Bécon les Bruyères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bécon sur le Plan de Roussel, 1733: Paris, ses fauxbourgs et ses environs où se trouve le détail des villages, châteaux, grands chemins pavez et autres, des hauteurs, bois, vignes, terres et prez, levez géométriquement, par le Sr Roussel

Bécon les Bruyères est le nom d’un lieu-dit situé dans le département des Hauts-de-Seine regroupant des quartiers de trois communes, en banlieue de Paris : le quartier de Bécon (commune de Courbevoie) et le quartier des Bruyères (communes d’Asnières-sur-Seine et de Bois-Colombes), approximativement inscrit dans le quadrilatère avenue Faidherbe (Anciennement chemin royal puis chemin national en 1872), rue de Chanzy, la Seine au pont de Levallois, et rue du Cayla. Il est centré sur la gare de Bécon-les-Bruyères, située sur la ligne de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite et sur la liaison omnibus de Paris-Saint-Lazare à Nanterre-Université.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plans du cadastre napoléonien, Courbevoie, 1810-1811. Archive et Patrimoine des Hauts-de-Seine, section D, 2ème feuille, 1810-1811, 1/1250ème

Historiquement, Bécon est un domaine boisé situé en hauteur en bord de Seine, autrefois bâti d'un château, et qui, dominant Paris, forme l'actuel Parc de Bécon. En face, se trouvait jadis une petite Île de Bécon ou Île de la Petite-Jatte, qui est maintenant la partie aval de l'Île de la Jatte, et sur laquelle repose le pont de Levallois[1].

Le nom de Bécon pourrait venir du mot saxon beacon voulant dire phare terrestre[2]. Il serait donc éventuellement lié aux invasions des Vikings se rassemblant en cet endroit grâce à un phare[3].

Une autre hypothèse est qu'un édifice ait été bâti par Charlemagne afin, justement, de prévenir ces invasions normandes[4],[5]. Cependant, en 845, Ragnar Lodbrok réussit à dépasser cet emplacement en remontant la Seine, et parvint à envahir Paris.

Enfin, similairement à l'origine de Roche-Saint-Secret-Béconne, il est possible qu'il s'agisse de l'ancien nom gaulois Becco (Bec du coq[6],[7]), suivi du suffixe -onem, soit "terre de Becco", ou encore de bec dans le sens d'une pointe de terre entre 2 rivières, bien que cette configuration géographique ne se retrouve qu'à l’île de Bécon. Notons qu'il existe un Bécon-les-Granits en Maine-et-Loire.

Le nom « Bécon les Bruyères », créé pour la Gare de Bécon-les-Bruyères, est dû à sa situation entre Bécon côté Courbevoie et, côté Asnières, le lieu-dit Les Bruyères (à rapprocher du chemin des Hautes-Bruyères, ancien nom de la rue de la Sablière). Ainsi, on lit en 1927 cette adresse postale: Vaucher (Charles-Alexandre), Ing.-Elect., 3, rue de l'Avenir. Bécon-les-Bruyères par Courbevoie.

L'appellation « Bécon » est utilisé dans le nom de la station de métro terminus de la ligne 3 : Pont de Levallois - Bécon. Au XIXe siècle, existait encore un chemin de Bécon qui venait d'Asnières, chemin renommé depuis rue d'Anjou et rue de la Station. D'après une carte postale d'époque (La Banlieue parisienne inondée, A. Noyer), la rue de Bécon fut inondée par la Crue de la Seine de 1910, le niveau de l'eau montant à 2,50 mètres dans le quartier du bas-Bécon[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Plan du terroir de St-Denis en France et des paroisses de La Chapelle d'Aubervilliers, de la Cour Neuve, de Stains, de Pierrefitte, de Villetaneuse, d'Epinay et St-Ouen, graveur Charles Inselin, début du XVIIIe siècle

En 704, Childebert IV offre à l'Abbaye de Saint-Wandrille de Fontenelle la terre royale d'Aupec (Aujourd'hui Le Pecq) et ses dépendances[9], que la chronique de l'Abbaye spécifie vers l'an 1000: Hildebert est le roi du village qui fut accordé, Le Pecq, situé dans le Pincerais sur la Seine, avec ses adjacences: Novitianus, Courbevoie, Albachahan, Nido, Tremlido[10],[11], et qui englobaient donc notre territoire[12]. D'après le Polyptyque d'Irminon, ces contrées dépendaient toutefois du diocèse de Paris[13].

