Beech C-12 Huron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Beechcraft C-12 Huron Su-27 silhouette.svg
C-12 Huron in flight.jpg
Un C-12F en vol

Constructeur Drapeau : États-Unis Beechcraft
Rôle Transport léger et guerre électronique
Mise en service Juillet 1975
Équipage
2 à 8
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney PT6A-42
Nombre 2
Type Turbopropulseurs
Puissance unitaire 850 ch
Dimensions
Envergure 16,61 m
Longueur 13,36 m
Hauteur 4,52 m
Surface alaire 28,14 m2
Masses
À vide 3 656 kg
Maximale 5 670 kg
Performances
Vitesse maximale 545 km/h
Plafond 10 670 m

Sous la désignation Beechcraft C-12 Huron sont regroupées plusieurs versions du Beechcraft King Air et du Beechcraft 1900 commandées par les forces armées américaines. Destiné à l'origine à répondre à un besoin de l'US Army, dans le prolongement des U-21 Ute, le C-12 Huron a depuis été adopté par l'United States Air Force, l'United States Navy et l'United States Marine Corps, et est devenu le vecteur aérien de divers systèmes de surveillance et de reconnaissance électronique (ISR), tels que Cefly Lancer ou les diverses versions de Guardrail. Les versions les plus récentes de ces avions-espions sont entrées en service en 2009 en Irak et en Afghanistan[1]

Conception[modifier | modifier le code]

En 1969 la société Beechcraft développa un modèle plus puissant de son célèbre King Air 100. Le Super King Air 200 dispose de moteurs plus puissants et d'un empennage en T. Dans la même période l'US Army et l'USAF recherchèrent un appareil de transport léger et envisagèrent l'utilisation d'un appareil déjà existant. Beech proposa de modifier son Super King Air. En fait les modifications furent mineures (électronique et équipement militaire) et Beech avait par ailleurs déjà fourni à l'US Army le U-12. Un premier contrat de 34 exemplaires (US Army et USAF confondus) fut donc signé.

En service[modifier | modifier le code]

Le premier C-12 Huron rentra en service au sein de l'US Army en juillet 1975 à Fort Monroe. L'US Army utilisa principalement ces Hurons en soutien de ses unités et des ambassades américaines de par le monde. L'USAF utilisa le C-12 à des fins d'entraînement aux multi-moteurs et aux liaisons rapides entre ses bases. En 1978 l'US Navy/US Marines Corps reçu ses premiers C-12, renommé UC-12.

Guerre électronique[modifier | modifier le code]

L'US Army utilisa depuis 1960 des appareils de reconnaissance électronique souvent dérivés d'appareils civils. Le RC-12 Guardail est la version la plus évoluée de ce types d'appareils mise en œuvre par le United States Army Aviation Branch. Par rapport aux autres version du RC-12, la version la plus évoluée, le RC-12K, est équipée de 4 hélices, plus des équipements supplémentaires lui permettant de remplir simultanément des missions Elint, Comint ou Sigint. Plus 200 exemplaires, sur les 5 000 King Air construits, furent des RC-12.

Engagements[modifier | modifier le code]

La version de guerre électronique (Comint ou Sigint) RC-12 servit pendant la Guerre froide à recueillir des informations sur l'ex-RDA, et servit également au Vietnam. Pendant les guerres du Golfe, plus de 24 RC-12 Guardail furent mis à contribution pour détecter les émissions radios des pelotons de chars ennemis et diriger ensuite les hélicoptères ou les chars alliés afin de les détruire. Au sein de l'US Navy, les RC-12F sont utilisés sur les zones de tir de missiles, afin de s'assurer que cette zone est libre de tout avion ou navire avant le tir. Le 10 janvier 2014, un RC-12 s'est écrasé à Baghram (Afghanistan) tuant les 3 personnes à son bord.

Versions et dérivés[modifier | modifier le code]

  • C-12 A/B/C/D : Version de transport rapide US Army
  • C-12 F : Version de transport rapide et d'entraînement USAF
  • UC-12 : Version de transport rapide avec porte cargo sur le côté pour l'US Navy,l'USMC et l'US Air National Guard.
  • RC-12 Guardail : Version de guerre électronique
Beechcraft MC 12W Huron ISR missions

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Tom van den Brook, Newest Manned Spy Plane Scores Points In War Effort, USA Today, 2 juin 2010 p.5

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Edward H. Phillips, Beechcraft - Pursuit of Perfection, A History of Beechcraft Airplanes, Eagan, Flying Books,‎ 1992 (ISBN 0-911139-11-7)
  • (en) A.J Pelletier, Beech Aircraft and their predecessors, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 1995 (ISBN 1-55750-062-2)
  • (en) Jim Winchester, American Military Aircraft: A Century of Innovation, Metro Books,‎ 2005 (ISBN 978-0-7607-6982-9)

Sur les autres projets Wikimedia :