VXS-1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Scientific Development Squadron ONE
VXS-1
Insigne du VXS-1
Insigne du VXS-1

Période Détachement en janvier 1963
Escadron au 13 décembre 2004
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Branche United States Navy
Rôle Recherche scientifique
Effectif ~ 90 personnes
Fait partie de Naval Research Laboratory
Garnison Patuxent River Naval Air Station
Ancienne dénomination Flight Support Detachment
Surnom Warlocks
Équipement NP-3D, RC-12, drones

Le VXS-1 (nom officiel actuel : Scientific Development Squadron ONE, surnom Warlocks) est un escadron de l'aéronavale de l'United States Navy opérant pour le Naval Research Laboratory.

Spécificités[modifier | modifier le code]

Le personnel du VXS-1 en 2005 devant le Lockheed NP-3D Orion AWACS de l'unité.

Cette unité crée en janvier 1963, qui avait rang de détachement jusqu'au 13 décembre 2004 sous le nom de Naval Research Laboratory Flight Support Detachment (NRLFSD) ou plus couramment Flight Support Detachment avant de passer au rang d'escadron[1], est spécialisé dans l’étude océanographique, la cartographie maritime, la recherche radar et le développement de la guerre électronique et agit pour le compte du Naval Research Laboratory, d'autres agences du gouvernement fédéral des États-Unis ou d'entreprises, d'agences ou de gouvernements étrangers qui louent ses services[2]. Ces laboratoires volants sont aux couleurs du Naval Research Laboratory ou on des livrées civiles.

Il stationne à la Naval Air Station Patuxent River dans le comté de Saint Mary au Maryland dédié aux tests et essais de nouveaux matériels qui abrite entre autres le VX-1 (Air Test and Evaluation Squadron One), une unité d'expérimentations.

Son chef d'unité à la grade de commander, équivalent au rang de capitaine de frégate dans la marine française[3].

Elle vole environ 2 500 heures par an et n'a eu aucun accident en 64 000 heures de vol au cours d'une période de 42 ans.

Moyens[modifier | modifier le code]

L'avion-radar du VXS-1 en vol. L'heure de vol est facturé un minimum de 15 000 dollars américains[4].
Un des NP-3D Orion du VXS-1. Son heure de vol est facturé un minimum de 10 000 dollars américains

À sa création en janvier 1963, le VSX-1 disposait de Lockheed EC-121 Super-Constellation

Au début de 1971, le détachement avait un effectif d'une cinquantaine de militaires dont deux officiers et opéraient avec trois Lockheed EC-121 Super-Constellation[5].

Pour compléter ces avions, le détachement a également exploité le Grumman Tracker S-2D pour des projets liés aux leurres et aux des bouées acoustiques.

En janvier 2003, il comptait 10 officiers, 70 sous-officiers et marins, et 4 employés du service civil s'occupant de 5 P-3 Orion[6].

En janvier 2005, cet escadron avait un effectif de 13 officiers, 66 sous-officiers et marins, et 12 civils[7] et disposait des 4 uniques NP-3D Orion utilisés comme plates-formes de recherche en vol dont configuré en avion-radar toujours en service actuellement. En 2006, elle exploite et entretient 3 NP-3D et 2 RC-12F, ces derniers servant pour des projets de sciences et technologie à petite échelle[8]. Au 4 août 2008, l'unité avait 11 officiers, 91 sous-officiers et marins, 8 fonctionnaires gouvernementaux et 4 employés civils[9].

Le seul RC-12 dont dispose l'unité en 2010. L'heure de vol est facturé à un minimum de 800 dollars américains.

En juin 2009, son effectif est de 12 officiers, 76 sous-officiers et marins, et 4 civils[10] et, début 2010, sa flottille comprend toujours les 3 NP-3D dont l'AWACS, 1 RC-12, environ 200 drones[11] ainsi qu'entre 2010 et février 2012 un ballon dirigeable, le MZ-3A entré en service dans l'USN en 2006 pouvant emportant 10 passagers[12].

Les Orion modifiés sont configurable à volonté, ils peuvent accueillir à l'intérieur de leur carlingue dix consoles ou équipements pour une masse de 4 500 livres et onze opérateurs pour des vols de 6 heures ainsi qu'une dizaine de pods externes.

Exemples de missions[modifier | modifier le code]

Un NP-3D en vol en 2005 pour l'expérience Bow Echo and Mesoscale Convective Vortices Experiment (BAMEX) sur la méso-échelle.

Avec la dissolution du Oceanographic Development Squadron Eight (VXN-8) en septembre 1993, le VXS-1 a acquis les 2 RP-3A modifiés de cette unité, désormais désarmé, et deux missions supplémentaires, le projet Magnet de mesures des cartes de déclinaison magnétique de la Terre, ainsi que le projet Birdseye de recherche hydroacoustique[13].

Le dirigeable MZ-3A fut utilisé pour la surveillance de la marée noire du l'accident de Deepwater Horizon en juillet 2010[14].

