Calvignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Jean Baptiste Calvignac
Calvignac
Vue de Calvignac
Vue de Calvignac
Blason de Calvignac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Cahors
Canton Limogne-en-Quercy
Intercommunalité Communauté de communes Lot-Célé
Maire
Mandat
Sylvie Gary
2008-2014
Code postal 46160
Code commune 46049
Démographie
Population
municipale
204 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 27′ 54″ N 1° 46′ 46″ E / 44.465, 1.7794 ()44° 27′ 54″ Nord 1° 46′ 46″ Est / 44.465, 1.7794 ()  
Altitude Min. 130 m – Max. 351 m
Superficie 17,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Calvignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Calvignac

Calvignac est une commune française, située dans le département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Quercy située dans le Causse de Limogne. Le village est bâti sur un éperon rocheux en rive gauche du Lot.

Histoire[modifier | modifier le code]

En latin, de Calviniaco, de même Chauvigny en Berry. Il est probable que ce lieu fut habité de très bonne heure : sa position magnifique sur la boucle que décrit le Lot en face de Larnagol et qui permettait à un seul gardien de surveiller la rivière et la plaine en amont et en aval en faisait un point de défense magnifique, beaucoup plus intéressant que Montbrun ou que Cénevières. Sur le territoire de la commune se trouvent de nombreux dolmens.

La seigneurie[modifier | modifier le code]

On comprend sans peine que le châtelain de Calvignac ait pu être un vicaire du comte de Quercy, un vicomte de Calvignac, non moins important que celui de Saint-Cirq-Lapopie, mais peut-être d'ailleurs appartenant à la même famille.

En effet, l'on trouve, en 1054, un Boson, vicomte à la fois de Saint-Cirq et de Calvignac qui hommage à l'évêque de Cahors pour la vicomté de Brassac. On ne sait ni comment ces vicomtes devaient cet hommage, ni comment ils se trouvaient à la fois châtelains de vicomtés sur le Lot et sur la Dordogne. Ils le seraient devenus comme successeurs de ce vicomte, Frotard, qui donne à l'abbaye d'Aurillac la Curtis qui devait devenir le monastère de Souillac avec des possessions qu'il a dans ses vicairies de Creysse, Brassac, Calvignac et Saint-Sozi.

Le nom de Calvignac se trouve, vers la même époque, dans d'autres documents, mais nous ne croyons pas qu'il s'agisse du nôtreil s'agit peut-être d'un autre lieu. Il est Sûrement question du Calvignac des environs de Fons (commune actuelle de Fons) dans le Calviniaco plusieurs fois mentionné dans la charte de donation, plus ou moins authentique de Ranulphe (de Castelnau ?) en faveur de l'abbaye de Figeac et du prieuré de Fons (voir ce nom) : tres mansos in Calviniaco, vineam meam de Calviniaco mansum de Calviniaco.

Le testament d'Ingelbert, archidiacre de Cahors, nomme parmi les légataires le vicomte Frotard « Frotardo vicecomiti » et continue : Dono filio meo Grimoardo Calviniaco et Carbonaco et illa Roca de Lozer. Mais peut-être faut-il comprendre Calvignac (Labastide du Vert ou Luzech), Combressac (Puy-l'Évêque) et lire la roque de Luzet qui serait Luzech. En tout cas, rien de bien net.

A. Lacabane, qui cite ce texte comprend par ce mot vicairies de simples possessions particulières, administrées par des vicaires privés, et non de véritables vicairies anciennes. Il dit ailleurs : « Le titre de vicomte de Cahors (dans l'acte ci-dessus, il y a seulement vicomte) ou du Quercy donné à Frotard, ayant dû cesser sur le tête de Guillaume son petit-fils, vivant en 990, leurs descendants le transportèrent sur les seigneuries de Brassac et de Calvignac dont ils se disaient vicomtes aux XIe et XIIe siècles.