Aucune trace de la paroisse de Courbevoie et Colombes n'a pu être retrouvée avant le IXe siècle, et ces terres furent acquises au XIIe siècle par l'Abbaye de Saint-Denis[14]. Elles en furent affranchies en 1248 par Guillaume de Marcouris, abbé de Saint-Denis, Seigneur d'Asnières et premier conseiller de Saint-Louis, faisant passer l'endroit dans la paroisse de Colombes, jusqu'en 1787[15]. Après avoir évoqué Courbevoie, l'abbé Jean Lebeuf décrivant le hameau comme un petit écart de Colombes, proche Courbevoye, relève dans le registre archiépiscopal du diocèse de Paris au 8 août 1636, qu'un sieur Pierre Sallé, conseiller au Parlement de Paris, y aurait eu sa maison de campagne[16],[17].

Le hameau de Bécon figure sur des cartes du XVIIIe siècle, notamment le Plan de Roussel à un emplacement pouvant correspondre à l'actuel parc de Bécon. Richelieu y aurait demeuré - probablement dans la même bâtisse, dont il ne restait que peu de choses après la Révolution française, pendant laquelle quelques quartiers de terre sis au canton des Bruyères et à la côte de Bécon sont vendus comme biens nationaux[18].

Le château au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Après la Révolution, il ne reste du domaine bâti que des vestiges de caves, les cuisines, les écuries et les souterrains[19]. Le château est reconstruit par l'architecte Jean-Jacques Huvé à la fin du XVIIIe siècle. Vers 1825 ou 1830, alors que la population de ce qui était un hameau du canton de Nanterre[20], ne dépassait pas quelques centaines d'âmes[21], cette villa de plaisance appartenait à Mme de Choiseul. Sous l'Empire, elle appartint au comte Orsini qui y construit une demeure ornée de colonnes et au toit en terrasse[22], puis sous la Restauration, à la comtesse du Cayla, au docteur Guillée[23].

Vue extérieure des ruines du Château de Bécon en 1870, Les ruines de Paris et de ses environs, 1870-1871, photographies d'Alphonse J. Liebert, texte d'Alfred d'Aunay, Gallica BNF

Adolphe Thiers y demeura en 1855 et y écrivit notamment son Histoire du Consulat et de l'Empire[24].

Il semblerait qu'en 1861, la demeure ait été habitée par une communauté religieuse frappée d'Interdit par l'Archevêché de Paris[25], ce qui alla jusqu'à faire l'objet d'un Décret Apostolique du cardinal Morlot le 14 avril 1856.

Par la suite, lors de la Commune de Paris, après une infructueuse attaque de nuit tentée par Louis Ernest de Maud'huy lors de la Bataille de Courbevoie, l'armée, commandée par le colonel Léopold Davout, le prit d'assaut le 17 avril 1871, alors qu'il servait d'avant-poste à 250 fédérés. L'indemnisation des destructions donna lieu en 1873 à la jurisprudence de l'affaire du Château de Bécon[26].

Le château avait été auparavant racheté et agrandi [27] par le prince Georges Stirbey (ou Ştirbei, fils aîné de Barbu Ştirbei) en 1869, qui y hébergea dans une maison attenante le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux jusqu'à sa mort en 1875[28]. Le parc actuel renferme une fontaine aux antiques faite d'éléments sculpturaux acquis par le prince, dont certains proviendraient du Palais des Tuileries, et héberge actuellement le Musée Roybet Fould : Créé en 1927 par Consuelo Fould, petite fille du banquier Achille Fould qui fut ministre des finances sous Napoléon III, le musée Roybet Fould occupe la villa atelier de la fondatrice, par ailleurs artiste-peintre[29]. Il s’agit de l’ancien pavillon que la Suède-Norvège édifia à Paris pour l'Exposition universelle de 1878, légué à la ville de Courbevoie à charge pour elle d'ouvrir un musée dédié à la mémoire de Ferdinand Roybet[30].

C'est pendant ce siècle que le hameau s'urbanisera progressivement, notamment avec l'arrivée des chemins de fer, faisant passer le château en arrière-plan de l'histoire de Bécon.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Bombardement de la 8th USAAF visant une usine de roulement à billes et des dépôts de pièces détachées pour moteur Hispano Suiza, 31 décembre 1943.
Le quai et la voie en direction de Versailles en décembre 1943.