Un NP-3D a été configuré pour étudier la géologie terrestre et équipé d’un gravimètre, d’un magnétomètre, de capteurs d’imagerie hyperspectrale et d’un radar d’imagerie polarimétrique à synthèse d’ouverture à bande L. Il a été déployé avec un détachement d'une cinquantaine de militaires et scientifiques civils à plusieurs reprises durant la guerre en Afghanistan avec le concours de l’United States Geological Survey et des Forces Canadiennes, afin de mener une étude géologique complète du sous-sol afghan pour aidé l'économie de l'Afghanistan dans le cadre des projets Rampant Lion I en juin-août 2006 où il a effectué quarante vols en 10 semaines et cartographié 330 000 km² de terrain[15] et Rampant Lion II en 2008[16]. Détectant des métaux et minéraux à grande profondeur[17], les outils de mesures embarqués par ce P-3 pourraient être en mesure de détecter des tunnels ou des bunkers.

Dans le cadre du projet international Tropical Cyclone Structure-2008 chargé de comprendre, d'observer et prévoir les impacts potentiels des cyclones tropicaux de l'océan Pacifique, cinq avions-laboratoires (un allemand, un taïwanais et trois américains) ont été mobilisés. Un NP-3D a été déployé avec deux WC-130 Hercules du 53rd Weather Reconnaissance Squadron à Andersen Air Force Base entre d'août à septembre 2008 équipé d'un Lidar à effet Doppler-Fizeau développé pour l'US Navy, et du radar ELDORA utilisé pour établir une carte des structures de ces tempêtes. Pendant les vols, l'avion a mesuré de nombreux paramètres dont la vitesse du vent, direction du vent, l'humidité et de température[18].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)[PDF] OPNAV NOTICE 5450, Office of the Chief of Naval Operations, 13 novembre 2004
  2. (en) VXS-1 History, VPNAVY
  3. (en) Rick Thompson, « Fleming assumes command of VXS-1 », sur http://www.dcmilitary.com/, DCmilitary,‎ 7 juin 2007 (consulté le 13 mars 2010)
  4. (en) Military Support Division and VXS-1, « FY10 Service Center Rates », sur http://www.nrl.navy.mil/,‎ 2010 (consulté le 29 juillet 2010)
  5. (en) « Flying Lab », Naval Aviation News,‎ mars 1971 (lire en ligne)
  6. (en) Al Girimonte, « January 30, 2003 - NRL hails 40 years of flight safety - », sur http://www.vpnavy.com/, Naval Research Laboratory History,‎ janvier 2003 (consulté le 27 juin 2010)
  7. (en) John A. Rubino, « Flight Support Det becomes VXS-1 », sur http://findarticles.com/, Naval Aviation News,‎ Juillet-Aout 2005 (consulté le 13 mars 2010)
  8. (en)[PDF]Scientific Development Squadron One, « Scientific Development Squadron One (VXS-1) », sur http://www.unols.org, University-National Oceanographic Laboratory System,‎ 23 mai 2006 (consulté le 14 mars 2010)
  9. (en) « Naval Air Station Patuxent River Base Guide », sur http://www.dcmilitary.com/, DCmilitary,‎ 4 aout 2008 (consulté le 14 mars 2010)
  10. (en)[PDF]« Naval Research Laboratory », sur http://www.dtic.mil,‎ Juin 2009 (consulté le 14 mars 2010)
  11. (en) « Military Support & VXS-1 », sur http://www.nrl.navy.mil, Naval Research Laboratory (consulté le 13 mars 2010)
  12. (en) « Navy Lighter-Than-Air Program Still Flying », sur http://www.navair.navy.mil/, Naval Air Systems Command,‎ 15 mars 2010 (consulté le 22 août 2010)
  13. (en)[PDF] « Disestablished... VXN-8 World Travelers », sur http://www.history.navy.mil, Naval Aviation News,‎ Septembre-Octobre 1994 (consulté le 13 mars 2010)
  14. (en) « Airship to assist in Gulf oil spill response », sur http://www.deepwaterhorizonresponse.com/, Unified Command for the Deepwater BP oil spill,‎ 5 juillet 2010 (consulté le 22 août 2010)
  15. (en)[PDF]J. Brozena, V. Childers, J. Gardner, R. Liang, J. Jarvis, J. Bowles, « A Multi-Sensor Aerogeophysical Study of Afghanistan », sur http://mapserver.cmf.nrl.navy.mil, Naval Research Laboratory,‎ 2007 (consulté le 14 mars 2010)
  16. (en) « NRL's Rampant Lion II survey builds on success of Rampant Lion I », sur http://www.eurekalert.org/, Naval Research Laboratory,‎ 3 février 2009 (consulté le 14 mars 2010)
  17. (en) Richard R. Burge, « Beneath the Surface: A Navy flight squadron conducts a geological survey of Afghanistan », sur http://www.embassyofafghanistan.org/, Sea Power Magazine,‎ 20/11/2006 (consulté le 14 mars 2010)
  18. (en) Naval Research Laboratory, « NRL's P-3 aircraft support project to study tropical cyclones », sur http://www.sciencecentric.com, Science Centric,‎ 6 décembre 2008 (consulté le 14 mars 2010)

Lien externe[modifier | modifier le code]