La vie du Bienheureux Bertrand de Griffeuil nous apprend qu'à la prière du vicomte de Calvignac, le religieux fonda en 1151, près de l'église de Brengues, sur les bords du Célé le monastère appelé Espagnac. Les armoiries de la famille de Calvignac étaient « de ..... à la bande de ........ à la bordure de ....... chargée de billettes ». Ce sont de telles armes que l'on remarque sur le bouclier du chevalier dont la statue se trouve dans l'un des enfeus de l'église d'Espagnac (voir Espagnac-Sainte-Eulalie). Quel était ce vicomte de Calvignac qui fut en somme le premier fondateur de ce monastère et dont cette statue à conservé le souvenir ? S'il était en même temps vicomte de Brassac, nous avons à choisir entre les divers membres de cette famille dont parle le cartulaire d'Aubazine, qui vivaient vers le milieu du XIIe siècle : Bloson et Eble (1148), Raymond, fils de ce dernier (1173) ; Guillaume, son frère (1161 et 1163).

L'acte d'hommage du vicomte de Turenne, en 1190, à l'évêque de Cahors pour Brassac, nous apprend que cette seigneurie lui avait été vendue par Guillaume de Calvignac et son frère Raymond de Brassac (voir Montvalent). À dater de cette vente, dit M. Lacabane, les anciens vicomtes de Brassac prirent le titre de vicomtes de Calvignac.

On voit, par la fondation d'Espagnac, que le titre de vicomte de Calvignac est antérieur à cette vente. Sans doute le comte de Cahors, Frotard, donne en 960 environ au monastère naissant de Souillac ou plutôt à l'abbaye d'Aurillac en vue de ce monastère des possessions dans la région de Brassac, mais cela nous apprend seulement que le comte de Cahors devait être le comte de tout le Quercy.

En 1249, Dorde, vicomte de Calvignac, est parmi ceux qui prêtent serment de fidélité entre les mains des commissaires de la reine Blanche, et en 1259, il prête serment effectif au comte Alphonse de Poitiers. Ce nom de Dorde (Déodat, Dieudonné) revient très souvent dans la famille. Ce doit être en effet un autre Dorde qui fait en 1280, avec noble Hugues de la Roque, fils de Fortanier de Gourdon, un compromis auquel prend part de son côté Hugues de Cardaillac-Brengues. C'est sous l'un des deux que se place (1267) une plainte de Dorde Barasc au comte Alphonse de ce que le sénéchal a condamné ses sergents à 20 livres d'amende pour avoir porté les armes dans les dépendances du castrum de Calvignac. Il disait en avoir le droit ; ce qui semble indiquer qu'il s'agissait du village de Neule (près Larnagol, et jadis paroisse) qui appartenait en effet au vicomte, ainsi que le montrent divers hommages à l'évêque de Cahors.

Nous donnerons quelques détails sur la famille de Calvignac d'après un inventaire des documents des seigneurs de Cénevières. On voit qu'en 1280, Dorde II et son fils Guillaume ont vendu certaines terres à nobles Arnaud et Bertrand de la Popie. Guillaume, vicomte de Calvignac, échange quelque terre, en 1302, avec Bertrand de Gourdon ; celui-ci avait, quelque temps auparavant, fait une acquisition d'un certain Guillaume la Gralhe, du castrum de Calvignac. Le vicomte Guillaume eut un fils du nom de Dorde, à moins qu'il ne s'agisse de quelque frère, marié à une de La Popie : un acte de 1314 donne Bertrand et Gui de la Popie comme tuteurs des enfants de leur neveu Dorde III, vicomte de Calvignac. En ce cas, celui-là ne peut être le même que Déodat IV de Calvignac, nommé parmi les témoins de l'acte d'échange passé dans Avignon, entre Hugues de Cardaillac-Brengues et les chevaliers de La Tronquière, en 1318. Celui-ci est mentionné dans les registres de la chambre apostolique, comme un des écuyers de la cour de Jean XXII, mais seulement en 1316 et 1317. Son service l'ayant retenu à la fin de 1317, il ne peut pas répondre à la convocation des nobles faite par Philippe le Long et le Pape écrivit au roi pour l'excuser. Jean XXII l'envoyait peu de temps après à Paris pour annoncer la prochaine canonisation de saint Louis d'Anjou, évêque de Toulouse. En 1321, il hommageait à l'évêque de Cahors pour la terre de Calvignac.