À côté de l'importante gare de triage de gare de triage de gare de Bécon-les Bruyères et proche des usines Hispano-Suiza, le quartier a été bombardé pendant la Seconde Guerre mondiale, le 9 septembre 1943, par deux cents projectiles[31] : Maurice Déribéré, habitant du quartier, raconte[32] le 15 septembre 1943 : « On distingue maintenant les croix noires dessinées, ridiculement petites, des forteresses volantes anglo-américaines... L'avenue Séverine est jonchée de pavés... le souterrain qui va sur le côté Asnières est effondré... Pour aller de l'autre côté de la gare, il nous faut passer sur le pont des Couronnes, à demi-coupé par une bombe. »

Un autre témoin, Colette Soulat, explique[33] : « Une bombe était tombée rue Galliéni... Un immeuble de la place de Belgique avait reçu une bombe entrée de biais qui avait tué tous les habitants réfugiés à la cave. Courbevoie ayant de nombreuses usines fournissant du matériel aux Allemands, ces derniers avaient une défense aérienne très au point. » Boulevard Saint-Denis, l'immeuble du 192 (toujours intact) était le plus haut de la région. Côté Seine, grâce à la large vue sur Paris, les Allemands avaient installé une batterie de DCA sur le toit[34].

Le rôle de ces usines est encore confirmé par ce témoignage[35] : « On bombardait dans le pays où j’habitais, à côté de Bécon les Bruyères, à cause des usines Hispano-Suiza. Qu’est-ce que ça pouvait bombarder ! Il n’y avait plus une maison à Bécon, plus rien du tout ! »

Le bilan s'élève à environ 80 morts, 53 maisons et immeubles détruits, ainsi qu'une partie du château et l'usine Guerlain. Des décennies plus tard, des bombes non explosées seront périodiquement déterrées lors de travaux publics.

Malgré tout, la guerre sera l'occasion pour la commune d'acquérir le parc de Bécon en 1940 qui sera classé le 13 mai 1941. Le château fut encore endommagé en 1943, puis définitivement rasé en 1957 : Il n'en reste que les caves, le grand escalier et l'orangerie.

Vie économique[modifier | modifier le code]

Les anciens moulins des alentours de Bécon

Dans un passé lointain, en haut de la côte du chemin menant de la Seine à la Garenne de Colombes, se trouvaient le moulin des couronnes et le moulin des bruyères, comme le confirment la carte de Cassini du XVIIIe siècle et jusqu'au XIXe siècle les cartes d'État-Major. En témoigne la rue du Moulin des Bruyères toute proche, et les Couronnes étant le nom d'un lieu-dit.

Grâce à la voie ferrée, la proximité de Paris tout en disposant de bien plus d’espace, il est facile d’y organiser des activités économiques.

Par exemple, en mars 1898, la Société des agriculteurs de France y organisa un concours de pulvérisateurs et des essais de traitements destinés à combattre les maladies cryptogamiques et les insectes nuisibles[36]. On y trouvera plus tard des usines: Cadum et Schoum en 1926[37], l’usine-modèle du Chocolat Devinck, les camions Berliet, Hispano-Suiza de 1914 à 1997[38], Air Equipement, SKF. Puis en 2009, IBM France y installe son siège national[39].

Dans le secteur de la parfumerie, Guerlain y transfère une usine en 1894[40],[41], tandis que l'entreprise Agnel y distille l'iris et le jasmin[42]. Le maître-parfumeur Edmond Roudnitska y crée en 1946 sa société Art et Parfum[43], support de ses créations[44].

