Auroville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auroville
Le Matrimandir, centre et lieu de méditation d'Auroville
Le Matrimandir, centre et lieu de méditation d'Auroville
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Tamil Nadu
District Viluppuram
Fuseau horaire IST
(UTC+5.30)
Démographie
Population 2 262 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 12° 00′ 25″ N 79° 48′ 38″ E / 12.0069, 79.8106 ()12° 00′ 25″ Nord 79° 48′ 38″ Est / 12.0069, 79.8106 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tamil Nadu

Voir sur la carte administrative de la zone Tamil Nadu
City locator 12.svg
Auroville

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte administrative d'Inde
City locator 12.svg
Auroville

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte topographique d'Inde
City locator 12.svg
Auroville
Liens
Site web http://www.auroville.org/

Auroville (« la ville de Sri Aurobindo » mais aussi « la ville de l'Aurore »[1]) est une ville expérimentale située à une dizaine de kilomètres au nord de Pondichéry dans l'État du Tamil Nadu en Inde.

Elle fut créée en 1968 par une Française, Mirra Alfassa (Mirra Richard), plus connue sous le nom de la Mère et compagne spirituelle du philosophe indien Sri Aurobindo. Auroville a pour vocation d'être, selon les termes de sa conceptrice, « le lieu d'une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités »[2].

Aujourd'hui, les Aurovilliens, issus d'une trentaine de pays, sont organisés en 35 unités de travail : agriculture, informatique, éducation, santé, artisanat, etc. Désert à l'origine[3], le lieu est maintenant parfaitement viable.

Le symbole d'Auroville

Projet[modifier | modifier le code]

En 1972, la Mère parle du projet en ces termes : « Il doit exister sur Terre un endroit inaliénable, un endroit qui n'appartiendrait à aucune nation, un lieu où tous les êtres de bonne volonté, sincères dans leurs aspirations, pourraient vivre librement comme citoyens du monde… »[4].

Au centre d'Auroville, se trouvera le Matrimandir (« la Maison de la Mère »), considéré par Mirra Alfassa comme l'âme du lieu. Le projet prévoit quatre zones (internationale, culturelle, industrielle, résidentielle) aménagées autour du Matrimandir et occupant 25 km2 (actuellement 10 km2 sont réalisés). La ville est censée avoir la forme d'une galaxie spirale[5] une fois sa construction achevée. Conçue par l'architecte français Roger Anger, Auroville est prévue pour accueillir 50 000 habitants.

À leur arrivée, les pionniers trouvent un site aride, sans eau. Ils creusent des puits et, pour faciliter le pompage, installent des éoliennes, des réseaux d'évacuation et d'adduction d'eau. Plus de deux millions d'arbres et d'arbustes sont plantés en quatre décennies dans ce qui était un désert[3].

L'UNESCO a soutenu le projet depuis le début.

Charte[modifier | modifier le code]

Lors de l'inauguration d'Auroville, le 28 février 1968, en présence du président de la République indienne, un garçon et une fille représentant chacun des 124 pays du monde, versent une poignée de terre de leur sol natal dans une urne en forme de lotus en signe de fraternité universelle[6].

Une charte en quatre points, exprimant sa vision de la ville, est lue par la Mère :

  • 1. Auroville n'appartient à personne en particulier. Elle appartient à toute l'Humanité. Mais pour y séjourner, il faut être le serviteur volontaire de la Conscience Divine.
  • 2. Auroville sera le lieu de l'éducation perpétuelle, du progrès constant, et d'une jeunesse qui ne vieillit point.
  • 3. Auroville veut être le pont entre le passé et l'avenir. Profitant de toutes les découvertes extérieures et intérieures, elle veut hardiment s'élancer vers les réalisations futures.
  • 4. Auroville sera le lieu des recherches matérielles et spirituelles pour donner un corps vivant à une unité humaine concrète[7].

Conformément à la croyance de la Mère que l'ère de la religion est derrière nous et doit faire place à une ère de spiritualité transcendant la religion, la charte d'Auroville dit catégoriquement « pas de religions »[8].

Plan[modifier | modifier le code]

Au centre d'Auroville, se trouve la zone de la Paix, laquelle abrite le Matrimandir et ses jardins, l'amphithéâtre contenant l'Urne de l'Humanité et un lac censé créer une ambiance de calme et réapprovisionner la nappe phréatique.