Il devait être, lui, fils de Guillaume et d'Alasie (ou Alazays). On le voit, en 1327, avec sa mère vicomtesse de Calvinhac, au procès avec Aymeric de la Popie, différend qui fut réglé par l'arbitrage de noble Gme Athon de Caylux. Il s'agissait de territoires dans la Toulzanie.

En 1331, Alasie, veuve de Guillaume de la Toulzanie, Dorde son fils, mari de Barrave, obtenaient une bulle d'indulgence plénière in articulo mortis. Dorde IV dut mourir peu de temps après, puisque nous voyons en 1333, Géraud Rossignol vendre une terre dans la paroisse de Cornus en qualité de tuteur des enfants de Dorde, vicomte de Calvignac.

Les archives vaticanes nous donnent comme ses frères plusieurs ecclésiastiques ou religieux, Ratier, moine de Figeac ; Guillaume, prieur de Villeneuve en Rouergue ; Raymond, archiprêtre de Gignac et chanoine de Noyon, Aymeric, qui mourut en 1348 chanoine d'Agde (En 1318, Aymeric et Raymond de Calvignac, frères, vendaient une terre dans St Martin Labouval à Bertrand de la Popie, de Cénevières). Très probablement Aigline de Calvignac, veuve, en 1342, de Guillaume de Brengues (Berenchis), condamné pour hérésie, qui habitait le château de Durfort dans la juridiction de Cestairols en Albigeois, était une sœur de Dorde IV.

Il dut être le père de Guillaume II de Calvignac, vicomte de Calvignac et coseigneur de Saint-Cirq la Popie en 1350. Il est cité dans un acte concernant la juridiction de Caylus : nos auteurs locaux ne le mentionnent pas : « noble Guillaume, vicomte, seigneur du castrum de Calvinhac et coseigneur du castrum de Saint Cirq-la Popie, est-il dit dans un acte, tient dans la châtellenie de Caylus, pour un revenu de 400 livres ». Dorde V, que nous trouvons en 1359 et 1362, doit être le fils de Guillaume. Il prit avec les seigneurs du Quercy une part importante à la guerre et eut, pour sa part de la gratification qui leur fut accordée par le lieutenant du roi, la somme de cent écus d'or. Il en donnait quittance le . Mais il profitait de la guerre pour rançonner ou même piller les marchands qui suivaient le cours de la rivière. Les deux côtés lui appartenaient, puisqu'il tenait Neules et même Larnagol (à cette date) d'un côté et Calvignac de l'autre. Il enleva une grosse quantité de blé que des marchands de Cahors apportaient par eau. Les consuls réclamèrent dix mille livres de dommages-intérêts. Par acte du , le vicomte s'engagea à régler la chose à l'amiable avec eux. Et la chose fut réglée à son avantage : il promit d'être bon voisin, de laisser libre passage aux marchands de Cahors par eau et par terre, et les consuls lui firent remise de ce qu'ils lui réclamaient. Nous supposons qu'il avait rendu le blé.

Sa fille, son unique héritière, épousa Raymond de Caussade, seigneur de Puycornet, d'une famille qui disait au temps d'Alphonse de Poitiers, se rattacher aux Durfort.

Ce nom de Raymond est fréquent dans cette famille. En 1375, Raymond II de Caussade donnait à fief, au nom de sa mère, vicomtesse de Calvignac (elle est mentionnée dans les registres de Cajarc comme donnant des avertissements à la ville sur l'approche des Anglais (1367). Nous appelons son fils Raymond II, comme étant le second Raymond de Caussade, seigneur de Calvignac), les terres de Calvignac et recevait les reconnaissances des feudataires (En 1377, il hommageait à l'abbé de Moissac pour le château de Durfort).

