Maubourguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Tour de Maubourguet
Maubourguet
La mairie de Maubourguet
La mairie de Maubourguet
Blason de Maubourguet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Tarbes
Canton Canton de Maubourguet
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Adour
Maire
Mandat
Jean Nadal
2014-2020
Code postal 65700
Code commune 65304
Démographie
Population
municipale
2 448 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 28′ 09″ N 0° 02′ 11″ E / 43.4691666667, 0.0363888888889 ()43° 28′ 09″ Nord 0° 02′ 11″ Est / 43.4691666667, 0.0363888888889 ()  
Altitude 181 m (min. : 164 m) (max. : 285 m)
Superficie 22,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Maubourguet

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Maubourguet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maubourguet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maubourguet
Liens
Site web http://www.maubourguet.fr

Maubourguet (en occitan ou catalan Mauborguet[1]) est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Maubourguet est située en Bigorre dans le pays de Rivière-Basse sur l'Adour.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Maubourguet
Estirac Labatut-Rivière Auriébat
Sombrun Maubourguet Sauveterre
Lahitte-Toupière,
Larreule
Nouilhan Lafitole

Relief et Hydrographie[modifier | modifier le code]

Moulin sur le canal de l'Échez

La commune s'étend sur 22,04 km2 et se situe à une altitude moyenne de 225 mètres.

Le fleuve l'Adour, la rivière l'Échez, la rivière l'Estéous sont les principaux cours d'eau qui traversent la ville de Maubourguet.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Maubourguet est situé à 26 kilomètres au nord de Tarbes sur la RD935 (anciennement route nationale 135) qui reliait, avant 1973, Barcelonne-du-Gers à Sainte-Marie-de-Campan. Une déviation a été mise en service par le Conseil Général des Hautes-Pyrénées le 8 avril 2010 afin d'éviter l'agglomération[2].

On peut accéder à Maubourguet par l'échangeur ouest de Tarbes de l'A64 qui relie Toulouse à Bayonne et depuis janvier 2011 par l'échangeur nord d'Aire-sur-l'Adour de l'A65 qui relie Bordeaux à Pau.

La commune se trouve à 32 kilomètres de l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées.

Des autocars assurent plusieurs fois par jour la liaison jusqu'à Tarbes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

On distingue quatre grands quartiers qui ont participé à une extension de l’habitat, plus accentuée au XXe siècle :

  • Le centre-ville s’est étendu au delà des fossés du bourg médiéval.
  • Le quartier du Faubourg, également présent au Moyen Âge et situé sur la rive droite de l'Adour, s’est développé vers l’est.
  • Le quartier de l'Échez a progressé vers l’ouest en bordure de la route de Pau et vers le nord, sur la route de Bordeaux.
  • Le quartier du Marcadieu s’est étendu vers le sud, le long de la route de Tarbes, qui dessert ensuite la Zone Industrielle Marmajou développée dans les années 1990.

Le lotissement du Pic du Midi adossé à la colline Lahitte-Toupière constitue un hameau distinct du bourg.

Logements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son premier nom connu est Saint-Martin de Celle jusqu’au XIIe siècle[3]. Puis le nom de Maubourguet s'est imposé ; c'était en effet l'un des quatre noms des communes regroupées pour constituer la ville actuelle. Ce toponyme voulait exprimer un sentiment de crainte, sans rien de péjoratif mais pour inspirer le respect qui est dû aux habitants de la commune, Maubourguet signifiant « mauvais village », soit : « ne m'attaquez pas, sinon nous serons mauvais » c'est-à-dire impitoyables.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

De nombreuses traces de civilisations, exposées dans le musée de la ville, témoignent de l’occupation du territoire au cours des différentes périodes de la Préhistoire et de la Protohistoire. De récentes recherches et découvertes aux alentours de Maubourguet témoignent du passage et l'occupation de l'Homme dès la période Acheuléenne.

Antiquité et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Maubourguet fut une étape sur le chemin de Compostelle. Siège d'un prieuré bénédictin fondé au XIe siècle, la ville fut fortifiée par les Anglais au XIVe siècle[réf. nécessaire].

En 1484, Jean de Foix, vicomte de Narbonne, conteste à sa nièce Catherine l’héritage de la maison de Foix qui inclut aussi le Béarn, la Bigorre, mais aussi la Navarre. Il installe une garnison à Maubourguet, position avancée en terre d’Armagnac face au Béarn. Alain d’Albret, grand-père d’Henri IV, assiège la ville en juin. Les conditions de capitulation du vicomte de Narbonne sont arrêtées par le conseil de régence du roi Charles VIII, le 9 juillet. L’épouse du vicomte de Narbonne, Marie d’Orléans, sœur du futur roi Louis XII fait partie des assiégés[4].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1569, le comte de Montgommery, capitaine protestant au service de Jeanne d’Albret, ravage la ville et son église[5].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En mars 1814, le maréchal Soult conduit la retraite d’Espagne de l’armée des Pyrénées face à l’armée ennemie coalisée commandée par le maréchal duc de Wellington. Soult recule lentement vers Toulouse, en longeant les Pyrénées et harcèle l'adversaire par des combats brefs mais violents. Deux embuscades se déroulent à Maubourguet dans la journée du 19 mars, l’une au pont de l'Echez et l’autre dans le bois du Marmajou[6].