Retenons la production annuelle de quelques centaines de litres de vin blanc, d'un cru intitulé Château de Bécon[45], dont les bouteilles sont stockées dans les caves voûtées du château (Situées sous la terrasse, éclairées et chauffées, et constituées de couloirs s’enfonçant assez loin sous le château, elles furent par ailleurs utilisées pendant l'hiver 1955 pour l'hébergement d'une soixantaine de sans-abri[46]).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Parc de Bécon, façade de l'ancienne caserne Charras
  • Au parc de Bécon se trouvent les pavillons de la Scandinavie et des Indes de l'exposition universelle de 1878, inscrits à l'inventaire des monuments historiques en 1987. Le Pavillon indien du Prince de Galles, créé pour l'exposition d’objets de ce pays, est en cours de rénovation depuis 2010[47].
Le bâtiment voyageurs de la gare.
  • La gare de Bécon-les-Bruyères sur la ligne ligne de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite fut ouverte en octobre 1891.
  • L'église paroissiale Saint-Maurice de Bécon-les-Bruyères, de style néo-roman, qui remplace une chapelle érigée en paroisse en 1907, fut terminée par Julien Barbier en 1910 avec son orgue d'Aristide Cavaillé-Coll de 1865, provenant de la chapelle palatine de Gerbéviller, et acheté en 1909[49] à Charles de Lambertye Tornielle, marquis de Gerbéviller. Elle fut classée monument historique en 1985. Les vitraux sont de Lucien Mette d'après un carton d'Alphonse Hermann.
  • L'Église évangélique de Courbevoie[50].
  • À côté de la gare se trouvait une salle de cinéma et de spectacle de 1200 places, le Casino de Bécon, ouvert en 1912 et qui comme tant d'autres fut transformée en supermarché dans les années 1970[51].
  • Côté courbevoisien, le marché Lambrecht, aujourd'hui disparu, qui existait autour de 1900[52].
  • L'hospice du Cayla, inauguré par le Ministre de l'Intérieur le 28 mai 1905 (équipé en 1906 de fosses septiques Bezault, une nouveauté à l'époque), au 12 de la rue du même nom[53], où se trouve désormais une école élémentaire: il semble que certains bâtiments originels soient encore debout[54].
  • Le Pont des Couronnes, au-dessus de la voie ferrée[55], antérieur à 1873[56], reconstruit une première fois en ciment armé vers 1910, puis par la SNCF dans les années 1970. C'est le point le plus haut de la ville d'Asnières-sur-Seine (45,24 mètres).
  • La chapelle Saint-Charles[57], construite en 1889, murs en brique et en pierre, charpente métallique, inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel d'Île-de-France en 1996[58]. Elle est prêtée par l’Église Catholique Romaine à la paroisse Saint-Jean de San Francisco, de l'Église orthodoxe de Serbie[59].
  • Du côté bois-colombien, l'ancien Pont des quinze perches (au-dessus du raccordement ferroviaire du même nom, dans le prolongement de l'ancien chemin des Quinze-Perches, aujourd'hui avenue Chevreul), élargi par la suite à huit mètres. Il est cité en 1853 par Charles Dickens[60] et mentionné dans les Annales de l'Assemblée nationale en 1876.
  • Du côté asnièrois, se trouve le Square Gilbert Thomain (Anciennement Place des Bruyères), d'une surface de 5 900 m2, et du nom (depuis 1936) d'un pilote d'essai, mort en service commandé au camp d'aviation de Romorantin, et Conseiller municipal d'Asnières[61]. Ce square, créé en 1902 puis réaménagé en 1975 et en 1982[62], le sera de nouveau en 2011[63].
  • L'église Saint-Marc des Bruyères[64], construite par Paul Vimond et Claude Petit en 1966, première pierre posée le 31 mars 1963.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • En mai 1927, Emmanuel Bove publie Bécon-les-Bruyères[65], en avant-première dans la revue «Europe». La nouvelle sera publiée avec un frontispice de Maurice Utrillo dans la collection Portraits de la France qui présente un corpus de récits de voyage à vocation touristique[66]. La force du texte de Bove réside dans son apparente incongruité : l'auteur a choisi, à l'opposé de la ligne éditoriale de la collection, de décrire un territoire sans pittoresque particulier et de transfigurer ce site exempt de qualités remarquables en paradigme de l'ordinaire de la banlieue parisienne[67]. Bove relève les moindres détails :« En s’éloignant de la gare, comme aucune enseigne, aucun signe ne rappelle l’endroit où l’on se trouve, on marche en se répétant : « je suis cependant à Bécon-les-Bruyères. Tout est normal. » » La dernière phrase du livre est restée célèbre : {{citation[Un jour peut-être, Bécon-les-Bruyères, qui comme une île ne peut grandir, comme une île disparaîtra. La gare s’appellera Courbevoie-Asnières.}} Cette courte nouvelle, adulée par les admirateurs de Bove, fut redécouverte grâce à la traduction allemande qu'en fit Peter Handke en 1984.
  • Michel Legrand y est né en 1932
  • Jean-Claude Vannier en 1943 (pendant une alerte à la bombe)
  • Bruno Léandri en 1951[68].
  • Félix Del Marle y est décédé en 1952.
  • Les acteurs Léontine Toudouze et Alexandre Montcavrel décédèrent rue de Bécon en 1893 et 1895 respectivement[69].
  • Le dessinateur de bandes dessinées Michel-Paul Giroud y demeure depuis les années 1960.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Probablement à cause de la sonorité particulière de son nom, cet endroit représente l'archétype de la petite ville banlieusarde, sans intérêt notable, mais ayant conservé une identité rurale.