Raymond II est connu dans l'histoire du Quercy sous le nom de sire de Puycornet : il joue un rôle important dans la guerre de Cent Ans, surtout parce qu'il tenait fortement le passage du lot par Calvignac et Larnagol (voir Puycornet).

Son fils Jean de Caussade ou de Puycornet fut également un combattant remarquable. En 1422, il fait une donation à l'abbaye de Marcilhac pour le repos de l'âme de son père Raymond, et de sa mère Marguerite de Comminges.

Nous pensons que Jean de Caussade que nous trouvons en 1450, menacé d'excommunication pour avoir pris des biens appartenant à la prieure de Lissac et qui prit en 1466 le parti du comte d'Armagnac et fut arrêté par le sénéchal pour avoir hésité à prêter au roi le serment de fidélité est un fils ou un petit-fils du précédent.

En 1503, Raymond III de Caussade hommage au roi et dénombre les places de Puycornet, Calvignac, Crégols, Berganty, Larnagol, St Chels, la coseigneurie de Fumel, de Belfort, de Ferrières, de Durfort. En 1540 ou 1543, Jean de Caussade fait de même mais il précise que Calvignac est tenu en hommage de l'évêque.

En 1579, messire Louis de Caussade, vicomte de Calvignac, seigneur de… Saint-Maigrin, vendait à réméré, pour 12 ans (6 666 écus d'or et 2/3), à Giron Dadines, sieur d'Hauteserre, les terres de Calvignac et de Larnagol, du moins les rentes qui se levaient sur ces terres mais il dut les racheter à l'échéance. Lacoste pense que la terre de Larnagol était passée de la maison de Puycornet dans celle de Beraldi (Cessac, Cazillac) dès 1472 ; les actes ci-dessus de 1503, 1543, 1579 prouvent le contraire. Les seigneurs de Calvignac restaient seigneurs de Larnagol, et les seigneurs de Calvignac sont encore quelque temps les sires du Baron (noblesse) de Puycornet. Lacoste a dû faire une erreur de date.

En 1624, on trouve Charles de Cazillac, baron de Cessac, avec le titre de vicomte de Larnagol et Calvignac. Le baron avait dû en faire l'acquisition des héritiers de l'évêque Antoine d'Hébrard de Saint-Sulpice, qui dit avoir acquis cette seigneurie, comme d'ailleurs celle de Puycornet (qu'il légua à son neveu Pons de Lauzières-Thémines). Il paraît qu'il avait eu Calvignac et ses dépendances lors du règlement de la succession de son frère Bertrand ; mais nous ne savons pas comment celui-ci était devenu vicomte.

Quoi qu'il en soit, en 1638, messire François de Cazillac, baron de Cessac, fils de Charles, vendait la vicomté et ses dépendances (Cornus, St Martin Labouval, La Toulzanie, Le Cayre, etc.) à messire Charles de la Tour de Gouvernet, seigneur de Cénevières, et la terre de Larnagol à M. de Laporte, de Figeac. On voit par cet acte ce que devaient payer les habitants en blé, gélines, cire, manœuvres, et pour le fouage. Calvignac était vendu 60 750 livres.

