Livernon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livernon
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Arrondissement de Figeac
Canton Canton de Livernon
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée et du Causse
Maire
Mandat
Jacques Coldefy
2014-2020
Code postal 46320
Code commune 46176
Démographie
Gentilé Livernonais, Livernonaises
Population
municipale
649 hab. (2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 53″ N 1° 50′ 36″ E / 44.6480555556, 1.84333333333 ()44° 38′ 53″ Nord 1° 50′ 36″ Est / 44.6480555556, 1.84333333333 ()  
Altitude Min. 275 m – Max. 358 m
Superficie 25,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Livernon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Livernon

Livernon est une commune française, située dans le département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Livernon pourrait avoir trois origines possibles[1] :

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Livernon
Durbans, Saint-Simon Sonac Assier
Espédaillac Livernon Reyrevignes
Espédaillac, Grèzes Grèzes Corn

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pape d'Eugène III mentionne la paroisse de Livernon dans la bulle de 1140. Cette paroisse dépend de l'abbaye de Figeac. Son église Saint-Rémy fut détruite au cours de la Guerre de Cent Ans. La chapelle du prieuré des chanoines réguliers de l'ordre de Saint-Augustin dédié à Saint-Nanphaise a alors servi d'église paroissiale[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jacques Coldefy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 649 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
692 713 693 693 772 829 850 872 884
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
872 853 820 793 814 781 804 772 772
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
768 745 746 581 571 539 527 394 383
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
359 324 342 385 384 465 545 558 633
2011 - - - - - - - -
649 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Photo du lac et cazelle de Livernon
Lac et caselle à l'ouest de Livernon
Photo de l'église Saint-Rémy
Photo de l'église Saint-Rémy

Son clocher abrite une cloche portant la date de 1617. Les travaux de restauration de 1998 ont fait apparaître d'anciennes fresques florales. En 2006, sous la direction des bâtiments de France, Gérard Lauret et Sylvie Pontlevy ont fait apparaitre et restauré cette fresque en utilisant la technique du "Trattegio"[2].

Dolmen de la Pierre Martine[modifier | modifier le code]

Photo du dolmen de la Pierre Martine
Le dolmen de la Pierre Martine

Par ses dimensions, la Pierre Martine est le plus important dolmen du Quercy. Il est classé monument historique depuis 1889[6].

Sa table de calcaire mesure plus de 7,1 mètres de long, de 1,7 à 3 mètres de largeur et environ 0,6 d'épaisseur[7], soit une masse approximative de plus de 20 tonnes[8]. Cette table oscillait sur ses supports à la moindre pression de la main[9]. Elle s'est cassée en deux en 1948 et a été soutenue en 1966 par ajout de deux piliers en béton à ses extrémités. Ses deux orthostats mesurent plus de 4 mètres de long chacun et sont décalés de 0,6 mètres. À l'ouest, La chambre est fermée à moitié par une fine dalle de chevet.

Dans la chambre, qui servait de tombe aux hommes de la fin du Néolithique et du Chalcolithique, on a trouvé : des squelettes, des haches en silex, des fragments de poteries, des ornements en os ou en pierre, des épées et des poignards en cuivre[9].

Non loin du chemin conduisant au mégalithe, on peut voir les strates de calcaire ayant servi de matériau lors de sa construction.

Menhir de Bélinac[modifier | modifier le code]

Photo du menhir de Bélinac
Le menhir de Bélinac

Le menhir de Bélinac se dresse à deux kilomètres au sud-est de Livernon, entouré de dolines. Il est classé monument historique depuis 8 septembre 1978[10].

Haut de près de 3,5 mètres, il a la particularité d'être légèrement penché, de quelques degrés, en direction du sud. Il semble qu'il en fut toujours ainsi.

Ce menhir, l'un des rares subsistant actuellement dans le Quercy, tient son nom du lieu-dit Bélinac situé à moins d'un kilomètre au sud-est. Ce nom rappelle, peut-être, un lieu de culte au dieu celte Belenos.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy,‎ juin 2002, 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 115
  2. a et b Laurence Vigier-Najm, « Le soleil est entré dans l'église de Livernon », Dire Lot, Mediapress, no 183,‎ octobre 2009, p. 20-22 (ISSN 0988-9795)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Église Saint-Rémy-et-Saint-Namphaise », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Classement de la Pierre Martine dans la base Mérimée
  7. Monique Mahenc, Promenade mégalithique en Quercy : Croyances ancestrales et énergie de la terre, Labège, Éditions Nestor,‎ 2002, 350 p. (ISBN 2-9518674-0-9), p. 128-130
  8. Masse Pierre Martine (kg) = volume (m3) * masse volumique du calcaire (kg/m3) = (7,1*2*0,6) * 2750 = 23430 kg
  9. a et b Victor Adolphe Malte-Brun, Lot : Géographie - Histoire - Statistique - Administration, Les éditions du Bastion,‎ 1882 (réimpr. 1980), 58 p., p. 12
  10. « Notice no PA00095146 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]