  • Le Château de Bécon, par Georges B. Stirbey, illustrations d'Éd. Hubert, Photographies de P. Touchet, imp. Ph. Renouard, 1920[70],[71]. Contient des gravures et photographies de bâtiments disparus.
  • l'écrivain Robert Belleret exprime cette identité particulière dans son roman Les Bruyères de Bécon[72]
  • le film publicitaire de 1927, Les Mystères de Bécon-les-Bruyères de Robert Collard, dit Lortac et Payen. Maurice Chevalier le cite dans sa chanson Ça s'est passé un dimanche : « Mais elle habitait à Bécon-Les-Bruyères, Et lui demeurait à Bercy ».
  • Les Pieds Nickelés le citent à plusieurs reprises[73].
  • À titre documentaire, notons aussi Histoire et géographie de Bécon-les-Bruyères, 1931, 12 pages, par René Bonnamy.
  • André Malraux écrit dans La Condition humaine ce jugement aussi inexact qu'injuste : Bécon-les-Bruyères : nom ridicule d'une localité imaginaire de la banlieue parisienne dont les maisons, particulièrement banales, montrent un mauvais goût qui est vraiment incongru en Chine[74].
  • Un monologue comique de Richard, La prise de Bécon-les-Bruyères[75], mis en chanson par G. Bunel et Mario Lud.
  • Bécon-les-Bruyères à travers les âges, René Dymier, ouvrage illustré.
  • Bécon-les-Bruyères, Emmanuel Bove, Éditions Émile-Paul Frères (1927), Collection Portrait de la France.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archive et patrimoine des Hauts-de-Seine, plans du cadastre, Courbevoie 1811
  2. Definition of beacon A signaling or guiding device, such as a lighthouse, located on a coast. A signal fire, especially one used to warn of an enemy's approach. Old English beacen sign; related to Old Frisian bāken, Old Saxon bōcan, Old High German bouhhan.
  3. Bécon-les-Bruyères, évoque-t-il un lieu à quelqu'un ? Le nom viendrait d'un phare (disparu depuis très longtemps) placé le long de la Seine.
  4. Courbevoie: Éléments de patrimoine Profitant de la situation élevée du territoire, Charlemagne y fait dresser un phare à l'emplacement du parc de Bécon - lequel tire son nom du mot anglais beacon signifiant balise ou phare.
  5. Parc de Bécon
  6. Histoire de la littérature française au moyen-âge, Jean Jacques Ampère, 1841
  7. Encyclopédie de l'Arbre Celtique
  8. La crue de 1910
  9. Notice de la ville et du château de St Germain en Laye, 1829, Abel Goujon
  10. Childebert III donne aux moines le Territoire d'Aupec Selon d'autres sources, les orthographes varient: Curbania, Terrelido, Treenlido, Nouitianus
  11. Monumenta Germaniae historica inde ab anno Christi quingentesimo usque ad annum millesimum et quigentesimum., 1829, Georg Heinrich Pertz Huic ammirabili praesuli largitus est praefatus Hildebertus rex villam quae vocatur Alpicum, quae sita est in pago Pinciacensi super alveum Sequanam, una cum adiacentiis suis, Novitianus, Curbavia, Albachaham, Bannida, Tremlido, cum illis forestariis quinque
  12. Evidence of Pincerais, Regnum Francorum in Google Maps
  13. Polyptyque de l'abbé Irminon ou Dénombrement des manses, des serfs et des revenus de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés sous le règne de Charlemagne, Volume 2, Benjamin Guérard, Imprimerie Royale, 1844
  14. 2000 ans d’histoire
  15. Histoire de la commune de Courbevoie
  16. Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, volume 3, Jean Lebeuf, Adrien Augier, Fernand Auguste Marie Bournon, 1883 D'après lui, le comte de Caylus raconte dans son Recueil d'antiquités, Tome 1, page 257, qu'« un roi Dagobert de la première race a possédé une maison de campagne sur le territoire d'Asnières et plus haut ». Il pourrait s'agir de Bécon compte tenu de son altitude élevée. première race est une ancienne expression pour les Mérovingiens
  17. Histoire de la presqu'île de Gennevilliers et du mont Valérien, Jean Théoxène Roque de Fillol, Paris 1889