La vicomté suit désormais les vicissitudes du marquisat de Cénevières. Nous dirons seulement que le marquis de Cénevières, étant calviniste, refusa l'hommage dû à l'évêque de Cahors pour la vicomté de Calvignac, hommage cependant toujours rendu par ses prédécesseurs - et notamment Déodat en 1329, Raymond de Caussade en 1391. Mgr Alain de Solminihac n'entendait pas laisser perdre les droits, même honorifiques, de son Église ; il exigea l'hommage et le seigneur de Gouvernet fut condamné par le Parlement de Toulouse (11 7r [septembre] 1646). Ce ne fut cependant que le que messire Charles de la Tour de Gouvernet, marquis de Cénevières et de Murel, vicomte de Calvinhac, par la succession de son grand-père (du même nom) vint rendre l'hommage à Mercuès. Il déclare tenir de l'Evêque et de son Église « en fief noble le château de Calvinhac avec tout son honneur et juridiction et appartenances comme aussi les dîmes (qu'il prend et perçoit sur la paroisse de Saint-Martin de Calvinhac) ensemble, tout ce que, en la dite qualité de vicomte, (il) possède à Cénevières… et tout ce qui est situé entre les châteaux de Calvinhac et de Cénevières, excepté le mas appelé d'Albias (ce doit être Aubiac à l'extrémité sud de la commune)… pour raison de tout ce que dessus (il) doit tous les ans une albergue… ». Cette albergue, d'après un acte du , était évaluée à 180 livres. Le fils du précédent rendit hommage à Mgr de Sevin en 1672.

Autres seigneurs[modifier | modifier le code]

Fief de la Rivière, au pied de Calvignac, en aval. Appartenait à la famille de Cajarc. En 1637, reconnaissance faite par Gme de Cajarc au baron de Caussade, comme tenu de lui en emphytéose. En 1692, 1695, 1714, on trouve noble Jean de Cajarc du Grès de la Serre, ou sieur de La serre du Grès, habitant en sa maison de la Rivière. Dans son testament, il fait héritières ses sœurs. Louise, femme du sieur Crompe, de Camboulit, et Judith, femme du sieur Mifre (de Camboulit aussi). Un autre Jean de Cajarc, en 1720, est débiteur de 3 000 livres à l'égard de Pierre Peyre, bourgeois de Saint-Martin-la Bouval, et sans doute dut engager son domaine qui resta au créancier car, en 1737, le sieur Peyre de la Rivière, en la paroisse de Calvignac, obtient de l'évêque l'autorisation de faire dire la messe en sa chapelle domestique, aux conditions ordinaires relativement à la messe de paroisse.

La paroisse[modifier | modifier le code]

La paroisse de Calvignac est évidemment aussi ancienne que la vicomté. Mais nous n'avons rien à son sujet avant les pouillés du début du XIVe siècle qui la mentionnent en l'archiprêtré de Cajarc comme étant à la collation épiscopale.

Le premier recteur dont nous ayons le nom est Aymeric de Calvignac (le frère de Dorde IV que nous avons vu à la cour d'Avignon parmi les écuyers de Jean XXII et qui y résidait lui-même, comme chapelain commensal du cardinal Guillaume Lecourt, du titre des IV saints couronnés, neveu de Benoît XIII. Après sa mort, l'église fut conférée le à Guillaume de Prestis, de Castelnau-Montratier. Guillaume permute, le , avec Imbert de Baynac, prieur de Villeneuve en Rouergue.

Une bulle de 1475, qui nous montre comme recteur un membre de la famille de Puycornet, Raymond de Caussade, déjà chanoine de Cahors, nous apprend qu'il succédait à Bertrand de la Garrigue et que celui-ci avait uni, sans en avoir obtenu dispense, l'église de Saint-Clair de Calvignac à celle de Saint-Étienne. les deux églises sont régulièrement unies sous le rectorat de Raymond : elles sont à peu près d'égale valeur pour leurs revenus. Aujourd'hui, Saint-Clair se trouve dans la commune de Cénevières (voir ce nom) ; mais dans celle de Calvignac se trouve un hameau appelé le Clocher, dont le nom rappelle peut-être l'existence d'une église en ce lieu.

L'on trouve deux curés du nom de Malleville : Nicolas de Malleville, en 1524, et en 1589, un autre Nicolas de Malleville qui fait un legs aux obituaires de Puy-la-Garde d'où il était originaire.