Quatre zones s'ordonnent autour de cette zone centrale :

  • La zone industrielle : s'étendant sur 109 hectares au nord de la zone de la Paix et du Matrimandir, elle sert à abriter les industries vertes, les centres de formation, l'artisanat, et les services administratifs de la ville.
  • La zone résidentielle : couvrant 189 ha au sud de la zone de la Paix, elle est réservée à l'habitat sur 45 % de sa superficie et à la verdure sur 55 %.
  • La zone internationale : située à l'ouest de la zone de la Paix, elle est destinée, avec ses 74 ha, à accueillir des pavillons nationaux et culturels, regroupés par continents.
  • La zone culturelle : couvrant 93 ha à l'est de la zone centrale, elle est vouée aux activités éducatives, artistiques, culturelles et sportives.

Autour de ces quatre zones périphériques s'étend une ceinture verte de 1,25 km de rayon, regroupant fermes biologiques, laiteries, vergers, forêt, habitat protégé pour la faune. Elle est censée fournir bois de construction, nourriture, remèdes, et servir de lieu de détente et de poumon vert[9].

Administration[modifier | modifier le code]

Après la mort de Mirra Alfassa en 1973, la question principale à Auroville est de savoir quelle structure va gérer la ville : l'ashram de Sri Aurobindo qui, dans les faits, contrôle Auroville, ou bien la Sri Aurobindo Society, qui en possède le contrôle juridique ? En 1981, des habitants d'Auroville parviennent finalement à convaincre le gouvernement indien de retirer le contrôle juridique à la Sri Aurobindo Society et de le remettre au gouvernement par le biais d'une structure juridique adaptée. À partir de cette date, un représentant du gouvernement commence à résider à Auroville. La charte d'Auroville, et en particulier son article numéro 1, est donnée en référence de cette volonté d'indépendance par rapport à l'ashram[10].

En 1988, le parlement indien vote une loi accordant à ce grand village de 20 km² un statut unique dans le pays[11]. Son administration est désormais entre les mains d'un conseil de sept membres provenant du gouvernement de l'État, de la société Sri Aurobindo et de la communauté aurovillienne elle-même[12]. Depuis, les habitants étrangers bénéficient d'un statut préférentiel pour leur visa (un an renouvelable contre six mois pour les touristes).

Communauté[modifier | modifier le code]

L'agglomération d'Auroville est constituée d'environ 80 villages répartis dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres. Ils abritent une communauté internationale d'environ 2 000 résidents, dont les 2/3 de 33 nationalités différentes. En 2010, la communauté regroupait 2 237 Aurovilliens (891 hommes, 826 femmes et 515 mineurs de moins de 18 ans), dont 1 717 adultes.

Unités de travail[modifier | modifier le code]

Les Aurovilliens sont organisés en unités de travail, notamment :

  • Forecomers (agriculture et technologies de substitution),
  • Aurelec (informatique),
  • Fertile (reboisement et agriculture),
  • Nine Palms (reboisement et agriculture),
  • Meadows (reboisement et agriculture),
  • Fraternity (communauté artisanale travaillant avec les villageois tamouls),
  • Aspiration (éducation, santé et activité du village).

Les équipes du Centre de recherche scientifique d'Auroville (le CSR) s'intéressent activement aux énergies renouvelables, au recyclage et à la purification de l'eau (fontaine Mélusine[13]), aux constructions écologiques ainsi qu'aux véhicules hybrides et électriques depuis plus de vingt ans.

Vivre à Auroville[modifier | modifier le code]

Actuellement, pour devenir membre d'Auroville, il faut faire ses preuves pendant un an[14], il faut un visa indien de type X (abréviation de l'anglais extensible, « renouvelable ») permettant de résider en Inde, ainsi que l'argent nécessaire pour vivre au moins un an sans être rémunéré pour son travail[15].

Tous les biens immobiliers (terrains, maisons, puits) sont la propriété de la fondation Auroville, la propriété privée est interdite. Pour devenir l'occupant d'une maison existante, il faut faire don à la fondation du montant équivalent à la valeur de la maison. Pour bâtir une maison et en devenir l'occupant, il faut également faire un don à la fondation[16].