  18. Études sur la ville et paroisse de Courbevoie. Pierre Hébert, 1er curé de Courbevoie... et ses successeurs, 1908
  19. Parc de Bécon, Courbevoie
  20. Histoire physique, civile et morale des environs de Paris depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours, Jacques-Antoine Dulaure, 1828
  21. Dictionnaire de géographie sacrée et ecclésiastique, M. Benoist, 1849 La population de Courbevoie est d'environ 1 600 habitants, y compris les hameaux dits le Bas Courbevoie, les Trois Maisons et Bécon. Le terroir est en terres labourables et en vignes.
  22. Entrée des caves, Courbevoie
  23. Courbevoie et ses environs: de leur origine à nos jours, Henri Vuagneux, Lejay fils et Lemoro, Poissy, 1906
  24. Histoire authentique de la Commune de Paris en 1871, Édouard Ferdinand de la Bonninière Beaumont-Vassy, Garnier-Frères, 1871, qui précise: Il y avait entre Courbevoie et Asnières une assez vaste construction moderne, jadis appelée villa Orsini, du nom de son propriétaire, célèbre maintenant sous le nom de château de Bécon. M. Thiers devait la connaître d'autant mieux qu'en 1855 il l'avait habitée durant une saison, et s'y était retiré pour y travailler à son Histoire du Consulat et de l'Empire. Ce château de Bécon servait d'avant-poste et d'observatoire aux bataillons fédérés qui occupaient Asnières ; ils en avaient crénelé les murs, et de plus ils avaient élevé une barricade sur la route, entre cette habitation et Courbevoie.. La Villa Orsini aurait dont abusivement repris le nom de Château de Bécon à cette époque.
  25. A collection of pastoral letters and other official publications relating to , François Nicolas M. Morlot (card, abp. of Paris.), lettre du 12 novembre 1861 au curé de Courbevoie il s'est écoulé trois semaines depuis que j'ai notifié les décisions venues de Rome, aux personnes réunies dans la maison dite de la Trinité, rue de Douai, et à celles qui occupent le château de Bécon, sans que, à l'heure qu'il est, aucune satisfaction ait encore été donnée... La messe, sans aucun doute, d'autres offices aussi, selon toute apparence, ont continué d'y être célébrés au moins jusqu'aux fêtes de la Toussaint inclusivement. Il est vrai que dimanche dernier, 10 novembre, plusieurs des personnes de la maison de la Trinité ont assisté à la messe paroissiale avec les jeunes pensionnaires de l'établissement; mais il paraît plus probable que les autres membres de la Communauté, en bien plus grand nombre, ont entendu la messe dans la chapelle depuis longtemps frappée d'interdit, ou dans un autre lieu de la maison ; que cette messe a été dite et qu'elle continue de l'être par un prêtre qui, malgré les prohibitions expresses du décret apostolique, renouvelées et confirmées en dernier lieu, a son domicile dans l'établissement.
  26. Etude sur la responsabilité des communes dans le droit ancien et moderne, et en particulier sur la loi du 10 vendémiaire an IV, Léon Choppard, 1874 Tribunal de la Seine, 10 décembre 1873, Affaire du château de Becon, Gazette des Tribunaux, 11 décembre 1873
  27. Escalier monumental, Courbevoie
  28. Chrétiens et hommes célèbres au XIXe
  29. [1]
  30. museums-of-paris.com : Musée Roybet-Fould
  31. La Brigade de Paris
  32. Bécon 1943 : bombardements www.jeronimot.com
  33. Récit de Colette Soulat, 2006 www.jeronimot.com
  34. Témoignage Mr Lédinger, 1990
  35. Il fallait bien que l’on travaille sous l’Occupation www.parolesdhommesetdefemmes.fr
  36. Journal d'agriculture pratique, Volume 1 Moniteur des comices, des propriétaires et des fermiers
  37. Historique Schoum Article de Mme Coignerai-Devillers sur Courbevoie, fin des années 1970
  38. La cigogne s'envole de Bois-Colombes.L'usine aéronautique Hispano-Suiza quitte la ville.
