Daloa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daloa
Administration
Pays Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Région Haut-Sassandra
Maire Diabaté Kramoko
Démographie
Population 261 789 hab. (2012)
Densité 49 348 hab./km2
Géographie
Coordonnées 6° 53′ N 6° 27′ O / 6.89, -6.45 ()6° 53′ Nord 6° 27′ Ouest / 6.89, -6.45 ()  
Superficie 530,5 ha = 5,305 km2
Divers
Langue(s) parlée(s) Français, bété, dioula, gouro
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Daloa

Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire

Voir la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Daloa

Daloa est une ville du Centre-Ouest de la Côte d'Ivoire, en Afrique de l'ouest. Chef-lieu du département homonyme et de la région du Haut-Sassandra, Daloa est située a 141 km de Yamoussoukro la capitale politique et à 383 km d’Abidjan la capitale économique.

Elle comptait 173 107 habitants en 1998, c'est la 3e ville la plus peuplée de la Côte d'Ivoire après Abidjan et Bouaké, et devant Yamoussoukro[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La ville, située à 6°53 de latitude nord et 6°27 de longitude ouest, fait partie de la région du Haut-Sassandra.

Rose des vents Vavoua Rose des vents
Duékoué N Zénoula, Bouaflé
O    Daloa    E
S
Issia

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Le climat de la Côte d'Ivoire comporte deux zones climatiques distinctes. Le sud est très humide et connaît quatre saisons (d'avril à la mi-juillet : grande saison des pluies; de la mi-juillet à septembre: petite saison sèche; de septembre à novembre: petite saison des pluies; de décembre à mars: grande saison sèche). Les températures varient de 21 à 35°[2],[3].

Daloa est située dans une zone forestière.

Relevé météorologique de Daloa
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 18 20 21 22 21 20 20 20 20 20 19 18
Température moyenne (°C) 26 28 28 28 27 26 25 25 25 26 26 25
Température maximale moyenne (°C) 34 36 35 34 33 31 30 30 30 31 32 32
Nombre de jours avec précipitations 0 0 2 2 1 3 3 3 3 2 0 0
Source : GeographyIQ


Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier poste militaire français est installé à Daloa en 1905. Des révoltes se produisent dès 1906.

Elle est la première grosse agglomération à être tombée au main des Forces républicaines le 29 mars 2011, lors de la crise ivoirienne de 2010-2011.

Administration[modifier | modifier le code]

Une loi de 1978[4] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays.

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
1980 PDCI-RDA Homme politique élu
1985 Denis Bra Kanon PDCI-RDA Homme politique élu et mort en 2009
1990 Bahi Zahiri PDCI-RDA Homme politique élu
1995 PDCI-RDA Homme politique élu
2001 Guédé Guina RDR Homme politique élu, décédé en 2009
novembre 2009 Séry Kossougro PDCI Homme politique élu
juin 2011 Diabaté Kramoko PDCI Homme politique impose apres la guerre

Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
Recensement 1975 Recensement 1988 Recensement 1998 Estimation 2005 Calcul 2012
60 837 122 933 173 107 215 100[5] 261 789
Nombre retenu à partir de 1975 : Population sans doubles comptes

Éducation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Éducation en Côte d'Ivoire.

Enseignement primaire
Public

  • École primaire Publique

Enseignement secondaire
Lycée Public

  • Lycée Antoine Gauze
  • Lycées Modernes 1-2-3 et 4

Lycée Privé

  • Lycée Khalil

Collège public

  • Collège moderne

Langues[modifier | modifier le code]

Article connexe : Langues de Côte d'Ivoire.

Depuis l'indépendance, la langue officielle dans toute la Côte d'Ivoire est le français. La langue véhiculaire, parlée et comprise par la majeure partie de la population, est le dioula mais la langue vernaculaire de la région est le bété. Le français effectivement parlé dans la région, comme à Abidjan, est communément appelé le français populaire ivoirien ou français de dago[Note 1] qui se distingue du français standard par la prononciation et qui le rend quasi inintelligible pour un francophone non ivoirien. Une autre forme de français parlé est le nouchi, un argot parlé surtout par les jeunes et qui est aussi la langue dans laquelle sont écrits 2 magazines satiriques, Gbich! et Y a fohi. Le département de Sassandra accueillant de nombreux ivoiriens issus de toutes les régions du pays, toutes les langues vernaculaires du pays, environ une soixantaine, y sont pratiquées.

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Diocèse de Daloa.

Daloa est le siège d'un évêché catholique.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose de deux clubs de football, le Réveil Club de Daloa, vainqueur en 1980 de la Coupe de Côte d'Ivoire de football après avoir été finaliste en 1960 lors de la première édition de cette compétition, et le Lagoké Football Club, qui évoluent en MTN Ligue 1 et qui disputent leurs matchs sur le terrain du stade municipal.

Comme dans la plupart des villes du pays, il est organisé, de façon informelle, des tournois de football à 6 joueurs qui EST, très populaires en Côte d'Ivoire, sont dénommés Maracanas.

Villes voisines[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Si, à Abidjan et dans le nord, on parle de français de Moussa, dans l'ouest du pays, on parle de français de Dago

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Boris l'a qualifiée de « centre nerveux du cacao ivoirien et donc mondial », Boris (2005), p. 15
  2. (fr) Le climat de la Côte d'Ivoire sur Côte d'Ivoire Tourisme
  3. Climat : la Côte d'Ivoire peut être divisée en deux zones climatiques
  4. Loi no 78-07 du 9 janvier 1978
  5. « Tableau 6: Estimations de population », sur Institut national de la statistique (Côte d'Ivoire) (consulté le 30 juillet 2012)

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Boris, Commerce inéquitable, le roman noir des matières premières, Hachette, coll. « Hachette littératures », 2005