Éducation, soins médicaux de base, culture et activités sportives sont gratuits. Pour le reste, ceux qui n'ont pas de revenus touchent une allocation de 5 000 roupies (environ 74 euros) par mois. De l'argent virtuel, débité pour les achats effectués à Auroville, les factures d'électricité ou de restauration. Impossible néanmoins de se contenter de cette somme : le nouvel arrivant doit pourvoir aux frais de location, puis de construction de son logement; ce pécule ne peut suffire à qui souhaite voyager ou payer des études supérieures à ses enfants. Pour pallier ce problème, certains ont fait le pari d'une unité commerciale à Auroville même : hébergement des invités, fabrication d'encens, de produits « bio », de vêtements, d'objets artisanaux, etc. (une partie des bénéfices commerciaux est reversée à la communauté)[17].

Constructions majeures[modifier | modifier le code]

Le Matrimandir[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Matrimandir.

Qualifié de « gigantesque balle de golf dorée » et de « simili Epcot Center » par le guide Lonely Planet pour l'Inde méridionale[18], le Matrimandir est visible de tous les points du territoire de la ville. Il contient une chambre intérieure, revêtue de marbre blanc, qui abrite un globe de verre de 70 cm de diamètre[19] réputé le plus gros au monde. Conçue comme lieu destiné à la méditation, cette chambre ne renferme ni fleurs, ni encens, ni musique susceptibles d'évoquer un édifice religieux[20]. Elle n'est pas ouverte aux touristes[18].

Autres bâtiments[modifier | modifier le code]

  • Le Centre des visiteurs (Visitors Center) : vaste édifice destiné à accueillir les visiteurs. On y trouve plusieurs photos d'Auroville à l'origine, des livres, une restauration et un amphithéâtre où se tiennent des spectacles.
  • La Maison de l'Inde (Bharat Niwas)  : bâtiment voué à la culture d'Auroville et comprenant des amphithéâtres, des cinémas, une bibliothèque, etc.
  • Pour tous : la principale supérette d'Auroville.
  • Le Laboratoire des langues (Language Laboratory) : lieu commun d'échanges pour l'étude et l'apprentissage des langues par l'écrit, l'audio, l'oral, l'ordinateur, etc.
  • La Cuisine solaire : cuisine vaste et peu chère (25 roupies par repas soit environ 0,5 euro) pour les Aurovilliens et les résidents. Néanmoins, elle coûte un peu plus cher (80 roupies/repas, soit environ 1,5 euro), pour les personnes extérieures, lesquelles doivent réserver.
  • Le Coin des nouvelles créations (New Creation Corner) : restaurant à côté du réfectoire Nouvelles créations (New Creation). Il s'agit d'un restaurant classique, avec serveurs, d'où des prix plus élevés (environ 100 roupies par repas, soit environ 2 euros). La monnaie et les cartes bancaires y sont acceptées.

Le Pavillon tibétain[modifier | modifier le code]