En 1680, messire Jacques Pradines, recteur de Calvignac, est médiateur entre les Dominicains de Cahors et le seigneur de Cénevières, Charles de la Tour de Gouvernet. Sa médiation, d'ailleurs, n'aboutit pas.

En 1721, Raymond Miquel signe comme prieur (curé) de Calvignac un état des pauvres de la paroisse pour la répartition des aumônes léguées dans son testament par M. (de Cajarc) de la Serre.

En 1741 était recteur Me Jean-Pierre Bassac, anciennement vicaire de Montbrun, puis recteur de Lacapelle-Balaguier. Il fut remplacé par Me Jean de Peyre, né à Cahors, mais probablement de la famille du nouveau seigneur de la Rivière de Calvignac, ancien vicaire de Parnac et curé de Saint-Martin-de Cayssac. Il mourut en 1789 et fut remplacé, le 25 mai, par me Pierre-Joseph Malrieu, recteur de Foissac, qui, d'après les Archives du Lot prêta tous les serments. On trouve, dès le , J.B. Lavastrou, avec le titre de vicaire régent, naturellement assermenté dans les mêmes conditions que le curé en titre.

Le curé de Calvignac avait un vicaire pour le service de Saint-Clair qui était depuis le XVe siècle canoniquement annexé à Saint-Étienne (En 1745, Jean-Pierre Bach ; en 1767, J.-Jacques Alayrac).

Les deux églises faisaient partie de la congrégation de Limogne. La paroisse de Calvignac a fait partie du Doyenné de Limogne jusqu'au , où elle a été rattachée à celui de Cajarc.

La communauté[modifier | modifier le code]

La communauté de Calvignac appartenait au point de vue judiciaire à la sénéchaussée de Montauban, comme Caylus, baylie, dont elle faisait partie au Moyen Âge. Au point de vue financier, elle dépendait de l'élection et de la subdélégation de Cahors. Avant la Révolution, ses impositions montaient, vers 1789, à 4 832 livres plus 87 de charges locales. La population était de 606 paroissiens (Dict. des communes du Lot - Le pouillé alph. du XVIIIe siècle ne met que 300 communiants).

Pendant la guerre de Cent Ans, le bourg de Calvignac fut pris plusieurs fois par les Anglais, en 1356, par ceux de Lalbenque ; en 1370 par ceux de Loc-Dieu, mais il ne resta jamais longtemps en leur pouvoir, grâce à son seigneur le sire de Puycornet.

Plus tard, au moment des guerres de religion, le seigneur de Cénevières Antoine de Gourdon, étant passé au calvinisme, Calvignac aurait pu avoir beaucoup à souffrir, mais devenu possession des Hébrard de Saint-Sulpice, il fut épargné parce que les deux seigneurs ne se firent jamais la guerre, du moins bien sérieusement. Calvignac devint-il calviniste avec les Gouvernet ? Nous n'avons pas trouvé de document à ce sujet : il est probable que, malgré son sectarisme, le nouveau seigneur n'essaya rien contre la foi des habitants, il venait à une époque où cela lui eût été bien difficile.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Calvignac

Son blasonnement est : Écartelé : au premier et au quatrième d'or à trois bandes de gueules, au deuxième et au troisième à cinq points d'argent équipolés à quatre de gueules.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Sylvie Gary    
mars 2001 2008 Nadége Juglair    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 204 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
602 641 646 670 677 680 685 739 733
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
690 706 695 686 659 692 670 572 540
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
529 507 503 366 386 335 337 299 252
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
238 229 211 203 194 192 188 204 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Au début du XXe siècle, Calvignac comptait 540 habitants[3].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le travail à ferrer

Cette vue s'apprécie particulièrement depuis la « Terrasse Romantique » au centre du Haut-Bourg défensif.

  • Ce village ancien, qui possède encore quelques vestiges d'un château fort

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Le Lot partie Chemins de fer, p. 198 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - (ISBN 274550049X)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]