Un séisme de magnitude 4,2 sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistré à 3h57 du matin le 18 mai 2008 à Monfaucon à environ 5 km de Maubourguet[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1998 2014 Jean Guilhas PS Maire, Conseiller Général
mars 1989 1998 Jean Glavany PS ministre, député, vice-président du conseil général
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Maubourguet fait partie de la communauté de communes du Val d'Adour.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 448 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 300 1 380 1 677 1 507 1 725 2 196 2 202 2 310 2 563
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 704 2 747 2 743 2 600 2 611 2 521 2 506 2 429 2 278
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 224 2 172 1 962 2 075 1 963 2 053 2 234 2 139 2 350
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
2 479 2 583 2 573 2 472 2 412 2 478 2 514 2 449 2 448
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Maubourguet en 2006 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
plus de 90 ans
3,5 
10,6 
75 à 89 ans
13,6 
19,7 
60 à 74 ans
19,2 
18,3 
45 à 59 ans
18,5 
19,4 
30 à 44 ans
18,5 
15,4 
15 à 29 ans
12,4 
15,9 
0 à 14 ans
14,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

École de Maubourguet.
  • Deux écoles primaires : le groupe scolaire Fernand Camescasse et l'école Jeanne d'Arc.
  • Collège Jean Jaurès.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs activités sportives sont regroupées dans l’association Stade Omnisport Maubourguetois (SOM). La section rugby a remporté successivement les boucliers de champions Armagnac Bigorre Promotion 2008 et Honneur 2009. Le SOM est également connu pour ses performances en budokan et tennis.

Maubourguet possède plusieurs structures sportives[11] :

La Maubourguet sera la ville de départ de la 19ème étape du Tour de France 2014 le 25 juillet 2014.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église de Maubourguet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tourisme et culture[modifier | modifier le code]

Maubourguet dispose d'un office de tourisme[13], d'une médiathèque et d'un théâtre : le Théâtre Les 7 Chandelles[14].

L’espace muséographique, inauguré le 17 juin 2011, présente une importante collection archéologique rassemblée par Sylvain Doussau, dont la mosaïque du Dieu Océan du domaine de Saint-Girons.

Tauromachie[modifier | modifier le code]

Maubourguet possède des arènes bâties dites du Bouscarret. La tradition taurine date du XIXe siècle. Des courses landaises mais aussi des becerradas ou des novilladas non piquées y ont été organisées ces dernières années durant les rencontres de Maubourguet une des manifestations festives de la ville qui se déroule autour du 20 août.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Maubourguet

Les armes de Maubourguet se blasonnent :

écartelé : au premier et au quatrième d'azur aux trois fleurs de lys d'or, au deuxième et au troisième d'or aux trois renards d'azur passant l'un sur l'autre[Note 3].

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. Blason sculpté sur le fronton de la mairie. Vérifié auprès de la commune.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Conseil général des Hautes-Pyrénées,‎ 2000 (ISBN 2-9514810-1-2)
  2. Maubourguet. La déviation a été inaugurée. Site internet de La Dépêche du 09/04/2010. Consulté le 13/9/2011.
  3. Historique de la ville. Site internet de la ville de Maubourguet. Consulté le 27/09/2011.
  4. Paul Parfourou et Jules de Carsalade Du Pont, Comptes consulaires de la ville de Riscle, de 1441 à 1507 (texte gascon) : Volume 1 : 1441-1484, Lacour-Ollé, Nîmes, coll. « Rediviva »,‎ 2008 (ISBN 978-2-7504-1870-0)
  5. Abbé Colomez : Histoire de la province et comté de Bigorre
  6. Claude Larronde, Soult dans les Pyrénées : La retraite des sans-souliers, Société Académique des Hautes-Pyrénées,‎ 2000 (ISBN 2-9506164-6-1)
  7. Site de l'AFP
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  10. Évolution et structure de la population de Maubourguet en 2006 sur le site de l'Insee. Consulté le 01/08/2009.
  11. Activités sportives sur le site de la mairie de Maubourguet
  12. Serge Augé, Osmin Gardey : Un Pyrénéen engagé de Reichshoffen à la Séparation, Curé de Sainte-Clotilde, Terroirs 2000,‎ 2004 (ISBN 978-2-84527-0077-0[à vérifier : isbn invalide])
  13. Site de l'Office de Tourisme de Maubourguet
  14. Site du Théâtre des 7 Chandelles

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]