Pièce du pavillon de la culture tibétaine

Le pavillon tibétain, aussi appelé pavillon de la culture tibétaine, financé par l'Inde est, avec celui de ce pays, le seul existant à Auroville. Claude Arpi en est le directeur[21]. La journaliste Ann Riquier a participé à sa création[22]. Son architecture s'inspire des plans du Mandala du Kalachakra et ses différentes pièces sont disposées symétriquement autour d’une cour centrale. Le 14e dalaï-lama a inauguré ce pavillon le 20 janvier 2009[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Named after Sri Aurobindo, Auroville literally means the 'City of Dawn'. » (Nommée d'après Sri Aurobindo, Auroville signifie littéralement « ville de l'aurore »).
  2. (en) The Mother on Auroville, sur le site www.auroville.com : « Auroville wants to be a universal town where men and women of all countries are able to live in peace and harmony, above all creeds, all politics and all nationalities. The purpose of Auroville is to realise human unity. »
  3. a et b (en) Auroville, India, sur le site www.iisd.org.
  4. (en) Edward Quinn, Critical Companion to George Orwell, Infobase Publishing, 2009, 450 p., p. 54-55 (Auroville), en part. p. 55 : « There should be somewhere upon earth a place that no nation could claim as its sole property, a place where all human beings of good wil, sincere in their aspiration, could live freely as citizens of the world [...]. »
  5. (en) Auroville One for All, All for One.
  6. (en) Natarajan, Knowledge Management: Enabling Business, Tata McGraw-Hill Education, 2002, p. 217 : « The foundation was laid on the 28th of February 1968 when a boy and a girl representing each of 124 countries of the world poured a handful of their native soil into a concrete lotus, symbolic of their support for the project. »
  7. (en) The Mother on Auroville, sur le site www.auroville.org.
  8. (en) Edward Quinn, Critical Companion to Georges Orwell, Infobase Publishing, 2009, 450 p., pp. 54-55 (Auroville), p. 55 : « In spite of the Mother's belief that the age of religion is past and is to be supplanted by a spiritual age beyond religion, the Auroville Charter states pointedly, "No religions." »
  9. (en) Auroville in brief, sur le site www.auroville.org.
  10. (en) David J. Lorenzo, Tradition and the rhetoric of right:, Associated University Presses,‎ 1999 (présentation en ligne), p. 99
  11. (en) Auroville One for All, All for One
  12. (en) David Abram, Nick Edwards, Rough Guide to South India, Rough Guides, 2004, 784 p., p. 466 : « in 1988, the Auroville Foundation Act was passed, placing responsibility for the administration of the settlement in the hands of a seven-member council, with representatives from the state government, the SAS [Sri Aurobindo Society] aud Auroville itself. »
  13. Appareil de purification et de biodynamisation de l'eau du robinet commercialisé par la société Aqua Dyn.
  14. Comment devenir résident d'Auroville ?, sur le site www.auroville.com.
  15. (en) Seeing without blinkers, in Auroville Today, janvier 2007.
  16. (en) Seeing without blinkers, in Auroville Today, janvier 2007 : « All immoveable assets such as land, houses, wells, etc. are owned by the Auroville Foundation, which, according to the Auroville Housing Policy, ‘holds the ownership in trust for humanity as a whole.' Private ownership of immoveable assets in Auroville is not possible. Consequently, and unlike anywhere else in the world, a person wishing to join Auroville cannot finance a house by taking a bank loan against a mortgage on the house and repay the loan from one's monthly earnings. Instead, a donation to the value of the house or apartment has to be made to the Auroville Foundation for the right to be nominated as steward of an existing apartment or house. If houses are not available, a donation has to be made to build a house or apartment, of which one becomes the steward afterwards. This donation is non-refundable in case someone decides to leave Auroville after being accepted as a permanent resident. »
  17. (en) Rachel Wright, Local concerns over Indian utopia, BBC News, 24 mai 2008 : «  Aurovillians receive a small maintenance grant, partly funded by the Indian government. In exchange they are supposed to volunteer for a few hours work every day, "the rest of the time they are seeking the divine", supposedly. Actually, they are also in the business of making money, there are at least 120 commercial enterprises operating here, making incense, clothes, silk paintings and so on. Under the rules, they can keep two-thirds of the profits and pay no tax. »
  18. a et b (en) Sarina Singh et al., South India, Lonely Planet, 2009, 576 p., p. 428 (Auroville) : « One of those unfortunate buildings that tries to look futuristic and ends up coming off dated, this giant golden golf ball / faux Epcot Center contains an inner chamber lined with white marble that houses a solid crystal (the largest in the world) 70 cm in diameter. Which you won't actually see, since the Matrimandir is not open to casual visitors. » (Un de ces malencontreux bâtiments qui essaient de paraître futuristes mais finissent par faire datés, cette gigantesque balle de golf dorée et simili Epcot Center contient une chambre intérieure, revêtue de marbre blanc, qui abrite un cristal massif de 70 cm de diamètre, le plus gros au monde, cristal que vous ne verrez pas en fait, le Matrimandir n'étant pas ouvert aux touristes).
  19. (en) Technical details / the crystal globe sur le site officiel d'Auroville.
  20. (en) Manohar Sajnani, Encyclopaedia of Tourism: Resources in India, Gyan Publishing House, 2003, p. 290 : « There are no flowers, no incense and no music because the Mother did not wish it to be a typically religious place - "there must be absolutely no dogmas, nor rules nor rituals". Here amidst total silence, people are free to sit anywhere for quiet meditation. »
  21. Claude Arpi, sur le site Jaïa Bharati.
  22. (en) Paula van Eecloo, Ann Riquier, Center for International Research and Human Unity, 5 janvier 2008.
  23. (en) Dalai Lama Blesses Auroville Tibetan Pavilion, Phayul.com, 20 janvier 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]