Hercule Florence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auto-portrait

Antoine Hercule Romuald Florence, né le 29 février 1804 à Nice – mort le 27 mars 1879 à Campinas au Brésil, est un peintre naturaliste et un inventeur franco-brésilien, connu comme pionnier de la photographie au Brésil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un soldat de l'an II, Arnaud Florence, et d'une monégasque, Augustine Vignalis, il naît à Nice et passe son enfance à Monaco.
A vingt ans, il s'embarque à Toulon sur la frégate la Marie Thérèse en partance pour un tour du monde.
Il débarque à Rio de Janeiro, deux ans après l'indépendance du Brésil. Il travaille dans le magasin d'un marchand de tissus puis dans une librairie tenus par des Français. Répondant à une annonce du baron von Langsdorff, consul général de Russie au Brésil et naturaliste, qui organise grâce aux subsides du tsar Alexandre Ier, une expédition d'une ampleur encyclopédique dans l'intérieur du Brésil et jusqu'à l'embouchure de l'Amazone, Florence est recruté en tant que dessinateur. Ses illustrations, les documents et les échantillons rapportés par l'expédition qui dura presque trois ans, dans des conditions épouvantables, seront oubliés durant plus d'un siècle à l'Académie impériale de Russie de Saint-Pétersbourg et redécouvertes en 1930.

En 1830, il se marie avec Maria Angélica, fille de Francisco Alvares Machado e Vasconcellos, futur gouverneur du Rio Grande do Sul, et s'installe à Sao Carlos, qui deviendra Campinas.

Carrière d'inventeur[modifier | modifier le code]

Après son mariage, il entame une carrière d'inventeur à Sao Carlos ; il conçoit un système de représentation des chants d'oiseaux (la zoophonie), puis invente une technique d'impression de tissus. Il met au point une technique de représentation visuelle sur des feuilles de papier percées de minuscules trous afin de créer un peu de reflets et de lumière. Les originaux doivent être placés devant une ouverture exposée à la lumière du soleil, à l’intérieur d’une pièce obscure. Il poursuit alors dans cette voie, d'images projetées dans une chambre obscure. Il tente des expériences avec du nitrate d'argent dont il a entendu parler et qu'il décrit dans son journal à la date du 15 janvier 1833. Cinq jours plus tard, il y fait le compte-rendu de sa première expérience avec la chambre obscure. Dans le même temps, en Europe, alors le centre intellectuel et scientifique du monde, d’autres découvraient le même procédé. Hercules Florence, à part au Brésil, ne sera jamais crédité de cette invention.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Les trois vies d'Hercule Florence, William Luret, éditions Jean-Claude Lattès 2001
  • "De Monaco au Brésil : Hercule Florence, voyageur et inventeur oublié", William Luret, Annales monégasques 2006 n°30 (Revue d'histoire de Monaco)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]