  39. Le nouveau siège d’IBM France, un bâtiment intelligent en prise avec son environnement Donnant une large place à l’espace et à la lumière, l’ensemble s’articule en campus autour d’un vaste jardin traversé par un plan d’eau et s’intègre dans la dynamique économique et la vie de quartier de la zone de Bécon-Les-Bruyères.
  40. La Maison Guerlain... Aimé Guerlain cède la création à son neveu Jacques. Sa première création sera Ambre. L'usine de Colombes ne suffit plus et est de nouveau transférée à Bécon les Bruyères.
  41. Histoire de Guerlain
  42. Eugénie Briot: « Vendre en quantité » ou « Vendre cher » ? : La parfumerie parisienne au XIXème siècle, fabrique d'une industrie de luxe
  43. Le Parfum: Des Origines à Nos Jours, Annick Le Guérer, Odile Jacob, 2005
  44. Art et Parfum
  45. Château de Bécon (vin blanc) Cette modeste production de quatre cents à cinq cents litres de vin blanc par an demeure un témoignage de la viticulture locale, qui s'étendait autrefois sur tout le plateau.
  46. Témoins de l'appel de l'hiver 1954 !
  47. Une nouvelle vie pour le Pavillon des Indes
  48. Ancienne caserne Charras
  49. Amis de l'Orgue Cavaille-Coll de Saint-Maurice de Bécon
  50. Église évangélique de Courbevoie
  51. En activité, fermées ou disparues... hommage aux salles de cinémas ! Reconstruit dans les années 50, le cinéma arbore une nouvelle façade monumentale, alors que sa capacité est réduite à 750 fauteuils. Le Casino de Bécon subit alors le sort commun de tous les établissements n'ayant pas été morcelés, et ferme ses portes vers le milieu des années 70.
  52. Parisienne et Bordelaise, Christiane Grigny
  53. Les Œuvres de la charité parisienne : liste dressée par l'office central des Œuvres de bienfaisance 175, boulevard Saint Germain Paris, juillet 1900 Asile du Chayla, à Bécon-les-Bruyères, r. du Chayla, 12 : Le mot Cayla vient de l'Occitan Castellum et admet plusieurs orthographes.
  54. Cartes postales anciennes de Courbevoie Bécon-les-Bruyères, Hospice du Cayla
  55. Mémoires en images - Asnières-Sur-Seine, François Martin et Michel Toulet
  56. Memoires de M. le préfet de la Seine et de M. le préfet de police, et procès-verbaux des délibérations, Volume 3, 1873
  57. Chapelle Saint Charles - XIXe siècle - Clocher : Flèche Chapelle relevant primitivement de la paroisse Sainte-Geneviève et aujourd'hui de Saint-Maurice-de-Bécon,
  58. Eglise dit Chapelle Saint-Charles
  59. Paroisse francophone du Diocèse de France et d’Europe Occidentale de l’Église Orthodoxe de Serbie
  60. The Household narrative of current events, Charles Dickens, 1853 A fatal accident has taken place on the Versailles Railway. The train which left Versailles at 7 o'clock in the morning, broke a rail between the stations of Courbevoie and Amiens, at a place called the Pont des Quinze Perches.
  61. Square Gilbert Thomain
  62. Asnières-sur-Seine: Renseignements pratiques
  63. Le square centenaire réaménagé une deuxième fois Le square Gilbert-Thomain, dans le quartier Bécon-Flachat, va subir une cure de jeunesse. Cet espace public d’un demi-hectare qui accueille enfants, adolescents, boulistes et piétons qui transitent vers la gare de Bécon-les-Bruyères, a été créé en 1902 puis réaménagé en 1975.
  64. Le site des paroisses de Bois-Colombes et Saint-Marc des Bruyères
  65. Bécon-les-Bruyères, Emmanuel Bove, aux éditions Émile-Paul frères, réédité en 2009 aux éditions Cent Pages, collection Cosaques
  66. http://atheles.org/centpages/cosaques/beconlesbruyeres/
  67. Bibliographie de la collection Portrait de la France, 1926-1931
  68. « Encyclopédie de mon père » de Bruno Léandri (extrait)
  69. Dictionnaire des comédiens français, ceux d'hier : biographie, bibliographie, iconographie.... T. 2. E-Z, Henry Lyonnet
  70. [2]
  71. [3]
  72. Les bruyères de Bécon
  73. Bécon-les Bruyères eine Vorstadt, Suhrkamp Verlag, 1984
  74. Résumé de " La condition humaine " d'André Malraux
  75. Choix de 10 monologues, vers 1907