à Lausanne, est un artiste peintre, dessinateur, caricaturiste et illustrateur vaudois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un agronome, riche propriétaire foncier, et d'une mère française, René Auberjonois obtient sa maturité avant de mener une existence dorée mais hésitante quant à l'orientation à lui donner : un peu de musique, un peu d'études. En 1895, il se décide pour la peinture et part à Londres où il se forme à la Kensington School of Art (en), puis à Paris en 1896 où il est l'élève de Luc-Olivier Merson, puis étudie aux Beaux-Arts de 1897 à 1900. Dans la capitale française, il se lie d'amitié avec des écrivains vaudois comme Édouard Rod, Paul Budry ou Charles-Ferdinand Ramuz.

En 1900, il entreprend un voyage d'étude à Florence. À son retour en 1914, il s'installe à Jouxtens. En 1916, René Auberjonois réalise les décors de Guillaume le Fou de Fernand Chavannes puis ceux pour Histoire du Soldat (1918) alors associé à Igor Stravinski et Charles Ferdinand Ramuz. Il réalise en 1923 les décors pour le bicentenaire du major Davel et le Bal des Artistes de 1927.

Son expression artistique change dès 1935, où paysages, animaux, portraits, natures mortes, nus féminins deviennent l'essentiel de sa recherche. Son oeuvre Nature morte (soleils, table de jardin verte), 1946, est conservée au Museo Cantonale d'Arte de Lugano[1].

C'est en 1948 que sa peinture atteint son apogée par une palette sombre et des scènes de corridas. Paradoxalement, son œuvre n'est pas bien reçue en Suisse romande. Il est plus apprécié du côté alémanique ou dans le reste de l'Europe, où il participe en 1948 à la Biennale de Venise puis à la Documenta de Kassel en 1955.

Après Ferdinand Hodler, René Auberjonois est sans doute la figure tutélaire et emblématique de l'art suisse de la seconde moitié du XIXe siècle et de la première du XXe siècle. Il est le père du journaliste Fernand Auberjonois et le grand-père de l'acteur René Auberjonois.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Auberjonoi: Nature morte (soleils, table de jardin verte), 1946

Liens externes[modifier | modifier le code]